Etape 76: je hais les chicanes, je hais les chicanes, je hais…

Jeudi 22 août, arrivée à Guise, 97 km, très beau temps.

Après le petit- déjeuner pris avec Lucien et Marie Jeanne, je pars, direction la France, je retourne au bercail. Je tombe très vite sur une belle piste cyclable protégée par des chicanes qui s’ouvrent quand le mécanisme n’est pas grippé ou cassé.

La route est superbe, en bon état et il fait beau, que demander de plus. Je passerais les trois quarts de la journée sur des belles pistes cyclables, c’est vraiment très agréable. Le seul problème et ceci est récurrent avec mon vélo, c’est les chicanes.

Quand on trouve des champs à côté des chicanes, les agriculteurs ne s’embarrassent pas des chicanes, ils tracent un passage à côté, alors Petit Prince passe relax.

Mais quand les barrières ne s’ouvrent pas, qu’on a rajouté un poteau à côté pour empêcher le passage et qu’il y a un fossé sur le côté, c’est le parcours du combattant pour moi. Et Petit Prince bascule avec moi et en plus dans une belle gerbe d’orties histoire d’avoir de belles démangeaisons par la suite. J’abîmerais une nouvelle fois le tissu du Veltop, au même endroit qu’au Cap Nord.

Vous me direz que je n’ai qu’à descendre et détacher la remorque. Je suis d’accord avec vous mais je suis descendue 14 fois dans la journée pour cause de chicanes, alors détacher la remorque 14 fois c’est ch….!

Je retrouve ces ponts en brique, je ne sais pas ce qui passe dessus, je ne peux pas voir.

Lorsque je trouve une voiture sur la piste cyclable, cela me fait rire. Moi vélo spécial, on « m’emmerde » pour passer mais pas de problème pour une voiture. Cherchez l’erreur…

Et je retrouve la France avec un grand plaisir.

Pas de piste cyclable le long des routes comme dans tous ces pays que je viens de traverser mais des superbes petites routes. Mais c’est vrai que pour la sécurité nous dépendons de l’attitude au volant des conducteurs, de leur respect des vélos.

Il est midi. Il faut que je fasse une recharge sécurité de batterie. J’ai décidé de me faire plaisir et de faire un bel arrêt. Je trouverais un excellent petit restaurant près de l’étang du Hayon. Je ferais une halte très agréable. Que le soleil change tout (et encore mes panneaux solaires ne chargent plus…)

Cet étang est suivi d’un joli petit village, Trélon, dans lequel se trouve un château, le Château de Merode occupé par la même famille depuis 1580. Le restaurateur est le fils du propriétaire qui a déjeuné à côté de moi. On me propose de faire des photos de Petit Prince devant le château, ce que j’accepte avec grand plaisir. Ce château se visite et je l’aurais fait avec grand plaisir si je n’avais pas eu un vélo au fonctionnement dégradé m’obligeant à rentrer rapidement.


Il parait que le château de style Louis XIII est entièrement meublé. Quand on voit sa taille, c’est impressionnant. La princesse de Mérode habite toujours ce château

Petit Prince est très fier de poser avec le propriétaire. Puis nous repartons

La mode des parapluies sévit même dans les petits villages. Puis je trouve la piste cyclable de l’EV3 que je vais emprunter sur 40 km. Elle est installée sur une ancienne voie ferrée. Elle est très belle.

Par contre, on voit déjà des problèmes d’entretien. L’herbe envahit la piste à certains endroits.

Des chicanes sont présentes mais la plus grande partie sont couchées. J’en trouverais une seule en bois qui me bloque. Si les gens du coin pouvait en couper 15 cm de part et d’autre, cela serait parfait.

Quand la chicane est relevée, j’ai juste la largeur de passer .

Que les paysages de France sont beaux. C’est sûr que je ferais un grand tour de France pour découvrir toutes les merveilles de mon pays.

Ayant bien roulé sur la piste cyclable, à Guise, endroit où se termine la piste cyclable, je m’arrête dans une station service pour connaître le niveau de ma batterie. Il est faible, il faut que je m’arrête rapidement. Dans une montée, je vois une maison ouverte sans barrière ni portail. Cette maison m’inspire, je m’arrête et demande l’hospitalité. Je viens de tomber dans une superbe famille dont l’accueil est immédiat. Quelle chance.

Merci à Denis, Béatrice et leurs enfants, Pauline, Clémence et le petit dernier Rémi, pour leur accueil si chaleureux à leur retour de vacances. Ce dîner dehors était vraiment agréable et Rémi dont j’ai partagé la chambre (ce dont je le remercie) a dormi comme un petit loir.

3 réflexions sur « Etape 76: je hais les chicanes, je hais les chicanes, je hais… »

  1. Je hais les barrières anti intrusion non normalisées aussi…un parcours du combattant qu on impose aux cyclistes .
    Je n ai pas pris de photo de mon accident…puisque j etais blessée et couchée sur mon velo…mais je vois que ça t es arrivée aussi…
    Décidément…
    Allez c est presque la dernière étape non ?
    Oui la France est belle…très belle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.