ÉTAPE 21: un vent glacial et une superbe rencontre

Mercredi 12 juin, arrivée à Maräker, 102 km, vent glacial toute la journée, 11°C, très nuageux et un rayon de soleil le soir.

Sandra, ce matin a partagé le petit déjeuner avec moi et m’a fait un cocktail de fruits au mixer délicieux et visiblement très énergétique. Son mari se lève une heure plus tard et nous partons ensemble juste après avoir envoyé ma newsletter. Le temps est très menaçant et le vent s’est levé.

Pour essayer de lutter contre le vent, j’ai adopté une autre attitude à vélo. Je roule beaucoup moins vite, je passe d’une moyenne autour de 17 à 20 km/h à une moyenne de 11 à 15 km/h, le résultat est l’utilisation de plus de force physique et moins d’utilisation de batterie. Dans l’ensemble, cela me fatigue moins que de lutter contre le vent pour maintenir ma vitesse. Évidemment, du coup, je fais moins de km en une heure mais comme je ne fais pas de course de vitesse, cela n’a aucune importance. Je continue à passer près de lacs avant d’arriver à la mer Baltique.

Il y a tellement de vent que des vagues se forment sur les lacs
Route passant au milieu de village

Les forêts continuent à être omniprésente. A l’intérieure, je passe de temps en temps devant une ou deux maisons isolées. Cela ne doit pas être facile de vivre l’hiver dans des lieux pareils. Je n’oublie pas ce que m’a dit ce fermier canadien lorsque je m’émerveillais de leur sens de l’entraide « c’est une nécessité vitale pour nous l’hiver ». Est-ce que l’entraide entre suédois existe ? Il faudra que je les interroge là-dessus.

A un moment, je dois m’arrêter pour réorienter ma route car je suis arrivée à Gävle. La route se rétrécie par moment pour freiner la vitesse des voitures et au même endroit, se trouve un abri bus. Je souhaite m’abriter du vent pour consulter une carte. Je passe entre 2 plots protégeant l’abri bus pour me stationner à côté et ne pas gêner les voitures quand soudain je suis arrêtée brutalement car la remorque s’est renversée. Je suis sidérée, que s’est-il passé ? Je descends précipitamment et je m’aperçois que j’ai évité un plot de béton au trois quart cassé mais … j’ai oublié que la remorque ne suivait pas exactement ma trace et c’est ce moignon de plot qui a fait chavirer ma remorque. Cela me servira de leçon pour la suite. La remorque est complètement renversée au niveau de la route rétrécie. Les panneaux, sous le choc, se sont ouverts et ils gisent retournés sur la route. Je me précipite pour voir s’il y a du dégât. Pendant ce temps, une voiture avec 2 hommes est arrêté devant le rétrécissement occupé par ma remorque renversée. Et ils ne bougent pas, fidèle à une attitude commune de beaucoup de conducteurs, de ne surtout pas venir en aide à l’autre. Inutile de vous dire que je ne me presse pas. Je remets les panneaux en place et comme je roulais très doucement, il n’y a pas de dégâts. Remettre la remorque sur roues est difficile et je peste contre le manque d’aide mais je finis par la remettre sur pieds. Elle aussi va bien et je reste estomaquée par la qualité de l’attache de cette remorque qui fait qu’elle peut se retourner sans provoquer aucun dégât ni nuire au vélo qui la tracte. Je trace avec le GPS ma nouvelle route pour être le plus près de la côte mais je trouve que la route semble bien éloignée de la côte. Et quand je repars, c’est exactement ce que je constate. A mon grand regret, cette route n’a rien d’une route côtière (je repense aux routes magnifiques de Gaspésie au Québec ou à celles de la Nouvelle Ecosse au Canada).

Route pseudo côtière

Donc mon idée de se rapprocher de la côte pour le paysage et le dénivelé n’est pas une bonne idée car pas de vue sur la mer Baltique et il reste du dénivelé mais moins sévère.

A un moment, je vois que je ne suis pas loin de la mer, donc j’y vais en empruntant des voies privées

Cette mer n’est vraiment pas très large car on voit la rive de l’autre côté qui est un autre pays: La Finlande.

Mais la route s’éloigne très vite de la mer.

