Tous les articles par corinnecourvalin

Etape 55: AU PAYS DES TROLLS

Lundi 22 juillet, arrivée à Mosheim Camping, 46 km, pluie ce matin et soleil, vent cet après-midi.

Après une nuit de pluie, le matin ne vaut guère mieux mais vers 9h la pluie finit enfin par s’arrêter. Ce camping où nous sommes arrêtés était bien agréable (hormis les insectes, les taons, les moucherons, …). On a retrouvé 2 familles françaises (dont une franco norvégienne) et très sympathiques. Comme très souvent dans ce genre d’endroit, le lieu de réunion est la cuisine où les gens viennent soit cuisiner, soit laver leur vaisselle sale. La famille « mixte » est en vélo avec le petit dernier Hugo 5 ans qui pédale déjà bien. Ils sont 5 avec une grande tente, le poids de la remorque doit être pas mal. Ils habitent Oslo et ont commencé leur périple depuis 3 jours. On quitte ce petit village de campeurs où pour la première fois nous avons croisé des concitoyens tout nous voilà partis.

Continuer la lecture de Etape 55: AU PAYS DES TROLLS

ÉTAPE 54: ROUTE TRUFFÉE DE FERRYBOATS

Dimanche 21 juillet 2019, arrivée à Vega Camping (sur l’île de Vega), 60 km, temps nuageux

ASSOICATION PETITS PRINCES: Merci beaucoup Catherine, pour ce deuxième don, cela me touche beaucoup. Actuellement 16 dons pour 855€. Je n’ai donc pas encore réussi à collecter de quoi payer un rêve d’enfant malade (soit 1500€ de coût moyen)

J’ai laissé Thierry dormir jusqu’à 8h00 ce qui lui a fait 10h de sommeil. Il se réveille en forme. Comme il a autre chose que du gruau à consommer, il mange à sa faim (et moi, je reste fidèle au gruau d’avoine). Il a plu cette nuit mais le matin, il y a du vent donc la tente sèche vite. Quand on démarre enfin, je constate que Thierry a beaucoup plus d’allant qu’hier (et il n’est plus grognon…).

Continuer la lecture de ÉTAPE 54: ROUTE TRUFFÉE DE FERRYBOATS

ÉTAPE 53: la fatigue se fait ressentir.

Vendredi 19 juillet 2019, arrivée à Sandnessjøen camping. Pluie ce matin et soleil l’après-midi.

Lorsque nous partons, ce matin, le temps est menaçant. Nous allons directement prendre le bac à Nesna pour traverser et arriver à Levang. Mais à côté de l’embarcadère, Thierry a repéré un magasin. Il s’y précipite pour acheter un gâteau (parfaitement mauvais), un paquet de chips et 2 sandwichs mous qui ne valent guère mieux, mais il a de quoi manger. Il a même le temps d’aller chercher un distributeur de billets pour prendre de l’argent liquide. Mais j’ai eu peur car le bateau était en avance sur l’horaire et Thierry est arrivé au dernier moment pour embarquer. Et lorsque nous sommes à bord, la pluie se met à tomber drue. Comme la traversée est brève, nous débarquons sous la pluie.

Continuer la lecture de ÉTAPE 53: la fatigue se fait ressentir.

ÉTAPE 52 : THIERRY a DES ENNUIS MÉCANIQUES

Vendredi 19 juillet 2019, arrivée à Nesna, 62 km, temps très ensoleillé.

Pendant que l’on prend le petit-déjeuner, un pan de la colline de l’autre côté s’effondre. Cela fait un énorme bruit et beaucoup de poussière.

Lorsqu’on part, j’utilise l’application OSmAnd+ qui me permet de regarder le relief. On voit que les 30 premiers km sont relativement plat mais qu’il y a 15 km de montées redoutables, donc longues et difficiles, puis 15 km faciles pour arriver au camping qui j’espère va être ouvert ce soir. A priori 2 tunnels donc un de 3 km, j’espère qu’il ne monte pas. Comme cela, on sait à quoi s’attendre et on est prêt psychologiquement.

Continuer la lecture de ÉTAPE 52 : THIERRY a DES ENNUIS MÉCANIQUES

ÉTAPE 51: INCROYABLE MAIS VRAI

Jeudi 18 juillet, arrivée à Sila 65 km, temps ensoleillé.

