ÉTAPE 10 : LES MAGNIFIQUES PISTES CYCLABLES DE la FLANDRE

Samedi 1er Juin: 123 km, arrivée à AS, temps ensoleillé avec quelques nuages.

Le matin, avant de partir, j’ai appris, par Audrey, que si j’avais frappé à une autre porte d’un agriculteur dans le village, je serais tombée presque à coup sûr sur un autre membre de la famille. Ils sont 35 de cette famille à vivre dans le même village, enfants, parents, oncles et tantes. C’est incroyable de pouvoir rester en famille dans un périmètre aussi réduit.

Le petit déjeuner est important car un frère et un ami viennent tous les matins prendre le café ensemble et discuter. C’est très convivial et gai. Audrey vit ses derniers moments de cohabitation avec ses parents car elle a acheté une maison (un petit 200 m2…) dans le village et elle est entrain de la restaurer.

Il me faut reprendre la route mais je suis ravie de cette halte. Vraiment ces moments de partage font la richesse de ce voyage et cela me permet d’apprendre plein de choses.

Je retombe tout de suite sur un route en béton. Comment peut-on construire une route avec des dalles en béton ? Très vite elles se dégradent au niveau de l’ajustement entre les dalles (qui font 15 à 20 m de long). Donc à chaque jonction, il y a un trou plus ou moins important et qui n’est pas comblé. Le vélo avec sa remorque saute tous les 15/20m. Heureusement que j’ai une très bonne suspension sinon j’aurais le dos brisé. Au bout de 10 km je quitte enfin cette chaussée dégradée pour trouver une magnifique piste cyclable sur environ 30 km, c’est un régal

Piste cyclable

La seule difficulté réside dans les entrées et sorties très fréquentes (à chaque croisement de routes) de cette piste cyclable. La majeur partie du temps c’est juste des poteaux assez espacés pour que je passe, mais quelque fois, c’est des chicanes et 2 fois j’ai accroché la remorque. Je ne découvrirais qu’à la fin que ces chicanes peuvent s’ouvrir parce que je verrais quelqu’un le faire devant moi. Ceci dit, cela m’obligerait à descendre et remonter sur le Trike, tout le temps, ce qui ne serait pas agréable non plus. Je n’accroche la remorque que quand il n’y pas assez de place pour bien prendre la chicane en biais et tourner juste derrière. Maintenant l’apprentissage est fait !…

Quad me doublant

A un seul moment, la piste cyclable n’avait rien pour obstruer partiellement l’entrée et un quad m’a doublé à toute vitesse, ce qui est vraiment dangereux quand on voit qui se promène sur les pistes cyclables : famille avec petits enfants à vélo, piétons, mère poussant un landau, etc.

Au bout de 30 km, je rentre dans les Flandres et à mon grand regret, je dois rejoindre une route un peu importante. Et là je découvre vraiment ce que c’est qu’un pays engagé par rapport à la circulation à vélo. Pratiquement toutes les routes sont bordées par une piste cyclable soit matérialisée au sol par de la peinture, soit pour une meilleure protection du cycliste, surélevée à côté de la route comme un trottoir large. Rouler dans ces conditions, lorsqu’on est obligé d’emprunter des routes importantes, c’est drôlement sécurisant. De plus, à chaque fois que la piste cyclable croise une route, elle est matérialisée par du goudron rouge et elle est prioritaire par rapport à la route coupée. Et incroyable pour nous français qui ne respectons pas grand chose, le conducteur belge est très respectueux du vélo, il s’arrête tout le temps pour nous laisser passer si bien qu’à la fin je n’avais plus peur des voitures, je n’étais plus méfiante (ce qui bien sûr n’empêche pas la vigilance).

