ÉTAPE 20: ÉPUISÉE PAR LE VENT

Mardi 11 juin, Arsunda, 108 km, temps très nuageux, vent fort

Encore une bonne soirée et un bon petit déjeuner. Que c’est agréable quand les choses se passent gentiment et naturellement. Je peux encore prendre un petit déjeuner costaud et la maîtresse de maison me préparera même des sandwichs pour midi. Avec son mari, nous essaierons de régler le problème de l’affichage des panneaux solaires mais sans succès. Cette donnée me manque vraiment pour bien gérer la batterie. C’est un gros handicap de ne pas arriver à trouver quelqu’un pour vous former dans ce domaine. Je pense que le succès du vélo électrique est tel que ce genre de formation va apparaître mais en attendant, on se sent bien démuni.

Lorsque je pars, j’ai droit à 10 km de belle route pratiquement sans voitures et un rayon de soleil. Malheureusement, je ne verrais plus de soleil dans la journée sauf de rares apparitions le soir mais, qui en aucun cas, sont suffisantes pour les panneaux solaires.

Cette région est la région la plus boisée de Suède et cette forêt est exploitée pour son bois

Lorsque qu’on la traverse, on trouve, à intervalles réguliers, des saignées à blanc (comme au Canada, mais la seule différence, c’est que les saignées sont moins large). Cela laisse de belles cicatrices et défigure toujours un peu le paysage. Sur la route, vous êtes doublée par des camions de bois. Et comme d’habitude, ce genre de camion roule très vite, vous frôle en vous dépassant et vous font peur par leur longueur. Cette race de chauffeur doit être spécifique. A force de voir des forêts et des camions transportant du bois coupé, je finis par tomber sur une énorme usine de bois (il en faut pour alimenter IKEA et construire leurs meubles !…).

Début de l’usine à bois avec le stockage des planches coupées
Décharge des camions de bois et il y a encore une dizaine de camions en attente les uns derrières les autres
Stockage des billes de bois sur une grande longueur. Les bois les plus anciens sont stockés au fond et arrosés régulièrement.

Le vent qui était faible au début de la journée commence à forcir sérieusement, il secoue le trike, la remorque. Par manque de chance, il est de face et j’en bave pour le combattre, surtout que la route ne fait que monter et descendre. Les deux conjugués sur plus de 50 km m’épuisent. Je consomme beaucoup plus de batterie que prévue et je n’avais pas anticipé cela. Il faudra en tenir compte par la suite et sans soleil, cela va raccourcir le nombre de km que je peux faire dans une journée. Par contre, les paysages continuent à être superbes et comme le vent me freine tout le temps, j’ai bien le temps de les regarder.

Avec grand plaisir, je vois que les lupins sont sortis de leurs fossés et sont en bordure de route (je m’amuse à les toucher en roulant), et avec eux, les paysages sont encore plus beaux

Lupins bordant les routes.

Je vois toujours autant de chevaux, un ou deux près de beaucoup de maisons. On voit que ce ne sont pas des élevages mais des chevaux de particuliers. De plus en plus souvent, je vois aussi des carrières plus ou moins grandes attenantes au maison. Comme je m’en étonnais hier auprès de Rigmor, celle-ci me faisait remarquer qu’il y a tellement de terre ici que c’est facile d’en avoir (la Suède a environ 10 millions d’habitants).

Deux chevaux, au fond, en bordure de lac
Route serpentant au milieu des champs

Vers 17h, je retrouve la belle route en petits graviers comme hier, mais je n’arrive plus à l’apprécier de la même manière car le vent m’a trop épuisée. Là, je suis pressée d’en finir et je ne pense qu’à cela. Trouver une route comme cela sur 10 km, le soir, en devant économiser sa batterie donc en forçant plus physiquement, c’est dur.

Je finis par retrouver une route normale et un village est indiqué à 9km. je vais essayer de m’arrêter là. Vais-je trouver une maison accueillante ? De toutes façons, une seule priorité absolue pour pouvoir continuer: brancher la batterie de Petit Prince. Dans tous mes voyages, il ne m’est jamais arrivé de ne pas pouvoir le faire, alors je n’angoisse pas là dessus, même si je sais que dans ce pays, on peut refuser.

A l’entrée du pays, je repère une maison, où je décide de frapper. Une jeune femme m’ouvre étonnée. Elle regarde mon vélo et accepte tout de suite que je puisse le brancher. Puis je demande si je peux partager leur repas, elle va demander à son mari et revient en acceptant. Le repas est très convivial et le soir Sandra me proposera de coucher, chose que je n’avais pas demandée alors que j’allais monter ma tente.

Leur maison est grande pour un jeune couple. Cela me frappe, je ne sais pas quel est le prix de l’immobilier en Suède mais avoir une maison de 8 pièces à 27 ans, c’est formidable. Ils sont en bordure de bois avec une belle vue de leur salon.. Ils ont 2 chats qui ne sortent jamais de la maison car leurs maîtres ont peur des renards pour eux. Quel paradoxe de vivre en pleine nature et de ne pouvoir laisser leurs animaux dehors.

Merci Sandra et Mikaël de m’avoir reçue si gentiment dans votre grande maison.

Sandra

6 réflexions sur « ÉTAPE 20: ÉPUISÉE PAR LE VENT »

  1. Bonjour Corinne,
    Bravo pour cette journée ! Tu t’en sors toujours ! Et ton journal est devenu mon habitude du matin avec mon café !
    Pour les chats, je comprends ce jeune couple. Notre Cookie à été à moitié éventrée au Vésinet ! morsures de renard identifiées par le vétérinaire….
    Bon courage pour la suite !
    Je t’embrasse,
    Catherine

    1. Bonjour Catherine
      Je suis ravie de voir que j’accompagne ton petit déjeuner.
      J’ai vraiment un sale temps et je n’ai pas de chance car la semaine dernière, là où je suis,ils avaient 35°C. Avec mon vélo solaire saurait été génial.

  2. Si Petit Prince naviguait à la voile, comme je te l’avais recommandé, tu aurais pu utiliser le vent pour naviguer « au près ». Voilà ce qu’on récolte à ne pas suivre les conseils d’un frère aîné qui sait tout.
    JC enfin réveillé

    1. Salut grand frère
      Quand tu vois les vagues dans les lacs ou sur la mer, tu n’as vraiment pas envie de naviguer à la voile. Ceci dit j’ai vu sur You tube, une personne qui voyageait sur un trike avec une voile (comme un petit spi) et c’était fantastique. Bisous

  3. Coucou Corinne.
    Merci pour les photos , moi je vote pour les lupins avec la maison rouge en arrière plan, c’est ma photo préferée pour cette étape.
    J’espère que tu auras moins de vent demain.
    Chez nous en ce moment c’est de la pluie depuis plusieurs jours, on attend aussi le soleil avec impatience.
    Je t embrasse très fort

    1. Bonjour Odile
      Je trouve comme toi que le contraste de ces lupins avec la maison rouge derrière est très sympa. Quelque fois tu as un hameau dont toutes les maisons sont de la même couleur, c’est très joli. Le rouge est très bien représenté. Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.