ÉTAPE 36: CAP NORD ATTEINT !…

Jeudi 27 juin 2019, arrivée à l’île de Maregoya à 300 m à la sortie du tunnel, temps gris, pluie, vent, quelques éclaircies et pour finir tempête de pluie/neige.

Après une nuit avec quasiment pas de sommeil, il est facile de se lever. Je n’ai aucun regret de ce qui s’est passé. Ma façon de voyager est d’aller au devant des gens du pays que je traverse avec tout ce que cela comporte: des rencontres extraordinaires (le dernier exemple Tatiana), des belles rencontres, des discussions souvent passionnantes, quelques refus (surtout dans les pays nordiques, Norvège Suède car ailleurs pratiquement inconnu) et pour le moment un seul inhumain, hier soir. Il faisait un temps très mauvais, à ne pas laisser un chien dehors, l’homme qui a refusé de m’héberger savait que j’étais coincée par mon vélo et que je devrais coucher dehors. Il n’a eu aucun état d’âme. Il est important pour moi de savoir que des gens comme cela existe avec toutes les conséquences que cela peut avoir. Pour moi aucune, mais pour quelqu’un d’autre, cela aurait pu être grave. Je sais maintenant qu’un salaud existe en Norvège, il a une belle maison 2km après Skaidi sur la E06. Si le refus d’héberger est complètement acceptable et fait partie de la règle du jeu, les conditions sont évidemment à prendre en compte et on ne laisse pas quelqu’un dehors dans ces conditions là. J’espère juste que je n’aurais pas à revivre cela.

Je pars donc avec comme objectif d’atteindre la ville de Honningsvåg à 122 km de là et je pars. Il y a toujours de la pluie et maintenant du vent. Olderfjord une petite ville est située à 22km, . J’ai prévu de m’arrêter pour prendre un petit déjeuner et me réchauffer. J’en profiterais pour rajouter une couche de vétêments car j’ai trop froid. Je rajoute un pull (3 couches + un coupe vent) et un collant sous mon pantalon, pour la première fois. J’ai eu froid aux pieds mais j’ai prévu et j’enfile donc mes protections froids pour les chaussures qui sont très discrètes. Elles sont absolument redoutables et protègent merveilleusement les pieds. Je n’aurais plus froid jusqu’à la fin de la journée.

La discrétion assurée

Le temps est tout le temps changeant et à une vitesse qui surprend. On peut alterner pluie, vent, soleil, nuages en 1/2h si bien que pour se couvrir c’est parfois difficile, mais là le froid est installé entre 3°C et 8°C. Mais je trouve que le plus difficile à supporter est le vent.

Les paysages deviennent beaux car la route longe la côte

On voit beaucoup de séchoirs à poisson, mais peu sont remplis.

Séchoirs à poissons, vides

Par contre je vois de plus en plus de rennes. Un troupeau est descendu de la colline sur la gauche pour aller brouter au bord de l’eau.

Et un retraverse la route dans l’autre sens pour remonter dans la colline. Cela doit cartonner sur les routes avec les voitures.

Puis pendant un long moment, la route est totalement en bordure de mer, donc très peu de maisons, mais toujours quelques cabines.

Et je revoie des rennes, des jeunes rennes dans la colline

C’est le premier jour où je vois autant de rennes. Là je suis comblée et je prends le temps de m’arrêter pour les regarder.

Je passerais 3 tunnels: le premier est plat, étroit, mal éclairés et fait 3 km de long. C’est long à vélo et on a toujours l’obsession de voir le bout. Le deuxième est un petit tunnel de 1 km de long et j’arrive au fameux tunnel situé sous Magerosundet reliant le continent à l’île de Maregoya sur laquelle se trouve le Cap Nord. Je suis un peu inquiète de le prendre car tout le monde en parle comme quelque chose de redoutable surtout pour les vélos. Ce tunnel a été construit de 1993 à 1995, il a été payant jusqu’en 2012, puis est devenu gratuit car son prix avaient été amortie (en France, les autoroutes bien qu’amorties continuent à être des vaches à lait, quelle différence !…)