Nous voilà partis. Je continue à laisser Thierry ouvrir la marche. Il n’a pas de GPS mais c’est facile de se guider car on suit tout le temps là N17 qui borde la côte de la Norvège. C’est la plus belle, mais elle est curieuse car par moment elle s’arrête et la seule façon de continuer est de prendre un ferry. Cette route est aussi truffée de tunnels qui vont pour le moment de 400m à 3,2km. Quand ils sont trop longs, ils sont interdit aux cyclistes (le plus long tunnel en Norvège fait 25km).

Continuer la lecture de ÉTAPE 51: INCROYABLE MAIS VRAI

ÉTAPE 50: LE SOLEIL EST DE LA PARTIE

Mercredi 17 juillet 2019, Camping de Furøy, 68km, soleil et quelques nuages.

Ce matin, petit déjeuner dans le restaurant du camping, donc rien à préparer. Comme nous sommes arrivés tôt hier soir, j’ai pu écrire ma newsletter hier soir, ce qui n’arrive jamais. Par contre, question efficacité au niveau du matériel, ce n’est pas encore cela car Thierry n’est pas encore dans le bain au niveau camping. On sent bien que ce n’est pas son truc. On ne partira pas avant 9h, ce qui est tard pour un départ en vélo, l’idéal est vers 8h, comme cela, on peut prendre son temps, faire les pauses que l’on veut et aussi nombreuses que l’on veut. Pour le soir, si on veut avoir un peu de temps à soi, il ne faut pas arriver après 18h.

Continuer la lecture de ÉTAPE 50: LE SOLEIL EST DE LA PARTIE

ÉTAPE 49 : THIERRY DÉCOUVRE LE RELIEF DE LA NORVÈGE.

Mardi 16 juillet, arrivée au camping de Skaugvoll & Korte, 56 km. Soleil et nuage ce matin, très nuageux cette après midi, 14°C

Ce matin, on a pu prendre un petit-déjeuner copieux car cela était compris dans le prix de la cabine. Cette première étape aura été luxueuse et fort agréable.

Vue de la salle de restaurant

Thierry s’est couché à 20h30 et s’est levé à 6h30, il a dormi comme un loir. Il se sent prêt à démarrer mais je crois profondément qu’il sous estime complètement le relief de Norvège. Cela monte et descend tout le temps avec des bons dénivelés et c’est fatigant. Entre l’âge et le manque d’entraînement, j’appréhende, mais lui, non. Aux innocents, les mains pleines !…

Et nous voilà partis. Pour l’étape du soir, 2 possibilités de camping à 55 Km et 84 km et c’est à Thierry de choisir ce qui lui conviendra. Et on commence tout de suite par une bonne montée, sans échauffement. Je cesse d’être derrière lui car cela m’angoisse trop. Son vélo est équipé de corne de vélo, ce qui lui permet de se redresser et d’avoir les mains en position haute, donc cela soulage le dos. Mais la contre partie avec un vélo chargé uniquement à l’arrière, c’est qu’on zigzague. Or avec les voitures qui doublent, cela me fait très peur, car souvent, elle ne nous laisse pas beaucoup de temps. Et dans les montées, le phénomène s’accélère, cela doit l’aider à monter mais c’est dangereux. En plus, je lui avait installé un superbe rétroviseur, le même que le mien sur mon trike. Et il l’a enlevé car cela ne lui semblait pas très utile (je préfère ne faire aucun commentaire…). Donc si jamais, une voiture n’est pas bruyante, il peut être surpris.

Alors, je reste à distance le plus possible pour ne pas m’inquiéter ni lui mettre de la pression inutilement. Il faut qu’il aille à son rythme car pour lui, c’est beaucoup plus difficile que pour moi qui ait l’assistance électrique. Par contre, je veux absolument qu’il m’attende pour franchir les tunnels, car il n’a pas acheté les éclairages avant et arrière comme je lui avais demandé. Et comme moi, je suis très visible et bien éclairée, je le colle de façon à le protéger. Certains tunnels sont vraiment difficiles à passer et très peu éclairés, alors il faut être très vigilant.

Étant seule à l’arrière, je prends le temps de m’arrêter, d’admirer le paysage et de faire des photos.

Amont de la rivière

A un moment sur ma droite, il y a un torrent qui plonge en à pic. J’aimerais vraiment être dessous pour voir car cela doit être superbe.

Aval de la rivière.

