ÉTAPE 15 : EN ROUTE POUR LE FERRY

Jeudi 6 mai, arrivée à KIEL, 86 km, temps gris et pluvieux.

J’ai réussi à bien dormir dans mon appentis de jardin. J’avais trouvé des coussin de transats et je m’étais fait un bon matelas. Je suppose que l’exercice physique fait que moi, l’insomniaque, je dors bien en voyage. Il faut dire que si je ne récupérais pas de mes efforts, je ne tiendrais pas le coup.

Par contre pas de petit déjeuner sympa bien copieux. Je finis les 3 biscuits qu’il me reste, je bois beaucoup d’eau et je pars. Il ne faut pas que je traine car je veux absolument prendre le ferry ce soir, afin de ne pas attendre une journée inutilement à KIEL. Le ferry est à 18h30 mais je n’ai pas pris de billet à l’avance car à vélo, un ennui quelconque et vous ratez l’embarquement. Je sais que les ferries sont chers aussi, je ne veux pas perdre le prix du billet.

Le départ se fait donc tôt ce matin à 7h. Je me suis levée à 5h pour vous écrire la newsletter donc je suis bien réveillée. Petit Prince ayant bien chargé pendant la nuit, tout est prêt pour le départ.

C’est mon premier départ si tôt (alors qu’usuel pendant le Suntrip, ce qui explique la possibilité de faire 150 km dans la journée) et le GPS m’indique 86 km. Si tout va bien, je devrais arriver aux environ de 13h.

Il n’y a personne dans les rues, peu de circulation et je partage les pistes cyclables avec les poubelles. Là encore, respect du cycliste, elles sont bien rangées sur le bord pour ne pas gêner les cyclistes. Et dans tous les villages c’est comme cela.

PARTAGE DE LA ROUTE CYCLABLE AVEC LES POUBELLES

Et pour la première fois, je vois un engin entrain de faucher l’herbe sur le côte de la piste cyclable, pour que celle-ci soit bien dégagée et dans l’ensemble c’est le cas. Je prends mon élan pour passer dans l’herbe. Il m’arrête pour parler et je ne repars pas car la roue motrice piétine dans l’herbe sans élan. Le conducteur descend immédiatement de sa machine pour m’aider à pousser.

Faucheuse en action, elle tient toute la place

A un moment, le GPS me fait prendre une piste dans les bois sur de la terre. Heureusement que cette piste est relativement séché car humide, elle me serait sûrement impraticable. Et à ma grande surprise, je croise un parcours de golf. Cela ne m’était encore jamais arrivé et moi la golfeuse, cela m’amuse. Cette piste dans les bois dure environ 2 km, les trous de golf sont, par la suite de par et d’autre du chemin qui lui serpente au milieu des bois, il est superbe

Piste dans les bois

 Puis je reprends la piste cyclable, le temps se dégrade de plus en plus. Je me retourne, le ciel est noir, c’est sûr que c’est pour moi. J’ai juste le temps d’enfiler les vêtements de pluie que celle-ci se met à tomber fort. Mais le Veltop est un bon rempart. Comme d’habitude, les vêtements de pluie sont mouillés mais moi, je reste sèche. C’est vraiment une énorme différence car en roulant je n’ai pas froid. Ce Veltop a vraiment été un achat très utile. Je vais regarder si je ne peux pas en adapter un sur le vélo couché.

Je vais me prendre quelque chose sur la figure vu la couleur du ciel

Je roule bien. Je m’arrête juste à mi distance pour me dégourdir les jambes 10 mn et je repars. Avec ce bon rythme, j’arrive à KIEL à 13h. Le GPS me conduit jusqu’au pied du bateau. Quand le GPS fonctionne bien, c’est vraiment une merveille. Mais je n’oublie pas hier et la frayeur qu’il m’a procuré !

Les bureaux n’ouvrent qu’à 14h, alors j’attends assise sur le Trike qui est vraiment confortable. A 14h, je vais acheter un ticket et c’est cher, 195 € avec le vélo et c’est obligatoire d’acheter une place en cabine. Je prendrais le moins cher, une cabine à 4 (femmes !…). Je fais le pari que vu le peu de monde, je serais toute seule dans ma cabine et c’est exactement ce qui s’est passé.

Petit Prince en attente devant le bateau. Je vais profiter de ces 3h d’attente pour réparer l’arrière qui a souffert de son passage en l’air d’une chicane

Une fois le billet en poche, je vais positionner Petit Prince dans la file d’attente au milieu des motos car vu sa taille, c’est la place qu’on lui a assignée. Et là je m’aperçois que l’arrière des panneaux pend d’un côté. Cela ne m’étonne pas du tout car je ne vois pas comment le saut de barrière réalisé par plusieurs hommes tenant la remorque par les panneaux solaires pouvait avoir été sans conséquence. Je n’ai vraiment pas conçu cette remorque pour qu’elle soit prise par le haut. Toutes les vis du côté gauche à l’arrière sont parties. L’embarquement ne commence qu’à 17h, j’ai donc 3h pour réparer. J’ai tout ce qu’il faut en pièces de rechange. Je sors donc tout ce dont j’ai besoin pour réparer que je pose par terre et je me couche sous la remorque pour avoir accès au dessous des panneaux solaires. Je bataille pendant une heure pour arriver à ce que je veux. J’ai tout serré au maximum et je vais surveiller dans les jours qui viennent. Les motards me regardaient ahuris mais pas un ne serait venu me proposer de me donner un coup de main. Je sais que l’entraide n’est pas une valeur partagée par tous de la même manière, alors rien ne m’étonne à ce niveau. Enfin, je suis contente, j’ai réussi à faire ce que je voulais, maintenant il faut que cela tienne, mais j’ai confiance. A surveiller quand même.

