ÉTAPE 16, GÖTEBORG ET LE « BORDEL »

Vendredi 7 juin, arrivée à Gendalen, 86 km

Après avoir très bien dormi dans ma cabine pour 4 où j’ai dormi seule, je monte m’installer au restaurant pour vous écrire. A partir de 7h, on peut prendre un petit déjeuner. Aimant les risques (très mesurés !…) je prends un sandwich au hareng et bien c’était très bon. Si la newsletter a une odeur de poisson, vous saurez pourquoi.

Nous arrivons à G¨teborg sous une pluie battante

En attendant de débarquer, je regarde le ciel et je me dis que c’est reparti pour la pluie. C’est vraiment un peu désespérant de se trimballer des panneaux solaires sans soleil. Après la sortie du ferry, je suis le GPS qui m’indique bien le chemin . Il y a des pistes cyclables partout en ville. Quel luxe…Sauf que cette ville entière est un « doux bordel » car il y a des travaux partout, mais d’immenses travaux, ce qui bouleverse complètement la circulation. Et je prends des routes qui s’arrêtent les unes après les autres. Le GPS propose des alternatives mais elles atterrissent toute dans un chantier. Je finis par demander à un policier, qui commence par être perplexe, puis fini par m’envoyer sur une route qui débouche sur un chantier. Je demande à des habitants et soit ils me disent qu’ils ne savent pas parce que tout est en chantier (merci j’ai vu) soit sur des routes en cul de sac pour cause de travaux. Je n’ai jamais vu une ville avoir autant de gros travaux en même temps. Je ne sais pas ce qui motive cela, mais c’est impressionnant. Après avoir tourné 2h en rond en suivant le GPS, les conseils avisés non avisés des habitants, je m’arrête et je me demande comment trouver ma route dans ce foutoir. Je décide de prendre une route perpendiculaire à celle que je dois prendre, puis une route oblique pour me ramener dans la bonne direction. Il me faudra en tout 3h pour sortir de Göteborg. Record absolu. Même dans les grandes villes chinoises, je n’ai jamais passé autant de temps à les traverser. Par contre, ce n’était pas angoissant du tout, juste odieux à la longue.

Une fois partie et le chemin retrouvé, il me fait passer par 2 très grosses collines, occupées par des immeubles moches, occupés uniquement par des émigrés. Cela donne l’impression d’un ghetto et je trouve que la présence de Petit Prince est vraiment déplacé dans ce lieu et j’ai peur que cela passe pour de la provocation. Les regards sont indifférents et c’est presque pire. En plus, la piste cyclable à un moment est infaisable vu sa pente (>17%), car je ne suis pas en VTT. Je me retrouve donc coincé dans cet endroit et un peu mal à l’aise. Je vois une route piétonne sur la droite qui monte en zig-zag et non vertical comme la route cyclable. Je décide de la prendre en me disant que je vais me retrouver face à un escalier et que j’aurais l’air très maligne, mais par chance, non. Par contre, je devrais m’arrêter 2 fois dans la montée pour reprendre mon souffle. C’est vraiment curieux ces immeubles très laids en haut de grosses collines où on ne voit qu’eux et bien loin de la ville. Il est clair qu’ici, on ne parle pas d’intégration, ni de mixité sociale. Cela paraît évident que c’est une zone à problème, zone bien isolée et loin du centre. Tous les pays rencontrent les mêmes problèmes et semblent ne pas y apporter des réponses riches d’avenir. Cela questionne vraiment. Je finis par sortir de cet endroit où j’avais un peu honte de me trouver malgré moi, mais je ne fais que suivre le GPS et il n’est pas indiqué « ghetto » car il faut appeler les choses par leur nom.

Je finis enfin par sortir de tout cela et retrouver le campagne. Mais je n’ai presque plus de batterie car je n’ai pas rechargé cette nuit dans le bateau… et je n’ai même plus pensé que ma batterie était amovible tellement je ne la déplace jamais. En réfléchissant à cela, je me trouve bien idiote et c’est sûr que la prochaine fois, j’y penserais. Ceci dit ayant quitté Göteborg à midi, je ne peux rouler que 4h maximum, aussi je joue l’économie de batterie. Mais celle-ci a été mise à mal par les collines de ghettos. Aussi, au bout de 20 km, je décide de m’arrêter pour mettre en charge la batterie pendant 2 heure afin d’être sûr d’avoir assez d’énergie pour avancer. Je m’arrête dans une grande surface de jardinage avec un grand parking et je demande la possibilité d’avoir du courant. Une jeune fille m’aide immédiatement et Petit Prince est mis au ravitaillement. Mais 5 mn après un « petit chef » tout jeune débarque et me demande de partir. Évidemment je ne gêne en rien et je suis bien garée. Mais avec une grande autorité de petit chef, devant le regard atterré de la personne qui m’a aidée, il devient de plus en plus autoritaire. Ayant peur de mettre en difficulté la jeune fille qui m’a aidée, je m’en vais. Eh bien c’est la première fois depuis que je voyage à vélo électrique que le courant m’est refusé et c’est en Suède. Naïve comme je suis, cela ne m’était pas venu à l’idée. Même dans les pays les plus pauvres traversés, jamais à aucun moment, on m’a refusé de me brancher mon vélo électrique. Et c’est en Suède que cela m’arrive, je n’en reviens pas et du coup je m’inquiète pour l’hospitalité du soir.