A un moment l’eau s’écoule complètement à plat sur des pierres, c’est étonnant.

Vers 13h, Thierry a faim et je pense que la fatigue se fait sentir. Il s’est arrêté dans une station service pour acheter un sandwich. Aussi on fait une pause dans une aire de repos aménagée (il y en a très peu). Le soleil est encore là, alors je déplie les panneaux et Petit Prince bronze au soleil. C’est tellement rare qu’il apprécie. Et Thierry et moi, on se couche sur des bancs pour profiter un peu du soleil. Puis on repart. Et je continue à profiter des paysages.

Le soleil est parti mais au moins, on en a eu un peu.

Puis je signale à Thierry qu’on arrive près du premier camping et que le suivant est dans 30 km. Il préfère s’arrêter là. Je suis bluffée par sa résistance physique car nous avons eu beaucoup de dénivelés. Thierry a trouvé cela dur, ce qui est vraiment le cas. C’est mieux qu’il s’arrête car cela fait déjà beaucoup. Le camping ayant un restaurant, nous pourrons aussi manger (quand je pense au 7 kg de cuisine et nourriture en plus que je me trimballe …). Il n’y a plus de cabine à louer alors nous camperons.

Et le paysage est pas mal du tout

On dînera correctement après avoir pris une bonne douche. Il n’est que 19h, on a même le temps de lire, un des avantages des étapes courtes.

ÉTAPE 48: DÉBUT DE VOYAGE À DEUX

Lundi 15 juillet 2019, arrivée à Saltstraumen, 36 km, temps très nuageux et 12°C.

CAGNOTTE ASSOCIATION PETITS PRINCES: pas de nouveau don, la cagnotte reste à 15 dons représentant 805 €, merci à ceux qui ont eu la gentillesse de donner.

Ce matin, je me lève à 6h pour aller à l’aéroport. J’ai préparé mes affaires pour ne pas réveiller les autres femmes (nous sommes 5 dans une chambre de 8 à l’auberge de jeunesse international de Bodo). Je descends récupérer Petit prince avec un peu d’anxiété de l’avoir laissé tout seul dans un parking ouvert mais il est là mon fidèle compagnon et on n’a pas touché à la remorque (j’avais monté mes 2 sacoches car elles sont faciles à enlever). Je range mon attirail, demande au GPS de me guider vers l’aéroport De Bodo et nous voilà partis.

Continuer la lecture de ÉTAPE 48: DÉBUT DE VOYAGE À DEUX

ÉTAPE 47: FIN DES ÎLES LOFOTEN

Samedi 13 et dimanche 14 juillet 2019, arrivée à Bodø 37 km + 3h30 de ferry, temps très nuageux, température 12°C

Au moment de quitter le camping sans avoir pris de petit-déjeuner, Jean Pierre vient me retrouver pour m’inviter à prendre le petit-déjeuner. Je descends de vélo et je vais les retrouver dans leur caravane. Puis nous discutons de l’endroit où nous allons chacun. Ils veulent aller à Å et moi aussi car Anita m’a conseillée d’y aller. Alors nous décidons d’aller ensemble en voiture et je passerais donc une nouvelle nuit au camping. Comme j’ai tout démonté, je vais chercher mon trike, je le gare près de la caravane et je remonte la tente à côté de la caravane.

Continuer la lecture de ÉTAPE 47: FIN DES ÎLES LOFOTEN

ÉTAPE 46: VOYAGE REPARTI

Jeudi 11 juillet et Vendredi 12 juillet, arrivée à Flakstad, 62 km, temps nuageux, un peu de soleil à partir de 15h, 12°C de température.

Jeudi matin, nous sommes parties chercher la roue et à notre grande stupéfaction, celle-ci n’était pas réparée et bien sûr on ne nous avait pas prévenu.s. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient égaré la clé à rayon, commandé une autre qui n’était pas arrivée. Dans un atelier à vélo, ne pas avoir de clé de rayons, cela interpelle. Et encore une fois, c’est Anita qui a sauvé la situation. Elle est allée chez son réparateur vélo qui est en vacances, a emprunté une clé de rayon et l’a emmené à l’autre réparateur. Ubuesque ! Finalement la roue a été réparée à 16h, mais là encore, il n’y avait pas le matériel pour l’équilibrer, alors, cela reste à faire.

Continuer la lecture de ÉTAPE 46: VOYAGE REPARTI