ÉTAPE 38: magnifiques moments

Dimanche 30 juin 2019, arrivée à Storslett, 71 km, temps pluvieux, venteux, puis en début d’après-midi devenant superbe.

Association Petits Princes: les dons ont atteint le niveau de 635€ (rappel, le coût moyen de réalisation d’un rêve d’enfant très malade est d’environ 1500€, car toute la famille participe à la réalisation de ce rêve pour l’enfant). Le dernier don est celui de Catherine qui me fait la gentillesse de me suivre depuis le début de mes voyages (on en est au 3ème) . Merci pour eux, Catherine, de votre générosité.

Après avoir écrit ma newsletter dans cette chambre froide, je ne traine pas. Le petit déjeuner, constitué d’eau, d’amandes et de biscuits (même chose que pour le dîner hier soir…) est vite enfilé, aussi je pars tôt, 7h1/4 du matin. J’ai décidé de couper en 2 la distance à faire de 140 km pour tenir compte du vent si fort qui m’oblige à consommer beaucoup plus de batterie pour lutter contre lui. 70 km dans ces conditions difficiles me suffisent. Je pars sous la pluie et le vent, c’est vraiment désagréable. J’ai prévu de m’arrêter dans la ville suivante à 20 km pour faire un vrai repas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour déjeuner et bien c’est raté. J’ai encore oublié quel jour on est, c’est dimanche et tous les commerces sont fermés y compris les restaurants. Il faudra que mes biscuits me tiennent au corps jusqu’à l’arrivée. Sur le trajet, peu de temps avant la fin des 70 km, il y a un gros dénivelé à faire, je sens que ce col va se mériter.

Un arc-en-ciel

Alors que le mauvais temps est annoncé pour toute la journée (pluie et vent), le beau temps semble arriver. Si cela pouvait être vrai. La route suit un bon moment la côte et le paysage est superbe. Puis la route s’enfonce dans la montagne et c’est parti pour franchir le col. Et j’en bave car certaines parties sont bien dures. Comme d’habitude, quand cela devient trop dur, je m’arrête, j’attends de récupérer du souffle et je repars. A un moment, c’est le moteur qui chauffe car il doit beaucoup pousser. Je n’oublie pas qu’à 140°C, il coupe pour ne pas griller. Alors quand l’affichage au compteur montre une température qui monte trop vite, je fais une pause moteur. Heureusement, la température redescend vite, alors cela ne me gêne pas trop et j’en profite pour récupérer un peu. Ces montées difficiles sont longues, il faut être patient. Mais comme j’ai décidé de réduire le nombre de km à faire, cela ne me cause aucun problème. Beaucoup de voitures et surtout de mobile homes et caravanes me doublent. Visiblement pour beaucoup de gens qui visitent la Norvège, le mobile home semble être l’idéal. Et moi je continue, coup de pédale après coup de pédale. Nous ne montons pas vite, mais nous montons et c’est l’essentiel. Bientôt le sommet est en vue et la vue est magnifique. Arrivée, en haut, un parking permet de s’arrêter. Un groupe de personnes me fait signe de me garer. Ce sont des français qui m’ont vu dans la montée (et aussi dans le tunnel pour le Cap Nord), ils ont repéré le drapeau français alors ils ont décidé de m’arrêter.

Groupe de français en haut du col devant une vue superbe et Petit Prince ne fait pas tâche !… 3 couples d’amis, chacun avec leur mobile home.

Nous commençons à discuter mais je suis en hypoglycémie, l’absence de vraie nourriture se fait sentir. Je leur demande s’ils ont à manger. Et à nouveau, la solidarité joue à plein. Une des femmes va dans son mobile home, réchauffe du riz et je me retrouve avec une bonne platée de riz au fromage râpée à manger devant un paysage de rêve. C’est parfait car cela me tient bien au corps. Puis Sylvia me ramène cerises et fraises. Quel luxe. Et pour le soir, elles me donnent très gentiment: pain, pâtés, sardines. Si ce soir l’accueil n’est pas sympathique, j’aurais au moins de quoi manger. Nous passons un bon moment ensemble mais je commence à me refroidir, il me faut repartir. Et curieusement, une des roues avant est bloquée par le frein, ce qui ne m’est jamais arrivé. Et là, ce sont les hommes qui prennent le relais. Ils débloquent la situation (dans tous les sens du terme) et je peux repartir. Un des couples est de Royan, alors on a pris rendez-vous pour prendre un pot ensemble au retour. Que le hasard fait bien les choses. Et c’est toute ragaillardie par cette belle rencontre que je repars. Maintenant, le soleil est installée, le vent presque tombé et cela change tout. Les paysages qui sont parfois un peu austères sous la pluie, deviennent lumineux sous le soleil, le moral devient lui aussi au beau fixe, enfin un moment plaisir à vélo.

J’ai repéré sur la carte, avant de partir, une petite ville à mi parcours d’où ma décision de ne faire que 70 km. Du coup, j’ai fini mes 70 km à 16h et je me demande si cela va être un handicap pour trouver une maison. Le hameau est sur la droite en dehors de la route, aussi je me dévie pour commencer à chercher. Je passe devant une maison magnifiquement située avec un jardin allant jusqu’à une plage en bordure de la baie.

Je me dis que c’est trop beau pour moi et je passe mais 200m plus loin je fais demi-jour en m’engueulant. Pourquoi suis-je battue d’avance alors que je n’ai même pas demandé à être accueillie ? Cette maison m’attire. Un homme est dans le jardin, je m’adresse à lui et c’est d’accord pour brancher Petit Prince. Pour moi, il dégage une place au sol dans un appentis près du garage. Je me dis que mes provisions vont me servir ce soir, mais le lieu est magnifique et le soleil brille alors tout va bien. Mais 5 mn plus tard, il revient en me disant qu’il y’a une chambre mais qu’elle est en travaux, vous pensez si cela me convient !… Puis il me propose une douche et de dîner. Que je suis heureuse. Sa fille et sa compagne sont charmantes et nous discutons pendant que je dîne. Quelle joie d’avoir une si belle étape.

