ÉTAPE 32: pLUIE TOUTE LA JOURNÉE ET 5°C DE TEMPÉRATURE

Dimanche 23 juin 2019, arrivée à Kätkäsuvcinto 95 km, temps abominable toute la journée, pluie et froid (5°C), le matin, brouillard.

Bilan collecte « Association Petits Princes » : 9 dons pour une valeur de 435 € (un tiers du prix moyen d’un rêve d’enfant malade). Merci Zita pour ton don qui m’a fait très plaisir.

Ce matin, je suis dans le nid douillet de la famille de Karin (cabine) et je regarde par la fenêtre. Il pleut fort et il fait froid (5°) et le maximum de température annoncé est 8°C. Que c’est dur de partir à vélo dans ces conditions là. On ne peut s’empêcher de se demander ce qu’on est venu faire dans cet galère, surtout que dans le même temps en France, on annonce la canicule. Quel contraste !

Mon attelage devant la cabine de Karin et qui a pris la pluie toute la nuit.

Quand je reprends Petit Prince ce matin, je vois qu’il a pris l’eau toute la nuit. Je suis toujours sidérée qu’une assistance électrique résiste à ces déluges, même si je sais qu’elle a été conçue pour résister à cela. Je me dis toujours qu’il a des limites à supporter tout cela mais heureusement, je ne les ai jamais atteinte. Donc après avoir ôté le maximum d’eau du Veltop et des panneaux (tout en sachant que cela ne sert à rien car il pleut toujours), je pars. Je suis bien habillée et mes vêtements de pluie sont excellents, mais quand même.

J’ai du, pour la première fois, enfiler des gros gants car j’ai froid aux mains or elles jouent un rôle fondamental puisqu’elles me servent à guider Petit Prince. Ce n’est pas aujourd’hui encore que je vais prendre beaucoup de photos, tout d’abord parce qu’avec la pluie, je ne vois pas grand chose (ce qui m’énerve prodigieusement car je sais qu’autour de moi, le paysage est superbe) et ôter des gants mouillés puis les renfiler est une opération difficile.

Je vais faire 55 km d’affilée comme cela. Les montées sont toujours aussi nombreuses mais les pentes sont plus fortes. Ce qui m’oblige à mettre plus d’assistance électrique, d’autant plus que je tiens à protéger mes tendons d’Achille dans les jours qui viennent pour ne pas avoir de tendinite. Froid + humidité est vraiment dur à supporter. On a beau être bien couvert, ce temps est redoutable. Et encore là, quelle chance d’avoir ce Veltop qui me protège vraiment. Sans lui, cela serait vraiment très difficile à supporter. Par contre, les mains ne sont pas protégées (le guidon est plus large que le Veltop). Et vous avez beau avoir des gants de superbes qualité, au bout de 3h de pluie, ils sont complètement gorgés d’eau. Mais c’est toujours mieux que pas de gants du tout. Cependant au bout de 3h, il me faut impérativement m’arrêter car ma main gauche (celle qui a été accidentée) est très engourdie et je ne la sens plus beaucoup. Il est donc raisonnable de faire une pause.

J’arrive à une petite ville qui s’appelle Muonio. Je cherche un restaurant près duquel, je puisse mettre en charge Petit Prince. J’en repère un, il est libanais et c’est une pizzeria (chercher l’erreur !…). J’ai vraiment l’impression que les pizzérias sont devenues les fast-foods les plus à la mode. La mère et la fille qui tiennent ce restaurant acceptent tout de suite de mettre Petit Prince en charge. Et je resterais une heure et demi là, je devrais donc avoir assez de batterie pour finir la journée tranquille (en théorie). Je peine à me réchauffer et ma main gauche restera engourdie un bon moment, je n’aime pas cela et c’est la première fois depuis mon accident (Il y a 4 ans, je suis passée à travers une vitre et j’ai mis ma main gauche pour protéger mon visage. Le verre a coupé une veine et tous les tendons extenseurs de la main. Deux opérations on été nécessaires pour récupérer un usage de la main). Manger une pizza à midi n’est vraiment pas diététique mais comme la pâte est ultra fine et la garniture très clairsemée, je n’aurais pas de problèmes de digestion pendant l’effort !…

Je repars sous la pluie (cela manque vraiment d’originalité) j’ai repéré un hameau (ce qui veut dire peu de maisons) à 35 km, ce qui devrait convenir au point de vue distance.

