ÉTAPE 37: LA MAUVAISE PRISE DE DÉCISION.

SAMEDI 29 JUIN, arrivée à 3km de Langfjordbotn, 55 km

Merci beaucoup Jan-Tore pour votre accueil

Pour aller prendre le ferry qui démarre à 6h du matin, je vais partir à 4h car j’ai 18 km à faire avant d’arriver au port. Jan-Tore, c’est bien sûr levé pour m’aider au départ et me préparer du café chaud. Il aura été formidable avec moi, jusqu’au bout. Je vois son ami qui est venu le voir hier après-midi arriver, je suis surprise vu l’heure. Jan-Tore me dit qu’il lui a demandé de me suivre jusqu’au bateau pour être sur que tout aille bien pour moi (Jan-Tore n’a pas de voiture). Je suis sidérée par tant de gentillesse. Son ami me suivra bien jusqu’au port.

Il a beau être 4h du matin, il fait complètement jour et d’ailleurs, il n’y a pratiquement aucune différence de luminosité entre le jour et la nuit. Il est clair que je ne verrais jamais le soleil de minuit vu le très mauvais temps qui règne en ce moment. Même les Norvégiens trouvent le temps particulièrement exécrable pour un mois de juin.

J’aurais même la chance de voir un petit troupeau de rennes dans la colline. Puis je vais emprunter un long tunnel mais plat, large et bien éclairé.

Vous voyez les portes de sortie du tunnel au niveau du feu vert. Je n’ose m’imaginer dans ce tunnel portes fermées, cela doit être terriblement angoissant.

Je roule bien, le vent est tombé et je n’ai pas de pluie, un petit répit donc j’en profite. J’arrive au port et je gare Petit Prince prêt à monter dans le bateau

Le bateau arrive

Mon fidèle accompagnateur est près de mon vélo et ne me quittera que quand je serais monté dans le bateau. Jan-Tore, votre ami a parfaitement rempli sa mission !….

Le bateau est très confortable et pour 10h de voyage, je paierais 50€ (pour une personne avec vélo. Je trouve cela raisonnable au niveau des prix. Le beau temps apparaîtra au cours du voyage

Je suis bien placée, dans l’avant du bateau et je profite au maximum de la vue. Le bateau zigzague entre les îles ainsi, il n’est pas exposé directement aux vents de la mer. Cela n’empêche pas par moment d’avoir des vagues mais elles ne sont pas de grande taille.

A l’arrêt que j’ai choisi, Oksjord, je suis la seule à descendre et les marins étaient étonnés car j’ai eu du mal à leur faire comprendre que je m’arrêtais ici et que je descendais donc il me fallait mon vélo. Et tout de suite, changement d’ambiance, vent fort et pluie. J’avoue que j’en ai plus que marre de ce temps de « merde ». Cela gâche tout le plaisir du vélo et voyager avec un vélo solaire dans un coin où il pleut tout le temps n’a aucun sens. Les panneaux m’auront servi un peu pour arriver jusqu’au pays nordiques et puis après, plus rien. Le vent lorsqu’il a retourné mon vélo a déchiré mon Veltop, ce dont je me doutais vu sa violence, il va falloir lui faire un pansement mais va-t-il tenir avec la pluie ?

Le ciel bleu est derrière moi et je ne le verrais plus
Je me retourne pour faire les photos et je râle de voir ce soleil derrière et non devant

J’ai 40 km à faire, à la sortie du bateau pour atteindre la ville de Langfjordbotn. Comme le bateau est arrivé à 16h, cela me parait jouable. Mais tout de suite, je vois que cela va être galère car il y a beaucoup de dénivelés, de la pluie et du vent. L’ensemble de ces 3 éléments fait que je suis obligée de tirer très fort sur la batterie qui se vide à vue d’oeil. Il y a tellement de vent que dans des descentes, le vent arrive à m’arrêter et je dois mettre de la puissance pour descendre. C’est ahurissant. Et je vois que je ne vais pas avoir assez de batterie pour arriver où je veux. Il me faut donc m’arrêter et j’en ai plus qu’assez de fonctionner comme cela car je perds totalement la maîtrise de ce voyage. C’est la batterie qui gouverne ce voyage et non moi. Pourquoi, parce que la météo est tellement contraire qu’elle modifie tous les paramètres me permettant de contrôler la consommation de ma batterie. Avec du soleil, je serais relax et là c’est l’inverse, c ‘est un fonctionnement angoissant.

J’ai pris une très mauvaise décision en descendant de ce bateau. J’aurais du continuer. Et du coup, je vais aller jusqu’à la prochaine escale du bateau pour le reprendre. C’est à 140 km d’ici mais que dit la météo pour les 2 jours suivant « vents violents pouvant atteindre 8 à 10 sur l’échelle de BEAUFORT. Ceci peut entraîner quelques dégâts sur le bâti et casser quelques branches. »

D’ici là, il me faut trouver un hébergement pour ce soir et vite car je n’ai plus de batterie. Sur le trajet, je trouve des maisons, mais ce sont des cabines où les gens vont le week-end. Comme c’est samedi, je tente mais les 2 cabines où je vais les gens repartent le soir (enfin, c’est ce qu’on me dit…). Je vois une maison plus grosse visiblement habitée à l’année, je frappe et j’ai le même accueil odieux que celui que j’avais eu quand j’avais couché dans la serre.

