ÉTAPE 30; PREMIER GROS ANIMAL

Vendredi 21 juin, arrivée à Vaaranpera (proche de Pajala), 105 km. Temps très gris nuageux, brouillard et crachin à la fin.

Il est difficile de raconter une journée telle que celle là. Le très mauvais temps (mais heureusement sans pluie) gâche beaucoup de chose et surtout la vue, avec un ciel très plombé. Je passe à côte de belles choses mais je ne vois pas grand chose. Alors vous imaginez la qualité des photos, cela ne donne rien.

La route est bonne, fini les chemins de terre ou en graviers. Je peux donc bien avancé. Le seul problème que je rencontre et qui n’est juste qu’un problème pour la batterie, c’est que cette route n’a aucun morceau de plat. Elle monte et elle descend tout le temps. Les montées ne sont pas difficiles ni très fatigantes mais il y en a perpétuellement. Alors, évidemment, cela tire sur la batterie qui durera moins longtemps que prévue. Et là, j’ai fait une sacré faute tactique en partant, c’est de ne pas prendre une petite batterie de secours qui me permettrait de beaucoup mieux gérer cet aspect là du parcours et d’être plus relax sur la recharge d’électricité. Mais les regrets ne servant à rien, je ne vais pas m’appesantir dessus. Juste que pour le prochain voyage, c’est sûre que j’en emmènerais une mais pour celui là c’est raté.

J’avance tranquillement car ce n’est pas la peine d’aller vite pour tirer encore plus sur la batterie. Et soudain sur la route une marcheuse.

Elle est hollandaise, elle est partie depuis le 7 janvier du sud de l’Espagne et elle se rend au Cap Nord. La pauvre est obligée de porter sur la tête une protection anti moustique car elle m’explique qu’elle est dévorée par ceux-ci et qu’elle a des cloques partout. Elle est très souriante. Je n’ai pas un café à lui offrir comme l’a fait si gentiment Raphaël avec moi et c’est bien dommage car c’est des bien belles rencontres. Mais avec ce temps là, marcher 30 km dans la journée, cela ne doit pas être très drôle.

Ce qui m’énerve avec ce temps, c’est que tout le monde me dit que juste avant, il a fait très beau et pendant un long moment. Ce n’est pas de chance pour moi.

Je roule soit à côté d’une rivière soit à côté de lacs

De temps en temps, une maison isolée.

Je continue à rouler tranquillement et enfin j’aperçois quelque chose qui me semble être un animal. Je sors l’appareil photo et je m’approche en espérant qu’il ne va pas s’enfuir avant que j’ai eu le temps de bien le voir.

Vu les bois, je pense que c’est un élan, mais les suédois peuvent me corriger !…

Je suis totalement impressionnée par la taille des bois qu’il porte sur la tête. puis il détale et rentre dans la forêt. J’espère en voir d’autres.

A 100 km, le brouillard se lève avec du crachin. Je deviens inquiète car je ne pense pas que mon attelage me permette d’être bien vu dans le brouillard. Il me faut m’arrêter, c’est plus raisonnable. Les deux premières maisons où je m’arrête ont chacune une voiture mais il ne semble y avoir personne car aucune réponse. La troisième maison sera la bonne. La femme qui m’ouvre est très cordiale mais pour dormir, visiblement la maison n’est pas grande et bien occupée. Soudain elle a une idée et me demande de la suivre. Elle prend un trousseau de clés et m’emmène dans la maison d’à côte. Et c’est ainsi que je me retrouve dans une maison pour moi toute seule.

Le repas est délicieux et je mange enfin du poisson. Merci à Kicki, Krister et Ingénieur de m’avoir accueilli.

11 réflexions sur « ÉTAPE 30; PREMIER GROS ANIMAL »

  1. Rebonjour Corinne.Avec ma famille ,nous avons quitté la ville pour la campagne,à 150 km à l´est ,à mi-chemin de Östersund et de la baltique(Sundsvall).Le temps est moyen.Il y a eu des averses et les moustiques sont avides de mon sang,comme pour certains de ma famille,sauf de ma femme qui est d´ici..
    Je pense que ces moustiques doivent trouver en nous ,Francais et Francais -Suédois que notre sang vaut un bon verre de rouge.Bref,arrêtons la plaisanterie,
    Est.ce que vous avez choisi des panneaux solaires de faible capacité,que vous avez des problèmes de batterie ?
    Normalement,à ce que je sache,les panneaux solaires ne se rechargent pas simplement avec le soleil,mais avec la luminosité.
    Vu que vous êtes Francaise ,vous avez la volonté d´aller au devant pour demander de l´aide,ce qui manque ,à mon avis ,en Suède.
    dans la pièce d´oú je vous écris,il y a des moustiques accolés au mur et dés je le peux ,je les attaques,en laissant des traces sur la tapisserie.C´est alors que ma femme m´engeuele ,car ce n´est pas joli à voir sur une tapisserie blanche.
    Vous devriez acheter un filet anti-moustique.
    Vous êtiez à Pajala.Attention à ce village,car il y a quelques années,les hommes de Pajala étaient à la recherche d´une épouse.Ce n´est pas une plaisanterie de ma part,mais c´était vrai.Depuis,je n´en sais pas plus.
    L´animal que vous avez pris en photo,c´est un renne avec ses bois.
    Vraiment,vous êtes courageuse,en plus de faire du vélo,de faire un briefing et de répondre.
    Avez-vous été surprise par un orage ? Comment faites-vous dans ce cas ,surtout lorsque vous vous trouvez loind de toute habitation.