Entrée avec des trophées en cornes

Je m’arrête pour photographier cette entrée. J’ai toujours du mal à apprécier ce qui implique la tuerie d’animaux mais la chasse étant permise, que dire sinon que ce n’est pas vraiment mes centres d’intérêt. Je préfère vraiment être chasseur d’images, même si à vélo, ce n’est pas facile.

La route borde la rivière et passe entre des lacs. Que d’eau. Je vois beaucoup de voitures ou mobile home tirer des bateaux ou des barques. Visiblement, beaucoup de personnes ici aiment la pêche. Mais curieusement, hormis une fois chez Kicki, je n’ai jamais mangé de poisson.

L’eau n’est toujours pas très loin de la route.

Je détecte un problème chez Petit Prince qui me met en alerte. Le guidon commence à bouger d’avant en arrière, ce qui peut être très dangereux. Dès que je serais arrivée quelque part, il va falloir que je règle ce problème. Je n’ai jamais eu cela avant donc j’ignore ce qui se passe. Ceci-dit, quand je vois les chemins par lesquels j’ai du passer, les cailloux, la terre, la boue, les graviers et que Petit Prince n’a jamais bronché, qu’il est toujours resté maître de la situation, que cela est déréglé quelque chose ne m’étonne pas. La seule inconnue est: vais-je pouvoir résoudre ce problème ?

J’atteins le kilométrage que je me suis fixée et donc le petit hameau. Tout de suite, je me rends compte que cela va être dur. Les quelques maisons présentes semblent être des maisons de vacances donc partiellement inhabitées. Je repère une maison avec une voiture et je frappe. Une très vieille dame vient m’ouvrir et je sais immédiatement que je dois repartir car ma demande fait toujours peur aux gens très âgés. Mais très gentiment, elle appelle sa belle fille pour savoir ce que je veux. J’explique au téléphone ce que je souhaite, tout en disant que je ne veux pas importuner cette femme. On me précise que 8 km plus loin, je devrais trouver quelque chose qui me convient. Ok, mais je ne sais pas quoi. Je repars tout en me disant que si tous les hameaux sont du même type, ma montée vers le Nord va tenir du parcours du combattant.

Je roule maintenant très doucement en essayant de repérer les rares maisons. Je les repère d’abord par les boîtes aux lettres qui sont en bordure de route et je regarde ce qu’il y a au bout du chemin. Je repère une jolie maison qui semble vraiment habitée. Je n’ai pas le droit à l’erreur. Je frappe et un concert d’aboiements me répond. Une femme m’ouvre et je dois convaincre. Malheureusement, elle ne parle pas beaucoup anglais, ce qui me complique beaucoup la tâche. J’arrive à l’emmener près de mon vélo, à lui montrer le compteur indiquant que la batterie est pratiquement vide et à lui faire comprendre que je dois le mettre en charge, j’arrive aussi à lui faire comprendre que j’ai besoin d’être accueillie. Elle ré rentre dans la maison pour demander à son mari. Ce sont toujours des minutes d’attente avec angoisse car je suis sure que je n’aurais pas beaucoup d’opportunité. Le mari apparaît regarde mon vélo puis me fait signe que je peux le mettre sous un auvent tunnel en toile qui est dans le jardin. A côté se trouve un poteau avec le courant, je serais hébergée pour la nuit avec Petit Prince, un vrai soulagement dans le contexte et je pense que cela va être comme cela pour les 5 ou 6 prochains arrêts.

Une fois à l’intérieure de la maison, Olla me prépare un dîner. Lorsque je lui demande la permission de prendre une douche, elle me répond que le sauna est chaud et que je devrais en profiter. Et c’est ainsi qu’après une sale journée à vélo, je finis dans un sauna. Inutile de vous dire que cela m’a bien réchauffée et remise en forme. Pour mes 2 mollets et tendons, un seul reste avec une boule à gauche. Je l’ai massé longuement avec l’huile Arnica Gaulthérie Puressentiel que j’ai emmenée, il faut qu’il tienne. Lorsque j’ai fini le sauna, on m’offre 2 bières, je ne suis pas sûre que cela soit raisonnable mais quel réconfort après une journée comme cela, puis je me couche en espérant que demain, le temps sera un peu plus clément.