Pour passer les ronds points, on trouve 2 systèmes:

  • Soit le rond point à un deuxième cercle autour, réservé aux vélos, avec leurs propres feux
  • Soit en dessous de chaque route, on trouve un tunnel, c’est incroyable, j’ai fait un tour complet pour voir, croisement avec 5 routes et bien, 5 tunnels.
Tunnel cyclable passant sous une route dans un rond point

Je ne mesurais pas à quel point la France est en retard dans ce domaine. Le sentiment d’être en sécurité par rapport aux voitures, est vraiment fort. Allez sur le site « fietsnet.be », il y a une version française, cela vous donnera une idée de l’effort consenti pour les cyclistes

J’ai traversé la ville de Genk, je suis dans les faubourgs industriels, j’ai 120 km au compteur et il est 18h, il faut que je trouve un endroit pour ce soir. C’est difficile car pas de ferme, seulement des magasins, plutôt grands magasins et des petits immeubles. Je finis par voir une zone pavillonnaire et quelques maisons sans grille et portail. Je rentre dans l’une d’elle et l’hospitalité m’est immédiatement accordée. Quelle chance je n’ai pas eu à chercher longtemps.

Je suis tombée dans une famille de 4 personnes dont les parents parlent plutôt bien le français qu’ils ont appris à l’école, nous pouvons donc discuter. Leur fille Éline m’invite à jouer à un jeu d’adresse, le « Kubb », il faut faire tomber des morceaux de bois à l’aide d’autres morceaux de bois que l’on ne peut lançer que par en dessous. Conclusion, je me suis bien amusée… et je ne suis pas douée !

Éline au lancer

Puis nous enchaînerons par un délicieux dîner et nous regarderons le finale de la League des champions que notre capitaine Hugo Lloris a perdu. Puis direction : le lit.

4 réflexions sur « ÉTAPE 10 : LES MAGNIFIQUES PISTES CYCLABLES DE la FLANDRE »

  1. Bon, je viens de lire les 10premieres étapes d’un coup, car je me suis aperçue que les premiers messages étaient arrivés dans les pourriels, je les ai remis en boîte de réception. De plus la semaine dernière j’étais à Londres avec une amie. Tu avances bien et c’est un beau projet que je vais suivre de près. (mais je n’écris plus d’articles pour EFDV). Bonne route à toi et ton bel attelage ! Bises
    Laure

  2. Coucou Corinne, je t’ai abandonnée quelques jours, le temps de faire un petit saut à St Palais. Je suis dans le train du retour avec Philippe, nous avons croisé Aude et Jacques sur le quai, à Angoulême, tous de retour vers Paris…Je profite donc du train pour rattraper mon retard, et te lire avec toujours autant de plaisir.
    Depuis ton étape à la Puisaye mercredi, je vois que tu as fait du chemin, et des rencontres! Merci pour tous les détails de tes journées, car en plus de la fatigue physique, tu arrives à t’imposer le rythme de l’écriture quotidienne, et ça aussi , c’est une vraie performance que j’admire depuis ton premier périple, au Canada. Je t’ai vue à l’œuvre jeudi à 6h30 du matin, déjà sur ton PC pour nous faire partager ta journée de la veille.Je suis très heureuse de suivre tes aventures, et de voir les photos. Tu es l’héroïne de ma série préférée
    Continue bien Corinne, je t’embrasse très fort

    1. Bonjour Odile. J’étais inquiète de ton silence !…Je suis contente pour toi que le séjour à Saint Palais se soit bien passé et que tu aies vu nos 2 tourtereaux. Tu sais, ces belles rencontres sont comme d’habitude, un élément essentiel de mon voyage. Découvrir toutes les richesses des autres c’est vraiment passionnant. Toute cette générosité à mon égard me touche beaucoup et me motive dans mes voyages. Tous les jours, j’ai l’espoir de faire une belle rencontre. Et ce qui est super, c’est la diversité des personnes rencontrées.
      Pendant que je t écris tranquillement à l’abri, il y a un orage terrible avec des éclairs et la foudre. Je n’aime pas prendre la route dans ces condition là, je trouve cela dangereux. Bisous Corinne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.