    Bonne continuation.Un Francais de la République de Jämtland.

    1. Pour les moustiques, tant que je roule, ils ne m’attaquent pas, mais dès que je m’arrête c’est l’enfer et les produits de protection ne servent pas à grand chose. J’ai une tenue complété anti-moustique (vêtements en « moustiquaires) mais je n’ai pas encore eu l’occasion de la mettre. j’ai des cloques partout. Je me contente le soir de mettre de l’huile essentielle Lavande Aspic qui atténue beaucoup les démangeaisons.

  2. Bonjour Corinne,
    Waouh, merci pour le renne, ça c’est une vraie photo cadeau, qui me fait très plaisir, je t’envie d’avoir vu un tel animal. Moi qui vois beaucoup de cervidés dans la forêt et autour de chez moi, j’ai l’impression que le renne est plus imposant que le cerf Je vais aller me documenter.
    Je vois que tu as croisé une autre aventurière, ça doit être compliqué également de se déplacer ainsi, surtout quand on voit comment les habitations sont parfois espacées, et qu’on peut vite se trouver seule au monde. Je ne sais pas si elle t’as dit quel était son mode d’hébergement?
    Je te souhaite une bonne journée Corinne, et que le temps puisse s’améliorer
    Bises

    1. Bonjour Odile
      Ce renne a été le cadeau de ma journée. Surtout que j’ai eu le temps de le voir, il m’a laissé m’approcher sans s’enfuir. Puis je suis restée un long moment à l’observer. Il se grattait partout avec ses bois. Par contre la taille des bois sur la tête, c’est vraiment impressionnant. Ils doivent avoir un cou d’acier pour supporter cela.

  3. La Néerlandaise que vous avez rencontrée.elle avait combien de chaussures dans son sac ! Des km à pied,ca use,n´est-ce pas ?

    1. Pour les chaussures, je ne sais pas, mais ce que je peux vous dire, c’est qu’elle avait un sourire rayonnant et qu’elle semblait heureuse, c’était un vrai plaisir à voir

    2. Pour les chaussures, je ne sais pas mais ce que je sais c’est qu’elle avait un superbe sourire et semblait très heureuse (hormis le problème de moustique

  4. Bonsoir Corinne.Il y a environ 40 ans,pour se rendre au Cap Nord,il fallait prendre un ferry qui ne circulait pas de 1 h à 6 h,ce qui faisait qu´il y avait de longues queues d´attente surtout sur l´île oú se trouve le Cap Nord.A présent ,il y a un tunnel de 5 km environ qui passe sous l´eau
    et qui est gratuit depuis quelques années.
    Vous allez devoir payer un droit d´accés sur ce petit territoire du Cap Nord.
    Je me demande comment vous allez pouvoir circuler en vélo dans le tunnel de 5 km.Il serait bon de mettre un gilet jaune à l´arrière de votre remorque pour votre sécurité.Les tunnels en Norvège sont trés étroits et éclairés.

    1. J’ignorais que les 5 derniers km se faisaient dans un tunnel, je verrais quand j’y serais mais il me faut d’abord faire face à la pluie et au froid

      1. Ce n´est pas les 5 derniers km.Le Cap Nord se trouve sur une île.Le tunnel se trouve à environ 50 km avant le plateau du Cap Nord.
        Penser à avoir des provisions avant d´arriver au Cap Nord,car les prix sont élevés.
        Si ce coin n´est pas trés beau à voir,c´est pour se dire qu´on a été à l´extrémité de l´Europe du nord.
        Vous verrez qu´un Francais célèbre y a été aprés la révolution francaise de 1789,un roi du Siam et un roi de Suède-Norvège d´origine francaise dont le grand-père était un maréchal de Napoléon 1 er qui est devenu par la suite prince et roi de Suède-Norvège.
        J´espère que vous aviez pensé à prendre des vêtements chauds .Que vous avez des protections de chaque côté de votre tricycle et de votre remorque
        J´ai évoqué avec Trafikverket de faire une piste cyclable pour ceux qui font du vélo le long de la E 4.
        Comme c´est une administration,elle fera la sourde oreille ,surtout que je suis un Francais rouspéteur en Suède.
        Bonne continuation.JPL

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.