ÉTAPE 45: UNE TRÈS TRÈS GROSSE FRAYEUR AVEC LE TRIKE

Mercredi 10 juillet, Vassbogan, 7 km, temps ensoleillé et nuageux.

Comme d’habitude quand je suis bien accueillie, je discute de mon trajet pour le lendemain. Je souhaite revenir sur mes pas pour faire la route 851 qui fait le tour par le bas des îles Lofoten. Michel et Régine l’ont fait et m’ont dit que c’était absolument superbe. Mais Anita n’est pas d’accord pour le faire en vélo, car elle trouve la route étroite et en mauvais état, donc dangereuse. Elle insiste beaucoup la dessus et me propose de faire cette route en voiture avec elle. Anita me conseille avant d’aller voir le musée Viking à Borge situé à une dizaine de Km de chez elle. On se met d’accord sur ce programme et l’après midi, on fera la route en voiture.

Je détache donc le remorque et je pars avec Petit Prince. Quel joie d’avoir un trike sans remorque

Petit prince en liberté sans remorque

Je commence par une bonne montée puis une bonne descente. Au milieu de la descente Petit Prince commence à zigzaguer et moi à en perdre le contrôle. Je ne comprends rien de ce qui se passe, j’ai un mal fou à freiner, à empêcher le trike de prendre de la vitesse. Il faut absolument que j’arrive à maîtriser la situation mais l’arrière du trike semble fou. J’occupe toute la route, heureusement personne en face et visiblement la voiture derrière moi comprends que j’ai un problème et n’essaie pas de me doubler. Je ne sais comment j’ai fait, mais je réussie à arrêter Petit Prince en bas de la côte. Je suis très effrayée par ce que je viens de vivre car j’ai vraiment eu beaucoup de mal à faire face à cette situation inédite. Je descends et je regarde la roue arrière. Trois rayons sont cassés et la moitié des autres rayons dévissés. Le moteur bouge totalement et la roue se déforme dès que vous la bougez. J’ai inspecté la roue, il y a 2 jours et aucun rayon n’était cassé. Par contre, je n’avais pas pensé à vérifier si les rayons se dévissaient car cela ne m’était pas venu à l’idée. J’ai fait 3,5 km, je fais demi-jour et je reviens tout doucement. Le vélo fait un bruit d’enfer et c’est sûr que je ne l’arrange pas en étant dessus, mais il me faut bien revenir à mon point de départ. Anita est étonnée de me voir déjà de retour. Quand je lui montre la roue arrière, comme moi, elle est impressionnée. Je me lance donc pour la première fois dans le démontage de la roue arrière, ce que je fais minutieusement pour savoir la remonter derrière.

Anita regarde avec moi comment enlever la roue
Petit prince sans roue arrière, il a une drôle d’allure et je suis aussi triste que lui

Une fois démontée, lorsque je voie l’ampleur du désastre, le moteur qui ne tient presque plus, la roue qui se déforme dès qu’on la touche car non rigidifié par les rayons, j’estime que le mal est trop grave pour un travail d’amateur et Anita est d’accord avec moi. On charge la roue dans la voiture et on va jusqu’à la plus grande ville du coin (Leknes) qui est à environ 25 km. Et là malheureusement le mécanicien qui s’occupe de son vélo est en vacances. On nous envoie dans le magasin Intersport. Le mécanicien qui nous accueille est impressionnée par la roue et inquiet de faire quelque chose qui puisse mettre ma sécurité en jeu (alors moi qu’est-ce que je devrais dire ?). Il garde la roue et les rayons qui sont spécifiques, mais comme il a du travail, je ne pourrais la récupérer que demain matin. Je me retrouve donc pour une deuxième nuit imprévue chez Anita qui est la gentillesse même avec moi. Elle voit que la situation m’a beaucoup angoissée. C’est vrai parce que je sais que si j’avais eu la remorque, je n’aurais pas réussi à m’arrêter et j’aurais eu un accident. Je n’en reviens pas du « hasard » qui fait que juste avant j’ai décroché la remorque, que tout cela soit arrivé au moins mauvais moment pour moi. Mais comme tout les « quasi » accident, il faut en tirer des leçons. Je me demande comment j’en suis arrivée là, ce qui a pu concourir à ce que les choses se passent comme cela: les mauvais chemins indiqués par le GPS, le km descendu dans les pierres quand ma batterie était vide, le poids de la batterie sur le porte bagage, la remorque lourde, la non surveillance journalière des rayons et leur tension et …Puis une chose à laquelle je dois réfléchir c’est quels sont les signaux faibles que je n’ai pas su interpréter, il y en a obligatoirement.

Il est clair que « plus jamais cela », je n’aurais pas une deuxième chance comme celle que je viens d’avoir, donc en arrivant, il me faudra revoir tout cela. Mais en attendant, les 2 seules choses que je peux faire, c’est ne plus prendre de chemin et la surveillance journalière des rayons, mais je ne vois pas d’autres choses qui sont possible et est-ce assez ? Alors oui, cette situation m’angoisse, surtout quand on connait le trajet à faire de Bodo à Bergen avec plein de dénivelés. Tout cela me tracasse.

Très gentiment Anita, sur le chemin du retour, prendra cette route que je voulais emprunter et je vous laisse admirer le paysage.