L’accueil des norvégiens est aussi mitigé que celui des suédois, on côtoie le meilleur comme le pire. Je m’acharne, il pleut et j’ai froid. Je m’arrête à une autre maison où l’homme jeune qui m’ouvre commence à refuser de m’accueillir mais comme j’insiste en disant que je ne peux aller plus loin, il finit par me donner son accord mais avec réticence. J’aurais le droit à avoir du courant pour Petit Prince et pour moi, une chambre mal chauffée au dessus du garage mais pas un mot aimable et pas question de me faire rentrer dans la maison.

Je dormirais à l’abri et cela est le plus important mais quel accueil !…Sur le lit, il y a une couette alors je la mettrais sur mon sac de couchage et la nuit, je n’aurais pas froid. Et pendant que je vous écris ce matin, j’ai la couette sur les épaules pour ne pas avoir froid. Quand je regarde par la fenêtre, il pleut et il y a beaucoup de vent. inutile de vous dire que je vais partir la joie dans le cœur!…Ce voyage vire au cauchemar.

10 réflexions sur « ÉTAPE 37: LA MAUVAISE PRISE DE DÉCISION. »

  1. Courage Courage Corinne ! Pense à toutes les belles personnes qui t’ont aidée et les belles rencontres que tu as faites durant ton superbe périple 🙂 Allez, ne perds pas espoir. On te suit de loin, on est avec toi ! Gros bisous chaleureux

    1. Merci Laureen
      Je ne me décourage pas mais le mauvais temps qui ne vous lâche pas quand vous êtes à vélo, c’est difficile moralement. Et pour peu que la halte du soir soit mauvaise, cela en rajoute une couche mais c’est le choix que j’ai fait, je dois assumer.

  2. Yannick a fait un point météo et il y a effectivement une dépression très forte sur la côte norvégienne qui amène un temps froid et venteux quasiment jusqu’au sud de la Norvège et ça ne semble s’améliorer que vers le milieu de la semaine prochaine (jeudi). Dans ces conditions, il vaudrait mieux te poser quelques jours dans un hütter (cabine) avec un bouquin pour apprendre le norvégien et attendre le retour à de meilleures conditions, ou prendre le bateau et rallier Bergen, très au sud. Mais quel dommage de louper la descente de la Norvège qui offre des paysages vraiment superbes (mais avec beaucoup de dénivelés). A te lire j’ai très envie de retourner dans ce pays, mais il est vrai que j’hésiterai à y aller à vélo, vu les conditions difficiles que j’ai rencontrées aussi presque chaque fois que j’y suis allée. Je te souhaite du courage et fais bien attention à toi. Bises.

    1. Béa, merci à Yannick d’avoir fait un point météo pour moi. Ce qui me frappe dans les pays nordiques, c’est la façon dont le temps change à toute vitesse. Ce matin, je suis partie sous la pluie qui était annoncée toute la journée, puis à midi, le beau temps s’est installé avec quelques nuages et je n’ai plus eu de pluie dans la journée.

  3. Allez, courage Corinne, tu en as vu d’autres…Mais c’est vrai que ce n’est peut-être pas utile d’aller affronter des vents violents, ce qui risque quand même d’être dangereux pour toi et Petitprince. Fais attention de ne pas prendre trop de risques…
    Merci encore pour toutes les photos de rennes, ont voit bien que les jeunes sont beaucoup plus clairs que les adultes, je suis contente que tu aies pu en croiser pas mal sur ton trajet.
    Je t’embrasse, et te souhaite une meilleure journée

    1. Bonjour
      La météo étant annoncé très mauvaise pendant 5 jours, je fuis le Nord où le vent et la pluie gâchent tout. Je vais prendre un ferry où après une étape, je devrais, après un nouveau ferry trouver les îles les plus connues dont Lofoten. Si le beau temps pouvait être de la partie, cela serait génial. Il est permis de rêver!

  4. Belle rencontre au hasard d’un fjord. Qu’est ce qui nous a fait vous rencontrer là….. en tous cas Bravo et courage , le soleil arrive Corinne. J’espère vraiment vous revoir à Royan autour d’un bon verre de vin réconfortant et une tarte aux pommes. Courage vous êtes sur la route du retour je vous laisse derrière nous du soleil. Sylvia , Michel et les autres 😘😘😘

    1. Bonjour Sylvia
      Quel plaisir de m’être fait arrêter par votre bande des 6. C’était totalement inattendue et j’étais en hypoglycémie. En haut d’un col, manger une platée de riz préparée par des compatriotes ce n’est pas banale. Et les fraises et cerises en prime. Quel luxe… et pour finir les bricoleurs que s’occupent d’un problème de frein qui vient d’apparaître. Une belle et brève rencontre comme je les aime car elle vous réchauffe le coeur

  5. Bonjour Corinne
    Nous sommes à Tromso , j’espère que pour vous ça roule …😀. Avez vous trouvé pour faire vérifier vos freins ? Ici le temps se lève , courage et bonne route. Hug….

    1. Bonjour Michel
      J’ai fait quelque chose que je n’avais fait cette nuit. Je suis sortie du bateau à Finnsnes à 4h00 du matin sous une pluie glaciale. J’en ai plus qu’assez de cette pluie. J’ai fait demi-tour et je suis revenue directe sur le bateau à la grande stupéfaction des marins. Je continue jusqu’à Sortland (îles Lofoten) où je vais essayer de profiter de ces îles. Quand y êtes-vous, on pourrait passer une soirée ensemble. Pour les freins, je vais attendre Bodo en espèrent que la situation ne dégénère pas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.