Merci Olla et Kalevi (et à vos 2 chiens) pour votre accueil chaleureux si bien venu après une dure journée. Je suis vraiment désolée de ne pas parler votre langue et de ne pas avoir pu communiquer autrement qu’avec un sourire, avec vous

11 réflexions sur « ÉTAPE 32: pLUIE TOUTE LA JOURNÉE ET 5°C DE TEMPÉRATURE »

  1. Corinne,
    J’ai un gros soucis avec les mains aussi : j’ai le syndrome de Raynaud. Comme toi je dois les protéger du vent et de la pluie.
    En Islande sous la flotte à gogo j’ai trouvé la solution idéale (et pas chère en plus 🙂 ) Dans un magasin de bricolage/ accastillage à Isafjordur (trouvé juste en face du Vindubin, le magasin d’état d’alcool 😀 Les voies du seigneurs sont impénétrables 😀 😀 )
    Des gants style ménager (comme des gants mapa mais très solide) fourrés en fourrure synthétique.
    Ils sont très solides tout en restant souples, parfaitement étanches (je peux les plonger dans une bassine d’eau) et chauds.
    Peut être en trouveras tu du même genre dans un bricoloshop ou une station service?
    De tout cœur avec toi

    1. Bonjour Marie
      Merci pour ton conseil de gants. Malheureusement, je ne risque pas de trouver des gants comme cela dans le coin car le seul commerce local est toujours un magasin d’alimentation, il n’y a rien d’autres. Par contre je retiens l’idée pour plus tard.J’avoue que je n’y aurais pas pensé. Merci pour ton don à l’association, j’apprécie beaucoup.

  2. Quel dommage que la ville d´Hammerfest ne soit pas sur la route du Cap Nord. ? C´est le coin le plus au nord oú vous trouvez l´église catholique la plus au nord de l´Europe.
    Il y a plus de 35 ans ,j´avais fait la connaissance à Hammerfest d´une religieuse francaise de Valenciennes qui appartenait à l´ordre des Frères de Foucauld ,pour la Norvège, » Jesu Små Søstre  » et en Suède  »
    Jesu små systrar  » qui signifierait  » Les peites soeurs de Jésus « .Etant revenu par 3 fois à Hammerfest ,l´église catholique m´a toujours bien recu et invité à un petit goûté .La dernière fois,il n´y avait plus de religieuses,rien que le prètre,un Polonais qui parlait,bien sûr norvégien. Et moi,qui aime bien les religieuses au café.Cela me manque en Suède..J´oubliais de dire qu´à Alta,il faut voir à tout prix les  » Hällristningar  » ces dessins préhistoriques sur la pierre comme ce que l´on voit dans la grotte de Lascaux.
    Dans les années 1970 et 1980,il y a eu un grave conlit entre les lapons ,des Norvégiens et le gouyvernement norvégien pour la construction d´un barrage sur un territoire lapon.Le gouvernement avait du envoyer l´armée et je crois qu´il y avait eu des morts.
    Le barrage a été quand même construit.
    Comme quoi,même dans le grand nord européen,il y a de la contestation,comme de partout.
    En Suède ,c´est en 1969-1970 qu´il ya eu une grève nationale dans les mines de fer de la société nationale LKAB ,surtout à Kiruna,pour de meilleurs salaires.De nos jours,les mineurs ont de trés bons salaires et on déplace les villages miniers de Kiruna et de Malmberget pour extraire plus de fer.C´est imposant le déplacement des maison et de grands bâtiments.On a du raser la gare de Kiruna oú plus d´une fois je prenais le train pour Narvik en Norvège,avant de construire la E 10 de Kiruna à Narvik entre 1980 et 1984.