En passant dans un village, une scène amusante
Le brouillard se lève en hauteur et la montagne est coiffée

En rentrant, je suis un peu plus décontractée grâce à la gentillesse d’Anita et aux paysages que j’ai pu voir et qui sont si apaisants. Anita, comme tous les jours nourris, les mouettes avec des croquettes pour chiens premiers prix qu’elle achète spécialement pour elles. C’est amusant car dès qu’elle sort avec la gamelle, une nuée de mouettes arrivent.

J’ai décidé d’essayer de faire réviser le vélo à Bodo, j’espère que je trouverais un magasin où ils seront disponible. Cela me rassurerait un peu.

13 réflexions sur « ÉTAPE 45: UNE TRÈS TRÈS GROSSE FRAYEUR AVEC LE TRIKE »

  1. Coucou Corinne, on sent des années d’HACCP dans ton analyse de la situation :-). Soit prudente, mais je te fais confiance. Et encore merci infiniment de nous partager ton périple. Bises

    1. Bonjour Marie Sophie
      OUi c’est vrai, on efface pas 40 de métier comme cela. Il y a 2 signaux faibles que j’ai vu et que je n’ai pas su interpréter:
      – Quand je pédalais, le vélo se « tremoussait » un peu, je pense que c’est du à la déformation de la roue arrière
      – Dans la descente précédent mon arrivée chez Anita, j’ai perdu briévement le contrôle du vélo, j’ai interprété cela comme étant passé dans un trou, je pense que c’était les rayons qui cassaient sous la déformation de la roue.
      Maintenant, j’ai appris!…

  2. Heureux de lire que vous soyez sortie indemne de cet incident!
    Une fois votre roue refaite, un contrôle quotidien de la tension des rayons devrait suffire: ils ne peuvent tous se détendre en moins d’une journée. Je suis certain que ce souci technique ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir!

    1. Bonjour Simon
      Ma grande chance dans l’affaire, c’est de ne pas avoir eu la remorque.
      C’est sûr que maintenant le soir en arrivant, je vérifie mes rayons.
      Pour la tension des rayons, c’est nouveau pour moi car je ne le savais pas.
      J’ai cherché en vain à faire un stage de mécanique avant de partir mais en région parisienne, je n’ai trouvé que des formation diplomantes ….

  3. wow, quelle aventure! J’espère que tout ira bien pour les réparations, et que la route pourra être reprise sans problème bientôt! Bonne chance 😉

    1. Bonjour Marie
      Oui, j’ai eu très peur car je ne suis pas passé loin de l’accident. Pour la réparation, cela a été laborieux, mais cela a fini par se faire. Bonne journée

  4. Bonjour Corinne, tout vous a été dit, sur cet incident qui aurait pu « tourner grave » !!!!…en ce moment une nouvelle journée est entrain de se terminer pour vous j’espère dans la quiétude d’une Belle rencontre pour une nouvelle bonne nuit … bisous

    1. Bonjour Aline,
      Oui c’est sûr que rencontrer une belle personne comme Anita dans ce genre de situation, cela n’a pas de prix. Grâce à elle, j’ai pu résoudre tous mes problèmes

  5. Bonsoir Corinne,
    Quelle frayeur sans conséquence corporelle fort heureusement. Mince pour le matériel mais la mécanique se répare forcément. Anita est donc ton ange gardien ! Nous pensons et parlons de toi sans arrêt depuis notre rencontre. Michel trouve que tu fais de très belles photos. Nous sommes arrivés à Narvik ce matin 17 degrés :super pas un nuage en haut du téléphérique. Les couleurs et les fjords sont magiques aux Lofoten et ailleur. Demain route pour Tromso. On t’embrasse et ton expérience sera bonne conseillère.

    1. Bonjour Régine, bonjour Michel
      Oui, j’ai eu beaucoup de chance d’avoir un avertissement sans conséquence.
      Pour la tension des rayons, je ne savais pas donc je ne vérifiais pas, seulement la casse des rayons, que j’ai oublié de vérifier le jour où je suis partie seulement avec le trike. C’est sûr que cela m’a servi de leçon.
      Merci Michel pour la qualité des photos. J’essaie de m’appliquer à faire des photos qui me parlent.
      Question température 12°C ici et pas plus, vent et nuage, soleil à partir de 15/16h donc trop tard

  6. Quelle frayeur tu as encore eue, mais comme d’habitude tu t’en sors bien, et je crois que tu vas être bien dépannée.
    Heureusement que tout cela arrive quand tu es hébergée chez une personne très prévenante. Tu ne t’es pas trouvée seule au monde, c’est une chance dans ton malheur, et tu as même pu faire du tourisme et nous en faire profiter avec toujours de très beaux paysages. Merci
    Bon courage, demain sera un meilleur jour.
    Je t’embrasse

    1. Bonjour Odile
      Oui je trouve que j’ai beaucoup, beaucoup de chance dans cette affaire. La première c’est sûre, c’est de ne pas avoir pris la remorque car je sais que je n’aurais jamais pu m’arrêter à temps. Quand tu penses que c’est la seule fois où je la décroche !… Quand à Anita, tu pourras lire à quel point elle m’a aidée. Sans elle, cela aurait été très compliqué. Je sais que je lui dois beaucoup.

  7. So sad to hear about the broken trike but I’m also glad to read that you manage the dangerous situation without a really big disaster and getting yourselves injured. Be careful on the roads Mum on tour.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.