Ce tunnel fait 6875 m de long et atteint 212m en dessous de la mer. Mais ce qui est totalement impressionnant c’est sa forme en V. Le tunnel commence par une descente de 3 km à 10% complètement droite (un V parfait). Et là j’ai passé mon temps à freiner fort car vélo et remorque ont tendance à être emporter par la pente descendante qui est si forte, puis, on remonte une pente à 10% dans l’autre sens sur 4km. Et le tout dans un vacarme épouvantable du aux ventilateurs surpuissants et sûrement très efficace car pas de brouillard de vapeurs d’essence et pas d’odeur. Le tunnel est assez large. Vous m’imaginer là dedans avec mon attelage. Je n’ai jamais été claustrophobe mais là c’était très limite, peur dans la descente, difficulté dans la montée car trop longue, bruit assourdissant, voitures et camions qui vous doublent et que vous n’entendez pas venir dans ce vacarme. Je dois le dire un long moment de mal être. Et au 4ème Km de montée, je cale, je n’en peux plus. Et sur le dernier km, je ferais 6 pauses pour reprendre mon souffle. Et vous êtes là, arrêtée en bordure de route, les freins bloquées en attendant de reprendre votre souffle. Ce sont des grands moments de solitude. Mais je finis par arriver en haut en me jurant que je ne le referais pas dans l’autre sens au retour, il me faudra trouver autre chose. Et à la sortie, c’est l’apocalypse, je tombe en pleine tempête de neige avec un vent très fort. Je n’arrive plus à faire avancer le vélo bloqué par le vent même avec la puissance au maximum, le vent va m’arracher le Veltop, je le vois venir et il me reste 17 km pour atteindre la ville que j’avais prévu d’atteindre au départ et je sais que je ne pourrais pas l’atteindre dans ces conditions là. Il me faut trouver et très vite une maison pour m’accueillir. A 300m de la sortie du tunnel, il y a un parking et 300m plus bas une maison. J’arrête Petit Prince sur le parking et je descends vers cette maison. Comme il n’y a pas de voiture, je ne me fais aucune illusion mais il me faut aller voir quand même. Je descend jusqu’en bas et je m’apprête à remonter quand soudain la porte s’ouvre et un homme en sort pieds nus. Je lui explique mon problème et l’accueil est immédiat. Quelle chance (ou quel autre mot utilisé ?). Quand je reviens au parking, Petit Prince n’est plus là, il est 20m plus loin et renversé ce qui ne m’étonne pas vu la violence du vent car j’ai du mal à tenir debout. Je me dépêche de le redresser et je vois que le support du Veltop à l’arrière est vrillé. J’ enlève vite la capote avant qu’elle ne se déchire et il faudra voir si je peux détordre le support. Quelle tristesse pour la suite si je ne peux pas remettre le Veltop que je trouve si génial. Je descends Petit Prince vers la maison (tout en me disant que le remonter va être cauchemardesque (mais à chaque jour suffit sa peine), on colle Petit Prince contre la maison pour le protéger un peu du vent. J’ôte la batterie pour la mettre en charge et je rentre. Jan-Tore m’accueille de façon adorable, me fait tout de suite un thé chaud et me dit de me relaxer que tout cela est fini. J’avoue que je décompense un peu après toutes ces émotions. Puis sa belle-sœur, Veidnes, qui a une cabine 200m plus loin, arrive avec une bonne bouteille de vin blanc pour m’accueillir. Que de gentillesse. Ils sont très soucieux de ma sécurité et me demande ce que je veux faire demain. Et je réponds évidemment, aller au Cap Nord. Et là commence un vrai débat. Ils sont tous les deux opposés à ce que je prenne le vélo demain car du très mauvais temps est annoncé avec beaucoup de vent. Il me montre la météo prévue qui est totalement exécrable. Ils voient que je suis raisonnable et que je comprends que je dois renoncer mais je suis déçue à 44 km du but Cap Nord. Alors Veidnes voyant ma déception me propose d’aller le voir ce soir et en voiture. Évidemment j’accepte et nous partons en voiture (44Km). Durant le trajet, nous aurons une nouvelle tempête de neige d’un quart d’heure, elle fait très attention à la route pour ne pas glisser et m’explique que c’est pour cette raison qu’ils ne veulent pas que j’aille au Cap Nord dans ces conditions là. Par contre dans 3 jours, une amélioration du temps est prévue. Mais bien sûr il est hors de question que j’attende 3 jours à ne rien faire, à attendre un éventuel beau temps qui me fuit depuis le départ. Et c’est ainsi que nous arrivons au Cap Nord. Comme elle a une carte de résidente de l’île, on ne paye pas l’entrée (30€). Elle m’explique que l’argent collecté va dans la capitale et que la région n’en voit pas la couleur et que pour eux c’est une honte. Et c’est ainsi que je vais voir le Cap Nord.

Corinne et le Cap Nord: objectif atteint
Petit complexe touristique enterré en grande partie.

Dehors, on a eu du mal à faire une photo tellement le vent était violent et on se tenait Le Bras toutes les deux pour ne pas tomber. Il est clair que la place de Petit Prince n’était pas ici dans ce contexte météo. Je suis très émue que Veidnes est fait 88 km juste pour me faire plaisir et que je ne sois pas déçue. Un être inhumain hier, une formidable rencontre aujourd’hui, le bilan est formidablement positif.

