ÉTAPE 48: DÉBUT DE VOYAGE À DEUX

Lundi 15 juillet 2019, arrivée à Saltstraumen, 36 km, temps très nuageux et 12°C.

CAGNOTTE ASSOCIATION PETITS PRINCES: pas de nouveau don, la cagnotte reste à 15 dons représentant 805 €, merci à ceux qui ont eu la gentillesse de donner.

Ce matin, je me lève à 6h pour aller à l’aéroport. J’ai préparé mes affaires pour ne pas réveiller les autres femmes (nous sommes 5 dans une chambre de 8 à l’auberge de jeunesse international de Bodo). Je descends récupérer Petit prince avec un peu d’anxiété de l’avoir laissé tout seul dans un parking ouvert mais il est là mon fidèle compagnon et on n’a pas touché à la remorque (j’avais monté mes 2 sacoches car elles sont faciles à enlever). Je range mon attirail, demande au GPS de me guider vers l’aéroport De Bodo et nous voilà partis.

Et le GPS me guide jusqu’à l’aéroport Militaire de Bodo. Je suis arrêtée par une barrière avec un militaire armé. Je suis sidérée. Qu’est-ce que je fais là ? Les 2 aéroports, civil et militaire se touchent mais pourquoi le GPS a t-il choisi l’aéroport militaire. ?Nous faisons demi-jour à la recherche de l’aéroport civil mais sans GPS car celui-ci s’obstine à m’emmener à l’aéroport militaire.

Et l’aéroport civil est très mal indiqué. J’ai un peu de mal à trouver et comme je ne suis pas bien réveillée, Petit Prince et moi ne sommes pas très performant. Enfin, on finit par arriver et je retrouve mon mari bien fatigué par sa nuit presque sans sommeil (il a eu son vélo à minuit et demi ) et il est resté à l’aéroport dans le hall d’arrivée pour la nuit. L’horaire n’était pas sympa car Thierry avait pris un vol pas cher, donc dans ces cas là on refile le dernier avion qu’on a du mal à remplir. Je gonfle son vélo, vérifie l’accrochage des sacoches (et elles sont mal mises …). Je suis étonnée car ce vélo a ma selle Brooks de femme et non celle de mon mari. Il m’explique qu’il n’a pas réussi à la mettre.Je ne dis rien mais je n’en pense pas moins. J’ai très peur qu’il est mal aux fesses. Je lui avait préparé une sacoche de guidon mais il ne l’a pas prise car cela faisait trop de bagages, donc il ne pourra pas suivre avec la carte. Il est parti minimaliste car il a 8 kg de bagage, je ne sais pas comment il a fait. J’espère qu’il ne va pas lui manquer trop de choses. Je pourrais toujours essayer de compléter.

Puis nous partons pour le magasin de vélo où j’ai rendez-vous avec le technicien vélo mais il est 8h30 et il n’ouvre qu’à 10h. Pour attendre, nous allons en direction du port où j’espère trouver un café d’ouvert. Au bout de 3 km, on en déniche un et on prend un bon petit déjeuner. Thierry a mal à la tête et il est un peu dans le cirage.

Dur de rester éveiller !…

Puis, un peu avant 10h, nous nous rendons au magasin de vélo que m’a trouvé Anita pour faire équilibre la roue arrière.

La roue a subi des dommages, elle n’est plus toute à fait droite et l’axe a reculé de 5 cm à droite, je trouve cela curieux. Et il ne faut pas que cela continue car je n’ai presque plus de place pour accrocher la remorque alors qu’avant je n’avais aucun problème. Je fais aussi vérifier les freins qui eux sont en bonne état.

Le pro a remonté la roue tout de suite, alors qu’avec Anita, cela avait été difficile.

Thierry n’ayant pas pris de chambre à air, d’antivol et de rayons, j’en profite pour acheter tout cela car il a des roues de 700 et moi que de 650.

Puis nous partons. Comme souvent, à la sortie des villes, c’est un peu compliqué avec le GPS, ce qui énerve Thierry. Il va falloir qu’il apprenne à se décontracter à vélo Et nous voilà enfin partis sur la route17 que nous allons suivre jusqu’à Trondheim. A 120 km, j’ai repéré un tunnel de 11 km interdit aux cyclistes. Cela veut dire qu’à Ornes, dernière ville ou on peut prendre un ferry, il faudra embarquer nos vélos, mais je ne sais pas où il faudra débarquer, il faudra voir sur place.

Thierry roule et ne s’arrête pas. Moi, je continue à regarder autour de moi et à faire des photos. Il va falloir que Thierry apprenne le vélo plaisir. J’ai l’impression que cela va mettre un peu de temps. La fatigue va peut-être aidée ?

Le soleil n’est pas de la partie et il fait froid. Je vais m’arrêter pour mettre la doudoune.

Puis au bout de 30 km, Thierry s’arrête. Il veut prendre une douche et manger un steak. Je suis décontenancée car nous sommes au milieu de nulle part. Il nous faut continuer jusqu’au prochain camping qui par chance se trouve à 6 km.

Regardez les roches plissées, c’est extraordinaire.

Nous arrivons au camping de Saltstraumen. Et là par chance il y a une carte détaillée de la côte avec la route 17 sur laquelle je vais pouvoir indiquer tous les campings afin d’essayer de gérer au mieux les distances à faire.

