ÉTAPE 12: CONTINUATION DE LA TRAVERSÉE DE L’ALLEMAGNE

Lundi 3 juin, 120 km, arrivée à Dreierwalde, temps très maussade et pluie à la fin.

Ce matin, j’écris tranquillement ma newsletter dans cette chambre si sympa en haut de ce moulin. Cela fait curieux de dominer une région comme cela car il n’y a aucun immeuble dans le coin, juste des maisons particulières. Je trouve cela d’un grand luxe avec toutes ses fenêtres qui traversent cette pièce. Par contre, l’été, il doit faire chaud (ce que Cristoph me confirmera).

Je prends, comme d’habitude, un solide petit déjeuner avec Christoph et Eva qui sont aux petits soins pour moi. Que ces gens sont bienveillants, c’est formidable. Je suis très consciente de la chance que j’ai de pouvoir partager cela, mais il me faut partir. Les parents viennent rejoindre les enfants. La mère me tends le téléphone et j’ai Jeanine au bout du fil, une française vivant en Allemagne et grande amie de la famille. Elle a lu d’un coup toutes mes étapes et vient de traduire à la mère ce que je vient d’écrire. Elle me promets de faire un don et tient paroles. Elle vient de lancer la cagnotte pour l’association Petits Princes. Merci Jeanine

Famille adorable, Eva tient une de ses poupées qui m’a dit aussi « bon voyage » !

Comme à chaque fois que je pars de lieu où j’ai été merveilleusement reçue, j’ai le cœur lourd et un peu le cafard, mais la route aide vite à reprendre le dessous. Comme je suis très distraite, cela me vaudra de revoir une dernière fois Christoph et Eva. Avant le départ, le père de Christoph m’a donné un gros sac de noix et Christoph un ouvre noix génial qu’il a fabriqué en s’inspirant de ce modèle que je conseille. On ne casse pas la noix, on l’ouvre et la coque de noix reste intact et pas d’effort à faire. Petite invention géniale. https://www.connox.de/kategorien/kochen/nussknacker/mono-pico-walnussoeffner.html?itm=101066

Rattrapée par Christoph et Eva m’apportant « l’ouvre noix » que j’ai oublié

Merci à eux d’’avoir fait l’effort de me rattraper pour me redonner mon cadeau.

Malheureusement, aujourd’hui, je n’aurais pas de routes cyclables dans les bois comme hier. C’est dommage car c’est tellement formidable que j’en redemande. Je continuerais à avoir des pistes cyclables mais le long des routes empruntées par les voitures.

Je suivrais juste pendant 5 km une petite route comme nos petites départementales, trop petite pour avoir une piste cyclable, mais du coup très calme et avec peu de voitures

Sur la route, je vois un vieux moulin (petit clin d’oeil à Christoph et Eva). Mais celui-ci a gardé ses ailes !…

De nombreuses maisons, en particulier les fermes, ont des toits entiers en panneaux solaires, c’est impressionnant et je n’ai jamais vu cela en France, je suppose que la politique énergétique en Allemagne n’a rien à voir avec celle de la France.

Par contre je n’arrive toujours pas à me faire aux paysages détruits par les éoliennes et il y en a beaucoup en Allemagne.

Ce n’est pas la décoration de leur pied avec des bandes de couleur qui les rendent moins moches.

Je sais qu’il faut s’y faire et qu’il va y en avoir de plus en plus, mais c’est bien triste pour les paysages, enfin c’est ce que je pense.

Dans des traversées de ville via des petites voies vertes, je retrouve des chicanes infranchissables pour mon attelage mais que j’arrive à franchir en détachant la remorque. Mais cela m’énerve à chaque fois, surtout quand c’est pour faire un km.

Petit Prince perd sa remorque dans certaines chicanes. Les graffitis qui salissent tout sont aussi présents.

La traversée de la ville de Rheine est difficile car je ne peux pas rester sur les pistes cyclables. En effet, tous les 10m, il y a un bateau pour les sorties de voitures et cela secoue trop la remorque, j’essaie au maximum de la préserver, alors je reviens au milieu de la circulation et à force de rouler protégée par les pistes cyclables, on en perd l’habitude. De plus cette ville se trouve sur le trajet au moment où je songe à m’arrêter, il me faut vite la fuir pour trouver une halte. Christoph et Eva ont mis la barre très haut avec leur beau moulin et leur accueil si chaleureux, je sais que je ne retrouverai peut-être pas cela (je repense à la halte dans l’église orthodoxe en Russie si fantastique). L’étape d’après une si belle rencontre est toujours un peu dure, je le sais.

Je m’arrêterais 2 fois dans des maisons, où personne n’ouvre à la porte (alors que je vois des voitures), j’ignore si la sonnette ne marche pas, ou si on ne veut pas ouvrir. La troisième maison sera la bonne. Mais elle n’est pas très grande, alors l’organisation se fera en 2 parties, repas et petit déjeuner dans une maison et chambre chez le voisin. Originale, je crois que c’est la première fois, mais cette séparation casse un peu l’ambiance.

A droite le voisin qui me loge et à gauche la famille qui me nourrit (fort bien d’ailleurs et avec une excellent vin).

2 réflexions sur « ÉTAPE 12: CONTINUATION DE LA TRAVERSÉE DE L’ALLEMAGNE »

  1. Bonsoir Corinne, tu as vraiment eu une belle étape dans ce moulin,alors c’est vrai que ça met la barre un peu haut pour la suite. Un accueil en 2 parties, avec le couvert, et le logis chez 2 voisins, c’est quand même sympa aussi. De toute façon,, on sait que tu trouveras toujours une solution d’hébergement. J’ai beaucoup aimé l’ouvre noix, on dirait un joli pendentif, heureusement,que Christoph et Eva sont venus te le rapporter, d’autant que c’est un cadeau qui ne prend pas trop de place.
    Je t »embrasse très fort Corinne, et merci encore pour tes étapes que je lis chaque jour avec un grand plaisir!

    1. Bonjour Odile. Que j’aime ta fidélité à mon égard. C’est sûre que Christoph et Eva m’ont reçu avec une extraordinaire gentillesse, cela fait partie des moments magiques du voyage. Et leur petit cadeau est une superbe idée et je suis ravie qu’il me l’ait rapporté (là encore quelle gentillesse. Bonne journée ma grande.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.