2 chevaux dans un près accolé à une maison

Et soudain c’est la rencontre

Je croise un homme sur la route

C’est le premier voyageur que je croise sur la route en Suède. Alors bien sûr je le hèle et il se retourne. C’est un voyageur à pieds qui transporte son matériel sur un Carrix (http://www.carrix.ch/globe.html), matériel que je connais car j’ai identifié que si je reprenais un jour la route sac au dos, c’est ce matériel que je prendrais. Par contre, il le tient d’une manière tout à fait original par le devant alors que normalement on s’en sert en le tirant avec un harnais. Je m’adresse à lui en anglais et 1 mn après nous discutons en français. La discussion est tout de suite cordiale et cet homme me propose tout de suite de prendre un bon café chaud. Je gare mon attelage, nous rentrons une 100m dans le bois pour pouvoir surveiller Petit Prince et Raphaël se met à préparer un café chaud.

Raphaël prépare le café

Et nous passons 1h à discuter. Merveilleuse rencontre avec un homme très ouvert et passionnant. Bien sûr, nous parlons voyage. Raphaël est arrivé en avion à Stockholm. Il a le même objectif que moi, le Cap Nord et il dispose d’un mois pour le faire (à la maison, sa femme et une petite fille de 3 ans attendent son retour après sa ballade), chaque année, il fait une marche d’un mois. Il en est à son 4ème jour de marche et fait en moyenne 30 km par jour. Arrivé au Cap Nord, il compte faire du stop et revenir prendre son avion. Cet homme est très chaleureux, c’est la première fois qu’au cours de mes voyages, je rencontre une personne comme cela. Nous discutons à bâtons rompus et il me dit qu’il y a un poème qu’il aime beaucoup, il le lit sur son smartphone et je ne résiste pas au plaisir de le partager avec vous:

« Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup,
Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne,
Il ne dure qu’un instant, mais son souvenir est parfois éternel,
Personne n’est assez riche pour s’en passer,
Personne n’est assez pauvre pour ne pas le mériter,
Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires,
Il est le signe sensible de l’amitié,
Un 
sourire donne du repos à l’être fatigué,
Donne du courage au plus découragé
Il ne peut ni s’acheter, ni se prêter, ni se voler,
Car c’est une chose qui n’a de valeur qu’à partir du moment où il se donne.
Et si toutefois, vous rencontrez quelqu’un qui ne sait plus 
sourire,
Soyez généreux donnez-lui le vôtre,
Car nul n’a autant besoin d’un sourire
Que celui qui ne peut en donner aux autres. »

Raoul Follereau: Le livre d’amour (1920)

Il nous faut repartir mais cette belle rencontre nous a enrichis mutuellement et je vois que Raphaël est aussi heureux que moi. Après un gros « hug » à la canadienne, chacun reprend sa route. Que je suis heureuse de cette rencontre. Je repars pleine de courage malgré la pluie qui commence à tomber. 5 km plus loin, je rencontre un deuxième voyageur mais à vélo. Je ralentis, lui dis bonjour… et non seulement il ne me répond pas mais il tourne la tête de l’autre côté. Cela n’arrêtera pas ma bonne humeur et je repense à ce que Raphaël m’a dit, que les cyclotouristes en général ne répondaient pas à ces bonjours. Et bien, ils peuvent même faire pire tourner la tête pour ne pas vous voir. Je suis triste pour cet homme qui ne sait pas juste dire bonjour.

Je continue à rouler mais j’approche des 100 km, mon objectif quotidien et les maisons se font rares. Je n’oublie pas que Petit Prince a besoin de sa dose journalière d’énergie. Alors je décide d’essayer d’identifier « une bonne maison » selon des critères que je ne connais pas !…Et puis Raphaël a reboosté ma confiance, alors je ne suis pas inquiète.