Finalement Thierry souhaite prendre une cabine. Elle est luxueuse, je n’ai jamais eu cela: un salon cuisine, 2 chambres et 2 salles de bain. Il y a un hôtel à côté avec un restaurant. Mais il est 3h, Thierry devra attendre 5h pour dîner. En attendant, nous allons 1 km plus loin où on nous a dit que se trouvait un magasin Coop. Nous faisons des courses à base de pâtes. Et je suis triste car, entre la popote et les courses, je me prends 7 kg de bagages supplémentaires. Or quand j’étais chez Anita, j’avais fait un tri drastique de mes affaires pour m’alléger et j’avais renvoyé chez ma charmante voisine Bernadette (j’ai oublié de vous prévenir Bernadette !…) ce colis. Et je me recharge à nouveau de 7Kg supplémentaires, ce qui va être dur dans les pentes.

L’heure du repas arrive et nous prendrons 2 plats, une soupe et un plat bien bourratif que Thierry finira, moi je ne peux pas finir, je n’ai pas l’habitude de manger autant. Puis nous rentrons dans notre cabine où Petit Prince m’attend sagement.

Petit Prince n’a pas l’habitude d’avoir un copain avec lui.
La vue de la cabine le matin

Le matin, il fait beau, mais en Norvège, on sait que cela ne veut pas dire grand chose car le temps peut totalement changé en 1h. J’espère quand même que l’on va avoir un peu de beau temps et un peu plus chaud. J’ai repéré les campings pour aujourd’hui, on en trouvera un à 55 km et l’autre à 82 km, c’est Thierry qui décidera de ce qui est le mieux pour lui.

8 réflexions sur « ÉTAPE 48: DÉBUT DE VOYAGE À DEUX »

  1. Bonjour Corinne.Je vois que vous êtes trés en avance sur la date..Vous avez mentionné le 15 septembre au lieu du 15 juillet.
    Tout comme moi,vous avez eu affaire avec les militaires ,mais pas pour les mêmes raisons,vous en tant que touriste ,et moi ,en tant que ingénieur géomètre pour la nouvelle route de l´aéroport civil qui se trouve sur une base militaire..C´est vraiment bizarre ,ces GPS.Ils m´indiquent deux distances,vraiment différentes suivant le bouton que l´on appuie.Je pensais que pour l´un c´était la distance de la route et l´autre la distance à vol d´oiseau.Ca ne correspond á rien.Nous sommes sur une aire de repos oú il y a un monument à la mémoire des régiments norvégiens et de la 27 ème demi-brigade de Chasseurs Alpins francais durant la bataille de Narvik en avril 1940.Sans doute un coin stratégique oú on domine le fjord de Narvik et oú on voit Bjerkvik,,oú il y a le carrefour des E 10 vers les Lofoten et Vesterålen en sens inverse , Kiruna et la Suède et la E 6 ,la colonne vertébrale de la Norvège, de Oslo á Kirkenes ,prés de la frontière russe á plus de 1042 km par la Norvège.Qui va renporter le maillot jaune,ce soir ?

    1. Bonjour Jean Pierre
      J’avais tout faux pour la date et le numéro de l’étape. Peux mieux faire !…Je ne suis pas le tour de France alors, je ne peux pas répondre Jean Pierre.
      Bonne soirée et bon retour. amicalement Corinne

  2. Coucou ma Corinne,
    Comme tu dis, Thierry va devoir apprendre à se détendre et vivre à ton rythme. Il ne faudrait pas que ce soit toi qui t’énerve… Je sens que tu vas avoir des tas de choses à nous raconter 😊
    Les paysages sont toujours magnifiques, mais est-ce-que c’est l’été ?
    Prends bien soin de toi.
    A demain 😘😘😘

    1. Bonjour Magali,
      Tu sais pour Thierry, il faut toujours être speed, alors être relax et en plus sur un vélo c’est de l’ordre de l’incongru. On va voir comment il s’adapte mais ce qui est sûr c’est qu’il ne gâchera pas ma bonne humeur. Bisous et à bientôt. Corinne

  3. Bonjour Corinne,
    J’ai beaucoup ri en lisant ta lettre ce matin. Merci de cette bonne humeur !
    Je serai à Athènes les 3 et 4 septembre, après je ne sais pas car je pense aller voir mes parents à Chios. Je vous y verrai bien sûr avec grand plaisir. Bises et bonne route à tous les 2

    1. Bonjour Marie Sophie
      Oui, il faut être de bonne humeur par rapport à l’inconnu qui est « Thierry sur un vélo en voyage ». Comme il m’a toujours dit que le vélo était ennuyeux, c’est un sacré challenge pour tous les deux. Pour la Grèce, on verra si on arrive à se croiser. Bisous Corinne

  4. bonjour,
    Toujours de belles photos mais pas un climat pour voir le soleil.
    on comprend pourquoi les nordiques aiment tant aller vers le sud
    Nous serons la pour réceptionner le colis; Il ne faudrait pas qu’il arrive un jour où nous serons sortis
    Bonne rout à tous les deux?
    amicalement
    Bernadette

    1. Bonjour Bernadette
      Aujourd’hui nous avons eu un peu de soleil le matin mais la température reste fraîche 14°C.
      Merci pour la réception du colis car Thierry étant avec moi, il y avait personne pour le réceptionner. Amicalement Corinne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.