ÉTAPE 27: VIVE LE SOLEIL, ÇA ROULE !

Mardi 18 juin, arrivée à Örviken, 144 km, soleil magnifique jusqu’à 15h, puis nuageux.

Ce matin, j’ai pu dire au revoir et merci àTobias à 6h du matin. J’ai remarqué que beaucoup de gens en Suéde travaille très tôt . Sa femme reste aujourd’hui à travailler chez elle pour garder le petit dernier qui est tombé sur la tête à la piscine. C’est donc avec elle que je prendrais le petit déjeuner. Puis, je vais vite partir car le soleil est radieux, je voudrais bien en profiter.

Pour le départ, cela commence fort. Le GPS veut que je reprenne la grande route du coin (il n’y en a qu’une. Mais le problème c’est qu’elle se transforme en autoroute sur 14 km et un panneau « interdit aux cyclistes » est posé à l’entrée. Mais le problème c’est que je n’ai aucune route à prendre à côté. Les 3 applications que j’utilise pour me guider (OsmAnd, Map.me and Google Maps) me disent toutes de prendre cette route. Alors, je la prends, puisque je n’ai pas le choix. Je suis vraiment ravie d’avoir installé un gros rétroviseur de moto sur mon trike. Cela me permet de bien voir arriver voitures et camions. J’arrive le plus souvent à rouler en partie sur une petite bande de goudron sur le côté et je dois dépasser de 30 cm sur la route. Je suis bien éclairée et visible de loin mais je roule vite pour quitter au plus vite cette situation dangereuse. Au bout de 14 km, le GPS me demande enfin de sortir et à moi les petites routes comme je les aime

Très peu de voitures, des paysages sympa et le soleil. Que demander de plus ? Je croise des petits villages et toujours beaucoup de chevaux dans les près. Ils sont souvent couverts de façon importante, même la tête, l’encolure), pour les protéger des insectes.

Toujours de lacs et ceci près de la mer

Durant 15 km je peux profiter des petites routes, puis comme vraiment souvent maintenant, la route goudronnée s’arrête sans crier gare pour faire place à une route forestière. Mais là, ma batterie est pleine et heureusement car je rencontrerais à nouveau des graviers si difficile pour la roue motrice de Petit Prince.

A la limite de l’ombre, commence un chemin en terre non annoncé.

Lorsque je roule sur ces routes forestières, je ne peux jamais profiter du soleil car il est le plus souvent caché par les arbres.

Je croise un joli torrent

Ce chemin durera 15 km, heureusement que je n’ai pas rencontré cela le soir. Ce chemin débouchera sur une piste cyclable en bordure de la E4

Piste cyclable en bordure de la grande route E4

Je pourrais suivre une piste cyclable pendant 15 km, elle a ses propres réverbères. Parfois, c’est un peu difficile à suivre car il y a souvent des croisements et proches les uns des autres, alors j’ai du mal à comprendre ce que me dit le GPS.

Plein de pistes cyclables dans un petit espace

Je me tromperais 3 fois à des croisements. La GPS me le signale tout de suite, mais quand vous devez faire demi-jour avec un engin qui est proche des 5 m sur une route de 2 m, c’est totalement galère. Comme toujours à l’approche d’une grande rivière, la piste cyclable a sa propre voie large et bien protégée des voitures.

Quand, je vois toutes ces infra structures propres au vélo, comment un pays comme la France peut-elle avoir accumulé un tel retard? Nos politiques devraient prendre un vélo et aller sur toutes ces routes pour comprendre l’intérêt de ces pistes cyclables et voir tous les gens qui les empruntent (cyclistes, piétons, sportifs). Comment peut-on parler de mobilité douce, d’environnement quand on voit le peu de cas que l’on fait des cyclistes ?

Puis le GPS me renvoie sur la E4, mais à ma grande joie, elle s’est transformée en route normale (mais les conducteurs de voitures doivent râler !…). En tout cas pour moi, cela change tout car plus de glissières de sécurité, plus de barrière centrale, donc on peut me doubler en me laissant de la place et cela change tout. Je peux aussi m’arrêter pour prendre des photos.

Mais j’approche d’une grande ville, Skelleftehamn, j’ai 140 km au compteur, il faut que je me pose avant. Je passe un pont et je vois un petit village à 3 km sur la droite, en bordure de lac. Cela m’inspire et je tourne. Je commence à rouler doucement pour essayer de trouver un lieu où je pourrais passer la nuit, quand un homme entrain de jardiner me salue très cordialement. Je m’arrête et je m’adresse à lui en anglais. Il ne parle pas cette langue, mais sa femme, oui. Il va la chercher et l’accueil est immédiat et très cordial. Mes derniers arrêts sont tous du même style, immédiat et très cordiaux. Cela commence à me rappeler le Canada (ma référence absolue !…). Beaucoup de gens m’avaient dit qu’il y avait une différence de mentalité entre les Suédois du Nord et du Sud. Je me demande si je ne vais pas en avoir la preuve.