  3. Un petit coucou Corinne pour te dire que cette année aussi, je te lis tous les matins avec grand plaisir et c’est vrai que j’avais imaginé la Suède différemment (je n’ai été qu’à Stockholm). Je te souhaite vraiment que le temps s’améliore !!! Bises

    1. Bonjour Marie Sophie.
      Quel plaisir de savoir que tu me suis. C’est vrai que la pluie froide gâche tout, mais j’ai l’impression que si le froid reste, la pluie va se calmer un peu. En tout cas je l’espère. Tu va bientôt partir en Grèce, je suppose. J’y vais 15 jours en Septembre si j’ai réussi à rentrer à temps !…

  4. Bonsoir Corinne,
    Quelle poisse que ce temps-là, c’est vrai que ça ruine un peu (voire beaucoup) le plaisir de faire du vélo. J’espère que tu vas pouvoir connaître des journées un peu plus agréables.
    Dans ces conditions, je pense que la bière est un bon remède que tu peux t’offrir quand tu as des hôtes très prévenants: bière et sauna, tu as dû apprécier ce cocktail!
    J’ai lu avec amusement les aventures de Jean-Pierre, qui semble te dire en conclusion que tu as bien de la chance de faire route seule, et de ne pas avoir un ou une co-équipière qui te pourrit la vie!
    Alors, courage Corinne, et continue bien ta route vers le Cap Nord, je t’embrasse.

    1. Bonjour Odile
      La halte d’hier était très sympa et le sauna aprèès une journée froide et pluvieuse était une bénédiction. Quand à la bière, un petit moment de réconfort. Les aventures de Jean Pierre sont incroyables et quel bavard !…On dit toujours qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné. Son aventure le prouve.

  5. Chaleur en Europe du sud et temps variable en Europe du nord .Que choisir !
    J´espère que vous aviez pensé prendre des vêtements chauds,au départ de la France,sinon,j´ ai chez moi à Frösön/Östersund de l´habillement chaud ,pantalon , anorak,bonnet ,3 paires des compétitions de Biathlon. comme attachee/fonctionnaire.
    C´est trop tard car vous êtes à plus 1000 km au nord de chez moi.
    Peut-être que l´on se croisera si vous prenez la E 6 en Norvège ,pour sur le chemin du retour vers le sud.Nous allons nous rendre aux Lofoten en Norvège,pour la 15 ème fois A ert R presque 4000 km dans une semaine .Bonne continuation.
    Aviez-vous pensé à prendre des skis,au cas oú la neige fait son apparition.

    1. Bonjour Jean Pierre
      Je suis impressionnée par le fait que vous allez aux îles Lofonen pour la 15éme fois. Bien sûr je vais y aller, je ne fais pas tout ce trajet pour rater un lieu pareil. Par contre, je vais y arriver en pleines vacances donc il va y’a voir beaucoup de monde.

  6. ENVOI DE JEAN CLAUDE COURVALIN
    Étape 32
    Salut Frangine,
    As-tu mis mon don princier dans la tire-lire de PP ?
    « Que suis-je venue faire ds cette galère? » m’évoque 2 choses:
    1 – tu dis tout haut ce que nous pensons tout bas
    2 – mon admiration sans borne pour les auteurs comme Molière, LaFontaine et al qui ont inventé une réplique, une scène si parlante qu’elle est reprise dans le langage commun.
    Ton Veltop m’évoque le toit de ma 2 CV, la voiture de ma vie, qui avait l’essentiel sans le superflu. Avec le 80 km/h elle ne gênerait personne sur les routes. Pourquoi l’a-ton arrêtée? On y reviendra.
    Quant à tes mains gelées tu vas créer le paradoxe de les perdre au niveau de la mer quand d’autres sont obligés de grimper l’Everest pour y arriver !
    Que d’eau ! Que d’eau ! Je suis fier que les pensées de ma sœur rejoignent celles du maréchal Mac Mahon, une de mes idoles.
    Ton guidon m’inquiète autant que tes tendons.
    Lola, Kalevi, chiens, quel courage ! Vous ne savez pas qui vous avez côtoyé.
    Je t’embrasse
    Jean-Claude

    1. BONJOUR MON FRÈRE
      Je ne vois pas de quel don princier tu parles ? Si tu veux faire un don, appuie sur « faire un don » à gauche de ton écran.
      Concernant le Veltop, c’est la première réflexion que je me suis faite en l’installant: on dirait une capote de 2CV. En tout cas, une sacré invention qui change le fait de recevoir de la pluie. Car si les vêtements sont mouillés le corps reste au sec. Pour le guidon, le problème est réglé. Pour mes tendons, cela reste au niveau d’une alerte. Il ne faut pas que cela dégénère.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.