ÉTAPE 52 : THIERRY a DES ENNUIS MÉCANIQUES

Vendredi 19 juillet 2019, arrivée à Nesna, 62 km, temps très ensoleillé.

Pendant que l’on prend le petit-déjeuner, un pan de la colline de l’autre côté s’effondre. Cela fait un énorme bruit et beaucoup de poussière.

Lorsqu’on part, j’utilise l’application OSmAnd+ qui me permet de regarder le relief. On voit que les 30 premiers km sont relativement plat mais qu’il y a 15 km de montées redoutables, donc longues et difficiles, puis 15 km faciles pour arriver au camping qui j’espère va être ouvert ce soir. A priori 2 tunnels donc un de 3 km, j’espère qu’il ne monte pas. Comme cela, on sait à quoi s’attendre et on est prêt psychologiquement.

Thierry est parti devant comme d’habitude mais à ma grande surprise, il s’arrête très vite. Il n’arrive plus à passer les vitesses sur les plateaux à l’avant (Il a 3 plateaux). Cela m’énerve prodigieusement car le vélo a été révisé complètement avant de partir (mais peut-être ce problème est-il apparu depuis ?). Il installe la chaîne sur le petit plateau et va rouler comme cela toute la journée. Nous avons bien essayé de faire quelques choses mais comme on n’y connait rien et l’un et l’autre, le résultat est nul. Il fera quand même 62 km dans ces conditions là et avec du dénivelé. J’ai quand même peur que cela fasse trop d’effort pour lui.

Au bout de 15 km, Thierry s’arrête car il a faim. Et oui, s’il prenait du porridge, il n’aurait pas ce petit coup de barre, mais rien à faire, il n’aime pas cela et ne veut pas en prendre. On fait nos poses dans des cadres magnifiques.

Et la route continue. On suit toujours la même, la N17

Puis la route commence à monter et c’est une sacré montée. Thierry monte régulièrement sans jamais s’arrêter. Et moi, je dois régulièrement m’arrêter pour laisser refroidir le moteur qui peine trop, entre le niveau de pente élevée et la remorque trop lourde (qui a été allégée puis rechargée avec de la nourriture). Une fois je montrais à 116°C car avec le soleil, je n’ai pas vu l’écran du compteur. Il faut vraiment que je fasse attention car je vais finir par griller le moteur. Et cette pente est longue, longue mais arrivée en haut, quel spectacle.

On se posera un peu, le temps de profiter du spectacle, puis on attaque la descente qui est une belle descente à 9%. Je suis obligée de beaucoup freiner car le poids m’emporte très vite. Et nous voilà vite au niveau de la mer.

On arrive près du camping. La ville est petite, plutôt un gros hameau. Je m’arrête pour demander à quelqu’un qui se trouve dans son jardin, s’il connait un réparateur de vélo. Il nous indique un réparateur de bateaux qui a un gros atelier. Il essaye de faire quelque chose, mais lui non plus n’arrive à rien. Par contre, il nous indique d’aller chez « l’américain » et il nous fait un plan. A priori c’est un particulier très compétent en vélo. On arrive chez lui et effectivement, il a un garage transformé en atelier vélo.

Le vélo est immédiatement pris en charge. On sent qu’il s’y connait drôlement. Il nous demande de lui laisser le vélo et de le récupérer demain matin. Je prends les sacoches de Thierry sur la remorque et nous partons au camping. Je vois que Thierry n’est pas bien, il tombe d’inanition. Arrivée au camping, il demande une cabine et nous allons tout de suite au restaurant. Après un bon repas, avec une excellente bière, Thierry reprend des couleurs. A notre grande stupéfaction, lorsque nous arrivons devant notre chambre, le vélo de Thierry est là et il est réparé. Le lendemain, nous irons voir l’américain pour le remercier et le payer mais il nous offrira la réparation. Là encore, quelle chance nous avons.

4 réflexions sur « ÉTAPE 52 : THIERRY a DES ENNUIS MÉCANIQUES »

  1. Superbe ces photos, et tout à l’avenant, des belles rencontres et de quoi se nourrir !!!! Grosses bises à vous deux

    1. Les photos peuvent être belles les paysages sont exceptionnelles.
      Heureusement que Thierry trouve à se nourrir

  2. Les paysages sont vraiment magnifiques! Rien qu’à les regarder on devine aisément les efforts que vous avez dû fournir pour arriver là-haut. Ce sont de belles récompenses de pouvoir se poser un peu, et vous avez du soleil, tant mieux.
    Je vous embrasse très fort, toute mon admiration à vous deux.

    1. Bonjour Odile, oui on a eu 2 jours de beau soleil (la batterie a pu être totalement rechargée par les panneaux solaires) mais la fête est finie, la pluie est de retour. Les mêmes paysages à la pluie et au soleil n’ont pas du tout la même allure.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.