Benny et Gudrun m’accueillent très gentiment et comme toujours dans ce cas là, font tout pour vous aider et vous faire plaisir. Une bonne bière pour commencer, puis un bon repas préparé spécialement pour vous (car ils ont déjà mangé) et une discussion très cordiale pendant tout ce temps. Puis Gudrun me demande si j’accepterais de recevoir un journaliste de la presse locale. La réponse est oui évidemment et c’est comme cela qu’à 22h débarque un journaliste local pour m’interviewer. Cela me rappelle mon arrivée à Québec au Canada où les choses s’étaient passé de la même manière.

Interview de Corinne. On croirait que je dors mais il n’en est rien. !

Et c’est comme cela que je vais me coucher à 23h, ce qui est tard pour moi et j’aurais du mal à me lever à 5h pour vous écrire, mais rassurez-vous, je serais fidèle au poste!

Merci à Benny et Gudrun pour votre accueil si chaleureux. J’ai beaucoup apprécie.

11 réflexions sur « ÉTAPE 27: VIVE LE SOLEIL, ÇA ROULE ! »

  1. Frösön le 19 juin 2019.
    Rebonjour Corrine.
    Je continue à vous suivre comme je l´ ai fait pour 3 jeunes Francais qui étaient partis de France ,de Bertagne, pour rallier la Norvège à Tromsø,il y a quelques années,et que j´avais rencontrés ici à Östersund /Frösön ,oú je réside.

    En ce moment,j´ai un ami suédois de Härnösand ,oú vous êtes passée qui avec un copaín,font du vélo comme vous .Ils reviennent de Finlande et du groupe d´îles de Åland qui se prononcent en suédois comme Hollande.J´ai le contact avec lui et hier ,il m´écrivait après lui avoir raconté vos déboires sur la E 4 qui n´aime pas les cyclistes “

    Jag visar alla utländska cyklister upp genom Ådalen och inlandet. E4 går nästan inte att cykla längre. Dödstråkig väg.
    Traduction Je signale à tous les cyclistes étranger de passer par Ådalen ( région à l´ouest d´Härnösand et qui est à proximité du Jämtland oú j´habite) et par l´intérieur (donc par chez moi et la E 45>).C´est impossible de faire du vélo sur la E 4.Cette route est triste à mourir.

    On dit Umeå qui se prononce ” Umé eau ” .Le å se prononce comme au ,eau ,o..Le ä se prononce comme è , le ö comme eu , le e (suédois ) comm é et enfon le o (suédois) comme ou .
    Bonne continuation.Tachez de prendre la route que je vous ai conseillé par la E 8 et rejoindre Alta ,sur la E 6 en Norvège.

    1. Bonjour Jean Pierre
      Je confirme. La E4 est une route dangereuse pour les vélos car on ne leur a accordé aucune place. Il faut à tout pris l’éviter , mais comme cela ne se sait pas, je ne savais pas. Je l’ai écrit sur Facebook dans mon groupe voyageur pour que les cyclistes l’évitent.
      Merci pour la leçon de prononciation.

  2. Bjr Corinne….bien sûr nous attendons tous les matins ton bulletin et te suivons sur une carte. Une remarque toute fois…tu ne parles pas de la moindre durée des nuits à l’approche du 21 juin la nuit qui n’en n’est pas.une ..cf les nuits blanches fétées à st Pétersbourg. Bonne suite. ..la Finlande n’est plus loin. ChrisCat.

    1. Vous avez raison, je ne parle pas de la nuit et je vais vite combler cela.Portez-vous bien. Bisous

  3. Ah! Que c’est agréable pour moi de vous voir arriver dans une famille accueillante, peut être pas trop fatiguée, ni trop frustrée,par la pluie, et les mauvaises indications du GPS,
    Bonne interview, j’en suis sûre…. j’aurais Bien aimé lire ce journal d’ailleurs !!!
    Grosses bises…bonne continuation

    1. Bonjour Aline
      Question fatigue, cela va bien je suis en forme.
      Pour l’article, le journaliste me l’a envoyé pais pour avoir accès au site, il faut que je paye alors j’ai renoncé à mettre le lien

  4. Bonjour Corinne, enfin j’ai de tes nouvelles car le blog n »a démarré que pour la 25è étape. Je t’admire comme toujours et te souhaite de rencontrer des gens sympas et une belle route dans ces magnifiques paysages que je vois.
    Je t’embrasse et bon courage
    Isabelle

    1. Bonjour Isabelle
      Regarde dans tes spams ou indésirables et tu trouveras sûrement le début de ce voyage. Cela me fait plaisir de vous retrouver. Je suppose que de ton côté, tu t’apprêtes à recevoir ta tribu pour cette été. Bisous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.