A 17h, nous embarquons. Petit Prince est mis en tête devant les motos à côté d’un gros car, il fait tout petit à côté

Petit Prince coincée entre un gros car et des motos

J’abandonne Petit Prince mais il sait que cet abandon ne dure que le temps de la traversée (14h) et je monte dans les étages. Au 7éme se trouve le restaurant, il est 17h15 et il n’ouvre qu’à 17h30. Pendant 1/4 h, je tourne devant comme un lion en cage. Je n’ai rien mangé depuis le petit déjeuner hier, hormis quelques biscuits.  Je crève de faim, j’ai envie vraiment d’un vrai repas après tout ce temps et enfin je mange.

Après être restée dans le restaurant 3h près d’une fenêtre, je vais dans ma chambre… où il n’y a personne. Je suis vraiment contente. Il y a une bonne salle de bain, bien complète où je peux prendre une bonne douche et je me couche.

A 6h le lendemain, je suis à nouveau dans la salle du restaurant où je vous écris. Je pourrais prendre un bon petit déjeuner à partir de 7h. En même temps,je regarde dehors. Il y a plein de bateaux qui circule dans cette zone. Leur nombre est étonnant.

Orange m’informe que mon forfait internet est fini et que mon téléphone est bloqué. Je n’ai pas eu le temps de charger les cartes détaillées de Suède (juste la carte globale). Maintenant je vais donc être tributaire du Wifi pendant le reste du voyage. Si vous ne recevez pas une Newsletter, c’est que je ne trouve pas du Wifi.

A l’arrivée, je ne sais pas trop comment je vais me débrouiller. le temps n’est pas beau, donc Petit Prince ne va pas se recharger au soleil. Il n’a pas chargé durant la nuit, il ne reste donc dans la batterie que ce que je n’ai pas utilisé hier donc de quoi faire environ 60 km. Et il me faut pouvoir charger mes cartes. Le voyage reprend avec l’art de la démerde aussi !…Et maintenant il pleut. Vive le vélo solaire ! 

9 réflexions sur « ÉTAPE 15 : EN ROUTE POUR LE FERRY »

  1. Bonjour Corrine,
    Tu as fixé yes panneaux avec des vis ou avec vos et écrous.. j’ai tout monté comme cela les écrous sont écrous frein comme cela pas de problème
    Mais j’ai toujours appliqué ; la confiance n’exclue pas le contrôle.

    Bises à toi bonne route et prend bien soin de toi

    1. Bonjour Jean Pierre
      C’est un système de rails donc je ne peux mettre de contre écrous seulement des petites vis qui se vissent dans des petites pièces qui se mettent dans les rails donc elles peuvent se dévisser mais vu ce qu’elles ont subit cela ne me choque pas c’est fait pour supporter 10 kg non 45 kg. Bonne route à toi aussi. T’es photos me font souvent rire

  2. Coucou ma Corinne, je trouve que tu te sors bien de tous tes petits ennuis., te connaissant un peu, ça ne m’étonne pas. Comme tu dis, il faut être démerdard ds la vie. J’espère que tu auras du WiFi, j’attends tous les jours de tes nouvelles.
    Au fait, je viens de vendre mon premier thermomix, enfin. Encore 5 😁
    Je te fais plein de bibis. Fais attention à toi.

    1. Bravo Magalie pour ta première vente surtout dans le contexte de la sortie du produit LIDL où il n’arrête pas de dire que c’est un concurrent Vorwerk.
      C’est sûr que pour voyager, il faut être démerdard (au moins un peu) car ce n’est pas toujours une longue route tranquille !…Bisous Corinne

  3. Bonjpur Corinne.
    Bravo pour la réparation de la remorque.Moi aussi ça m’avait un peu effrayée de lire que les 4 gars avait soulevé la remorque par les panneaux sans trop se poser de question! Heureusement que tu as quelques outils.
    J’espère que tu auras bien profité de la traversée sur le ferry pour souffler un peu et te requinquer pour la suite.
    Je te souhaite maintenant un bon débarquement, et de belles découvertes
    Bises

    1. Bonjour Odile.
      Les gars ils ont soulevés la remorque par les panneaux avant que j’ai eu le temps de dire quoi que ce soit. J’ai été terrifié mais le mal était déjà fait?. C’est sûr que c’était beaucoup plus dure à prendre par la base car il fallait se baisser. Je hais toutes les chicanes dues seulement à l’incivilité de ceux qui ne respectent pas les pistes cyclables en particulier les quads. C’est dangereux comme les trottinettes sur les trottoirs sauf que c’est plus gros. Bisous

  4. Merci Corinne,j’espère Que la météo vous sera clémente, bonne continuation et grosses bises

  5. Je profite du week end pour suivre la suite de vos aventures…que de péripéties et de belles rencontres, j’ai hâte de lire la suite .Votre récit est captivant et vivement les prochaines photos ! Bonne route, Céline

    1. Bonjour Céline
      Merci d’avoir la gentillesse de me suivre. Si vous voulez recevoir tous les jours la newsletter, vous rentrez votre email, en haut à gauche dans la casse « subscribe ». Si j’ai du Wifi, vous pourrez suivre régulièrement. Bonne journée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.