Etape 55: AU PAYS DES TROLLS

Lundi 22 juillet, arrivée à Mosheim Camping, 46 km, pluie ce matin et soleil, vent cet après-midi.

Après une nuit de pluie, le matin ne vaut guère mieux mais vers 9h la pluie finit enfin par s’arrêter. Ce camping où nous sommes arrêtés était bien agréable (hormis les insectes, les taons, les moucherons, …). On a retrouvé 2 familles françaises (dont une franco norvégienne) et très sympathiques. Comme très souvent dans ce genre d’endroit, le lieu de réunion est la cuisine où les gens viennent soit cuisiner, soit laver leur vaisselle sale. La famille « mixte » est en vélo avec le petit dernier Hugo 5 ans qui pédale déjà bien. Ils sont 5 avec une grande tente, le poids de la remorque doit être pas mal. Ils habitent Oslo et ont commencé leur périple depuis 3 jours. On quitte ce petit village de campeurs où pour la première fois nous avons croisé des concitoyens tout nous voilà partis.

Comme l’île n’est pas très grande, nous irons jusqu’au bout de la route, mais celle-ci est plus à l’intérieur des terres que ce que nous avons cru au départ. Les paysages sont donc des paysages de campagne avec toujours la même chose, des élevages de vaches et moutons, des champs pour le foin et des round ballers qui barrent ou dénaturent la campagne un peu partout.

Claude, ceux-là sont dans du plastique jaune
Le jaune est à la mode dans cette campagne. Claude, il ne manque qu’une photo des round ballers habillés en bleu !…

Arrivés au bout de la route, on tombe sur un chemin conduisant à un petit port où nous pourrons pique niquer.

Puis, il nous faut faire demi-jour puisque cette route ne fait pas le tour de l’île, nous sommes donc obligés de revenir sur nos pas. Thierry file devant à une bonne allure car le relief est relativement plat sur l’île. Et moi suivant une habitude bien ancrée maintenant, je musarde derrière. Le rythme suivi pour moi est complètement différent de quand je suis seule. Je m’arrête très peu hormis pour prendre des photos et je roule paisiblement de longues distances (souvent 40 km) sans m’arrêter car je n’en ressens pas le besoin (et surtout je n’ai pas faim !…et je peux boire sur le vélo en roulant grâce à ma poche à eau de 3l).

Puis nous arrivons au bac et , là encore, nous avons une chance insolente puisque le bac vient d’arriver (il effectue une rotation toutes les 2h). Une fois à bord, nous montons sur le pont où nous pouvons nous asseoir car le vent est tombé et le soleil est là.

La traversée dure une heure, puis nous débarquons. La distance parcourue par jour n’est pas due à ce que peut faire Thierry dans la journée mais à la présence d’un camping ou non le soir. C’est la dictature des campings. Tous les jours, j’identifie les campings du coin et les distances à parcourir. Thierry me dit ce qu’il choisit, puis je rentre le lieu dans l’application GPS et on regarde le relief. On ajuste éventuellement en fonction de l’effort à faire, mais très souvent, on n’a pas le choix car il n’y a pas beaucoup de campings. Concernant Petit Prince, le soleil est assez présent, en ce moment, pour qu’il puisse se recharger au soleil, la remorque avec panneaux solaires que je me trimballe depuis le début a enfin un sens, vous me direz, il serait temps et je suis d’accord.

Le camping de ce soir est proche puisqu’il est à 9km de l’embarcadère. Et ce camping est très particulier car c’est le camping des trolls. Il est tenue par une vieille dame qui a dédié son camping aux trolls. Suivent moi, je vais vous faire visiter.

Cette femme garde l’entrée du camping
La maison des poules

Et cette femme a transformé sa grange en petit musée, c’est incroyable.

Le coin des pères Noël

puis nous ressortons pour visiter le camping

Le camping est bien gardé
Au passage, un coin super sympa pour manger à plusieurs.
Une maison de trolls
On voit que celle-i est habitée
Et voilà la cabine que nous avons pu avoir
L’intérieur, ce n’est pas grand mais par rapport à une tente, c’est luxe.

Voilà, vous avez visité ce lieu insolite avec nous, et maintenant, une bonne douche, le repas et au lit. S’il pleut cette nuit, je ne l’entendrais pas car la maison a un toit végétalisé, aussi j’espère enfin passer une bonne nuit.

2 réflexions sur « Etape 55: AU PAYS DES TROLLS »

  1. Ah dis donc, kitchissimes les Trolls!!! Les nains de jardin n ont plus qu à aller se rhabiller.
    Merci pour la visite guidée, quelle accumulation hetéroclite, je ne sais pas comment cette dame fait le ménage!
    Votre petite cabane était très mignonne, tant mieux si vous y avez passé tous les deux une bonne nuit.
    Je trouve très joli le petit port où vous avez pique-niqué, ces paysages semblent très paisibles et reposants.
    Bonne continuation pour la prochaine étape.
    Je vous embrasse très fort

    1. Bonjour Odile
      Ce n’est pas tous les jours que l’on découvre un lieu pareil. Si tu avais vu la fierté de cette femme. On image bien tout le travail aussi bien pour trouver les objets que pour les constructions ou les sculptures dans des troncs. Pour le ménage dans le « musée », je ne vois pas comme c’est possible ! La petit cabane était un vrai petit bijou, très bien faite avec le souci du détail. C’était un vrai petit nid, je suis sûre que c’est pour cela que j’ai si bien dormi !….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.