ÉTAPE 53: la fatigue se fait ressentir.

Vendredi 19 juillet 2019, arrivée à Sandnessjøen camping. Pluie ce matin et soleil l’après-midi.

Lorsque nous partons, ce matin, le temps est menaçant. Nous allons directement prendre le bac à Nesna pour traverser et arriver à Levang. Mais à côté de l’embarcadère, Thierry a repéré un magasin. Il s’y précipite pour acheter un gâteau (parfaitement mauvais), un paquet de chips et 2 sandwichs mous qui ne valent guère mieux, mais il a de quoi manger. Il a même le temps d’aller chercher un distributeur de billets pour prendre de l’argent liquide. Mais j’ai eu peur car le bateau était en avance sur l’horaire et Thierry est arrivé au dernier moment pour embarquer. Et lorsque nous sommes à bord, la pluie se met à tomber drue. Comme la traversée est brève, nous débarquons sous la pluie.

Et Thierry, bien que parfaitement équipé pour rouler sous la pluie, décide de ne pas rouler sous la pluie car cela n’a pas d’intérêt. Si j’avais raisonné comme cela au début de mon voyage, je ne serais pas allé loin !…Mais qu’à cela ne tienne, nous allons attendre la fin de pluie dans un abri bus pendant 1h1/4, je trouve le temps long. Le camping prévu est à 60 km mais Thierry trouve que c’est trop loin, il n’est pas de bonne humeur et je pense que là, il accuse le coup. Il a tellement bien roulé depuis le début qu’il doit avoir un coup de fatigue. Et puis, je pense qu’il ne gère pas bien la façon de s’alimenter, lui qui est facilement en hypoglycémie. Tout cela cumulé, je pense qu’il a un coup de « moins bien ». Au bout de 25 km, il veut s’arrêter mais il n’y a pas de camping. Il a beau regarder une carte, il n’en trouve pas. Moi, j’en ai repéré un, mais à 20 km. En maugréant, il remonte sur son vélo. C’est un jour « sans ».

Le soleil est revenu et je trouve la route très agréable.

Thierry file devant, je le sens pressé d’arriver, mais moi je flâne et j’en profite. Il trouve qu’il y a beaucoup de circulation, c’est vrai, un peu plus qu’hier mais les mobile cars font beaucoup de bruit en nous doublant. Je pense que le bruit achève de le démotiver pour aujourd’hui. Je le connais, il va très vie rebondir.

Un superbe pont suspendu pour franchir le fjord et pour une fois sans aucune pente.

La vue du pont est superbe.

Puis nous arrivons au camping. C’est amusant, il est situé au bout d’une piste d’un tout petit aérodrome. Je serais curieuse de savoir la fréquentation de cet aéroport.

C’est un camping familial simple comme je les aime. Ici pas de gros mobile homes, mais surtout des caravanes ce qui est rare.

J’installe Petit Prince au soleil avec les panneaux ouverts et nous montons la tente. Je pensais que Thierry, fatigué aurait voulu une cabine mais il préfère camper. Il va vite prendre une douche et quand il revient, il parle de courses. Mais il n’y a aucun magasin à côté. Il va à la réception pour voir s’ils vendent quelque chose. Très gentiment le patron du camping lui propose de l’emmener en voiture au hameau faire des courses. Thierry est content et part avec lui. A la caisse du magasin, on lui confisque nos 2 bières car il est interdit de vendre de l’alcool après 18h. J’ignorais cela. Encore un règlement stupide puisque les norvégiens sachant cela achète avant 18h. Seuls les touristes ignares comme nous se font prendre. Le propriétaire du camping qui accompagnait Thierry rigole de sa mésaventure et quand il le ramène, très gentiment, il lui offre les 2 mêmes bières qu’on lui a confisqués. On fera un bon repas ce soir et Thierry mangera bien. La bonne humeur est retrouvé. Ceci dit, je ne suis pas capable de savoir ce dont il a besoin par rapport à l’effort physique, il faut qu’il trouve lui même son équilibre.

J’ai réussi à rattraper ma newsletter de retard, elle est plus brève mais je suis à jour. Je vais pouvoir aller prendre ma douche et me coucher

S’IL VOUS PLAÎT N’OUBLIEZ PAS L’ASSOCIATION PETITS PRINCES (pas de nouveau don depuis un moment !…)

5 réflexions sur « ÉTAPE 53: la fatigue se fait ressentir. »

    1. Bonjour
      Tu sais Thierry est comme moi, pas facile à se laisser abattre, il va très vite rebondir. Ce qu’il fait est déjà extra vu les dénivelés. On se paye de sacrés côtes. On va en Grèce en septembre, vous ne seriez pas en Crête à cette époque ?

  1. Bonsoir Corinne et Thierry.Un peu de statistique.Combien de ponts,de tunnels et de ferries vous avez empruntés en Norvège,sinon au total avec les traversées des différents pays ?

  2. Vive la bière, c’est un bon remontant pour le moral, et ça nourrit, c’est très bien pour Thierry (qui semble avoir toujours faim!) Par contre, c’est vrai que le porridge c’est pas terrible du tout. Vous êtes encore tombés sur des gens vraiment sympas pour vous sortir de vos galères. Vous avez quand même tous les deux une bonne étoile.
    Bonne continuation à tous les deux, et bravo à Thierry pour cette première semaine

    1. Bonjour Odile, je suis d’accord avec toi, le porridge n’est pas bon, par contre cela te permet de ne pas avoir de fringale et je trouve que cet aspect là est important. Tu peux aussi l’agrémenter avec des fruits et cela change le goût. Quant à la bière, c’est la récompense du soir

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.