Soyez sûr que je ne suis pas déçue. J’ai fait ce que je pouvais, je ne peux pas en faire plus dans ces conditions météo et pour moi l’objectif Cap Nord a été atteint, peu importe le final.

Pendant la soirée, nous avons travaillé sur la carte car je ne voulais en aucun cas, reprendre le tunnel et refaire la même route que je viens de faire pendant 300 km, donc comment éviter cela. Finalement, je vais prendre une ferry de la compagnie Hurtigruta qui est un ferry express entre différents endroits. Il part de la ville de Honningsvåg que je n’avais pas réussi à atteindre, va partir sur la gauche de l’île, faire une halte à Hammerfest puis à Oksfjord, ce qui va me permettre de reprendre la route juste après celle que j’avais prise pour aller vers le Nord. Comme l’horaire est à 6h du matin, Jan-Tore me propose de rester chez lui demain pendant le temps exécrable et de partir le lendemain tôt. Comme il fait jour tout le temps, il m’explique que si je pars à 4h du matin, je pourrais prendre sans problème le ferry à 6h et pas besoin de réservation si on ne prends pas de cabine. C’est donc pourquoi j’écris ma newsletter à 16h de l’après midi. Quel luxe.

18 réflexions sur « ÉTAPE 36: CAP NORD ATTEINT !… »

  1. BRAVO Corinne…quel sang froid!!! Mille Bravo!!! Vous avez atteint le Pôle Nord ..et fait une belle rencontre…
    Je continue toujours mon voyage avec vous…et je vous embrasse…

  2. Bravo Corinne. Magnifique. Saches que nous t’envions tous, pour les paysages, les belles rencontres (les cons, on s’en fout et on en a assez par chez nous)… mais surtout pour la pluie, la grêle, le froid… Il fait trop chaud ici, c’est inhumain, vivement l’hiver.

  3. Salut Corinne, quelle épopée!! Bravo pour l’objectif atteint 🤗Tu as dû goûter avec bonheur ce moment sur le promotoire, on voit ton sourire victorieux🏅
    Difficile d’imaginer que tu subis des tempêtes de neige en ce moment.
    Je vois que les troupeaux de rennes attendaient ta venue au Cap Nord, ils t’ont fait un bel accueil.
    Continue bien Corinne, et merci encore pour les photos.
    Bises caniculaires

  4. Toutes mes félicitations pour cette montée fulgurante malgré des conditions difficiles et ce rêve atteint. Bravo et heureusement que tu as pu trouver un refuge.. Quand je suis allée au Cap Nord en voiture les conditions étaient également exécrables. Et en prime tu as droit au soleil de minuit.

  5. Bravo ma Corinne, que de courage tu as eu. On se retrouve pour de prochaines aventures, mais j’espère que tu viendras, en touraine avant.
    Gros bibis.

  6. Bravo Corinne,
    Aller au cap Nord à velo, ben oui, le truc, genre infaisable, et pour toi, il te suffit de quelques semaines d efforts sans relâche pour transformer ce pari en réalité.
    Tu peux être fière de cette première partie de voyage au cours de laquelle tu as une fois de plus su composer avec les difficultés pour atteindre ton objectif.
    Félicitations et bonne continuation pour la suite
    Bises

    1. Merci Christoph
      C’est grâce à des belles rencontres comme vous que j’ai réussi à atteindre mon objectif.

  7. Bravo Corinne ,belle performance ,j’attends avec impatience les comptes rendus journaliers du retour .

    1. Bonjour Catherine
      Tout d’abord merci beaucoup pour le don à l’association Petits Princes. Merci pour eux et aussi merci pour avoir la gentillesse de me suivre.

  8. Et ben dis donc que d’aventures!!
    Surtout ne soit pas déçue de ne pas pu pouvoir y emmener petit prince, la gentillesse des gens que tu as rencontré fera de ce moment un souvenir plus fort que si tout c’était déroulé normalement 😉
    Bravo à toi pour ce voyage fantastique, pour ta bonne humeur et ton indéfectible espoir dans les rencontres humaines!
    (c’est impensable pour la sauvageonne que je suis d’aller frapper à une porte, le faire tous les soirs c’est un exploit!)

    1. Bonjour Marie,
      Je ne suis pas déçue du finish du Cap Nord car cela aurait été dangereux. Un cycliste a été évacué en hypothermie et pendant un après midi, ils ont interdit. L’accès du Cap Nord aux cars, caravanes et mobile homes car trop de vent. A l’impossible, nul n’est tenu !…C’est drôle, c’est vrai que j’espère toujours de belles rencontres et que mes coups de blues quand je suis mal reçue ne durent jamais. Mais je fais de si belles rencontres que je sais que c’est ce qui me reste avant tout de mes voyages. Tu sais Tatiana pleurant dans mes bras, je ne suis pas prête à l’oublier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.