Cette maison m’inspire et je m’arrête

Je frappe à la porte de cette maison, une femme ouvre la porte. Malheureusement, elle ne parle beaucoup anglais mais elle comprend que j’ai besoin d’électricité pour mon vélo, et elle accepte tout de suite de me donner de l’électricité. Puis elle appelle son fils au téléphone qui parle anglais pour que je lui raconte qui je suis. J’explique donc par téléphone qui je suis et et ce que je souhaiterais (partager leur repas et avoir un lit si possible). Puis je redonne le téléphone à la mère qui accepte tout immédiatement. Ouf, je ne planterais pas la tente dans ce vent glacial. Leur fils viendra dîner avec nous (il habite le village voisin) et servira de traducteur pendant le repas. Ces gens là sont d’une incroyable gentillesse (et leurs 2 chats aussi, qui viennent quémander des câlins à tour de rôle). Petit Prince est mis en charge à l’abri dans leur garage et leur voiture couchera dehors. Je prends un bon dîner avec une soupe très chaude qui me réchauffe bien le corps. La semaine dernière au même endroit, il faisait 35°C, quel manque de chance pour moi d’avoir ce mauvais temps. Je ne sais pas quand le beau temps va revenir mais j’espère vite car traverser un pays dans le froid et la pluie avec un vélo solaire est bien triste et d’un immense gâchis.

Et Inga et Christer me feront un immense cadeau: la confiance. Ils partent le matin travailler à 5h du matin. Ils me laissent la clé du garage et la clé de leur maison. Donc ce matin, je suis seule dans leur bonne maison. Inga m’a laissé du café dans un Thermos et m’a expliqué où tout se trouvait pour un bon petit déjeuner. Leurs 2 chats passent leur temps à rentrer et sortir de la maison par une chatière et à venir me demander des câlins à tour de rôle. Eux laissent leurs chats en liberté, pourtant Christer m’a expliqué qu’il avait vu, il y a très peu de temps, un lynx à l’arrière de leur maison. C’est la frayeur de ses chats qui l’avait mis en alerte.

Je suis bien au chaud dans cette maison très confortable et il me faut repartir alors que de la pluie est annoncée pour toute la journée. Mon téléphone m’alerte d’un don pour l’association Petits Princes, je vais immédiatement voir, c’est Raphaël qui vient de verser 100 € pour les Petits Princes et les larmes me viennent au yeux. Cette belle rencontre est même bénéfique pour les enfants malades. Quelle chance. Merci infiniment Raphaël.

Je dois partir et remercier Inga et Christer pour leur accueil si emprunt de délicatesse et gentillesse

Inga et Christer: MERCI !….

Un autre don a été fait aux Petits Princes par ma voisine Pascale. Merci à toi de me suivre et de ta générosité pour eux.

4 réflexions sur « ÉTAPE 21: un vent glacial et une superbe rencontre »

  1. Coucou ma Corinne, pour Info, ici aussi il fait froid. Hier soir Ludo a allumé le poêle. J’espère que le beau temps va arriver où tu te trouves. Les paysages sont magnifiques et heureusement tu arrives qd même à trouver un peu de chaleur le soir. Je suis étonnée de ce manque d’entraide ds ce pays. Il doit y avoir une raison ?
    En tous cas je te soutiens et je pense souvent à toi.
    Bon courage 😊et gros bibis 😘

    1. Bonjour Magalie
      Oui, il y a sûrement une raison ou un fait historique qui fait que ce peuple suédois est comme cela. J’aimerais bien savoir pourquoi, pour mieux les connaître.
      Il fait très froid ici, 10°C jamais plus et surtout, il pleut tout le temps. Cela gâche beaucoup le voyage. Bisous

  2. Bonjour Corinne,
    Bravo , tu t’en es encore bien sortie avec ce renversement de remorque, pas de casse pour les panneaux solaires, heureusement. J’ai toujours une inquiétude quand je te lis, et que je commence à voir surgir un ennui…Après cette mésaventure, tu as fait une belle rencontre, c’est super. J’ai lu un livre de Sarah Marquis, une Suisse qui a fait entre autre une marche de Sibérie en Australie avec le même genre de remorque qu’elle poussait aussi.J’ai tout de suite pensé à elle quand j’ai vu la photo de Raphaël, un baroudeur , doublé d’un poète!
    Je comprends que ça te remonte le moral de faire de telles rencontres, et tu termines ta journée par un accueil très chaleureux, dans une belle maison, que demander de plus?
    Je te souhaite une bonne journée demain, je vais aller voir ta balise pour situer où tu es en ce moment;
    Bisous

    1. Bonjour Odile
      Je m’en suis bien sortie avec le retournement de remorque parce que je roulais tout doucement mais clairement il vaut mieux ne pas recommencer car je n’aurais pas toujours de la chance.
      Les personnes chez qui je me suis arrêtée hier ne sont clairement pas représentatifs de ce pays avec leur formidable ouverture d’esprit et leur confiance

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.