Et au même moment où je reprends la route, le soleil apparaît. Ce qui est frappant avec le temps actuellement, c’est la manière dont il change très vite. En 5 mn le temps passe de la pluie à un grand soleil.Et là je finirais le route toute la fin de journée sous un grand soleil, alors la batterie recharge bien et je peux avancer.

Je retrouve un golf que je longe et qui a l’air fort beau.
Première vélomobile que je vois
Puis je longe un lac, c’est superbe et cela me rappelle le Canada
un autre lac

J’ai l’impression que je rentre dans une région avec beaucoup de petits lacs. Comme il y a aussi de grands résineux, j’ai vraiment l’impression de retrouver les paysages canadiens que j’aimais tant. Il y a juste beaucoup plus d’habitations et de voitures qui circulent (et vite).

Un petit clin d’oeil à Christoph, au si beau moulin.

Il est bientôt 18h et il me faut chercher une maison où m’arrêter. Compte tenu de ce qui m’est arrivé cet après-midi (mais les imbéciles existent dans tous les pays !…), je suis un peu méfiante et me demande quel accueil va m’être réservé. Il me faut donc bien choisir la maison, mais comme d’habitude c’est l’instinct qui parle et je me demande vraiment parfois les raison de mon choix.

Mais aujourd’hui, je sais. Je vois une maison avec des panneaux solaires, …puis à travers des vitres, une véranda serre. le jardin est comme je les aime, travaillé et encore un peu sauvage. Tout cela m’attire, je m’arrête et tombe sur la jardinière charmante qui m’accueille immédiatement. Ce lieu me plait et je le partage avec vous.

La véranda serre que j’ai vu de la route et qui m’a incitée à m’arrêter.
Carina dans son atelier plante
petite terrasse avec coin bassin et petite chute d’eau avec circulation d’eau
Jardin comportant 3 petites maisons

Johan et Carina m’accueille très gentiment et simplement. Comme d’habitude, je raffole de ces moments de partage très sympathique. Johan me bluffe par le français de niveau élevé qui lui reste de l’école. Nous parlons plantes et j’en suis ravie. Ce sont des gens qui ont le cœur sur la main. Ils accueillent chaque année et pendant 3 mois, une amie hollandaise d’origine suédoise qui vient se ressourcer dans son pays qu’elle aime tant. Elle occupe une petite maison indépendante dans laquelle j’ai couché et qu’ils ont amélioré au fils du temps

Dîner préparé par jeannette (excellent). les 2 femmes alternent la préparation du repas et c’était donc le soir de Jeannette.

Premier accueil suédois très réussi. Par contre, ils me préviennent que dans le Nord, il y a une maison tous les 100km, que les habitants ne parlent pas anglais et que cela sera compliqué. Me voilà prévenu (on m’avait dit la même chose au Canada).

Merci Carina, Johan et Jeannette pour ce premier accueil suédois si réussi.

BONNE ANNIVERSAIRE MA CÉCILOU JOLIE. Ma fille chérie, je suis triste de ne pas partager tes 29 ans avec toi mais de cœur, je suis avec toi. Bisous

4 réflexions sur « ÉTAPE 16, GÖTEBORG ET LE « BORDEL » »

  1. Effectivement, tu as fait fort pour le sandwich au hareng dès le lever!, mais ça permet de te mettre tout de suite dans le bain, avant même ton débarquement en Suède.Effectivement, tu en a bavé pour sortir de Goteborg, mais la récompense vient ensuite.Merci pour les photos des très beaux paysages que tu as traversés, c’est vrai que ça rappelle le Canada (enfin, ce que j’en connais par procuration, grâce à toi!)
    Encore un bel accueil pour toi, j’aime beaucoup aussi cette véranda où tes hôtes t’ont reçue.Oui, je pense que tu as un véritable instinct qui te dirige vers la bonne porte, tant mieux.
    Je te souhaite une bonne découverte de la Suède.Si c est effectivement une maison tous les 100km, ouvre bien les yeux!
    Bises

    1. Bonjour Odile
      Oui j’ai eu beaucoup de chance de trouver cette famille, mais je ne suis pas sûre que son esprit ouvert, sa grande qualité d’accueil soit représentative de ce pays
      Bisous Corinne

  2. Bonjour,
    Nous avons vu passer votre moyen de transport hier a Sollebrunn et je vois que vous avez loge chez des amies a nous.
    Bon voyage
    Des francais de Stora Mellby

    1. Bonjour Camille
      Il est amusant que vous m’ayez vu passer avec mon vélo solaire et qu’après je loge chez des mais à vous. Puisque vous vivez en Suède pouvez-vous m’expliquer pourquoi certains suédois ont si peur de l’inconnu, de l’autre ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.