Vue de la maison
Le petit port sur la gauche

Puis après le dîner, ils me proposent d’aller faire une promenade dans la montagne. Vous pensez si je suis ravie (Siv me prêtera des chaussures qui me vont parfaitement, c’est incroyable) et nous voilà partis pour remonter la rivière Reisaelva qui se jette dans la mer à côté de leur maison. Je vous emmène en promenade avec moi.

Comme vous le voyez une superbe promenade dans le calme, on entend que le bruit de l’eau: un fantastique moment pour se relaxer. Et j’en profite à fond. Puis nous rentrons et les belles chose continuent

Apéritif vin sur la terrasse. Vous voyez la luminosité, il est 21h.
Et regardez la vue que nous avons, c’est magnifique et j’en profite à fond

Mais les bonnes choses ne sont pas finis car nous allons maintenant profiter du spa: eau à 40°C et bulles à profusion.

Bières fraîches à volonté, les canettes sont maintenues dans des petites bouées et restent fraîches.

Inutile de vous dire que quand je vais me coucher, je suis très heureuse. Je mettrais moins d’une minute à m’endormir (le vélo, la marche, les verres de vin, les bières, le spa ! …).

Le lendemain matin est pour eux un jour de congé qu’ils ont pris, alors nous prenons le petit déjeuner ensemble. Nous parlons du trajet et soudain Siv me dit qu’il y a un tunnel sous la mer. Et là, je sens que je me décompose. J’ai eu tellement peur dans le tunnel du Cap Nord que je me suis dit « plus jamais cela ». Je regarde sur internet, de nouveau pente à 10% à la descente et à la montée mais là pas de V. La route fait des courbes, ce qui me fait encore plus peur car si je dois m’arrêter faute de souffle et que je suis dans un virage, c’est vraiment dangereux. Siv me précise que souvent, il y a de l’eau de ruissellement. Tout cela m’angoisse au plus haut point, Arne et Siv s’en rendent compte et Arne me dit qu’il va m’emmener à l’embarcadère en voiture en mettant Petit Prince dans une remorque. Je suis sidérée de la proposition et je ne veux pas déranger comme cela, mais pour Arne, ce n’est pas un problème et c’est ainsi que Petit Prince et sa remorque vont faire un premier tour en voiture.

Je ne sais réellement pas comment Arne et Siv pouvait être plus gentils avec moi. Arne fera 140 km en voiture pour m’aider. Sur le trajet, le passage du tunnel sera terrible pour moi et j’aurais crevé d’angoisse si j’avais été en vélo. Ces tunnels sous la mer sont redoutables par leurs pentes et n’ont rien à voir avec les autres tunnels. Ceci dit, j’ai trouvé un site répertoriant tous les tunnels Norvégiens avec leurs descriptions et la difficulté pour les vélos (ou leur interdiction), je ne me ferais plus avoir car avant chaque étape, maintenant, je regarderais les tunnels du parcours. J’aurais aimé connaître ce site avant de partir. Que je suis contente qu’Arne m’ait proposé cela.

MERCI ARNE ET SIV POUR LA MAGNIFIQUE FAÇON DONT VOUS M’AVEZ REÇUE ET AIDÉE.

8 réflexions sur « ÉTAPE 38: magnifiques moments »

  1. Corinne I’m so happy to read about that you finally see the SUN! And what a welcome you got from these nice people and so well deserved hot tub! You are soon around Lyngen alps where we will go in some week. Not on bikes! Bon voyage Mum on Tour! Keep safe and be careful in the tunnels!

    1. Hello Karin. Yes today is surely my best day spent in Norway: sun, beautiful surroundings and lovely people I met, what more? If anything: let it continue as it completely changes the trip.

  2. Bonsoir Corinne. Voilà, tu as enfin une journée positive sur tous les plans. Ça fait plaisir de te lire, de voir que ces gens font mentir cette réputation peu accueillante des Norvégiens. Te voilà boostée pour reprendre la route, en espérant que la météo te permette encore de passer une bonne journée.Bon courage et bonne route;
    Bises

    1. Bonjour Odile, c’est sûrement ma plus belle journée en Norvège, le soleil, un superbe environnement et des gens adorables, je ne vois pas ce que je pouvais avoir de plus. Et cela change tout. Un peu de répit, cela fait du bien. On annonce une légère amélioration du temps mais toujours des températures fraîches. Mais sans pluie, c’est supportable.

  3. Bonjour Corinne,

    Je suis content que le petit nuage noir qui vous suivait ces dernier jours vous ait enfin quitté !
    Je vous suis maintenant depuis 3 semaines et je me réjouis chaque matin de pouvoir lire votre récit du jour : merci de nous faire voyager par procuration ! Je caresse le rêve de voyager un jour en vélomobile solaire, mais je crois que je me dirigerai plutôt vers le sud… 😉

    1. Bonjour Simon
      Merci d’avoir la gentillesse de me suivre et je suis contente de vous faire rêver. Avant mon premier voyage, j’avais suivi 2 couples qui faisait le tour du monde et qui le racontait bien. Cela m’avait fait beaucoup rêver et donné envie de partir.
      Pour le solaire, il est clair que les pays nordiques sont un mauvais choix car trop peu de chance d’avoir beau temps.
      Merci beaucoup pour le don a l’association Petits Princes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.