ÉTAPE 6: DE L A PLUIE, ENCORE DE LA PLUIE, TOUJOURS DE LA PLUIE

Mardi 28 mai 2019, arrivée à Courcelles le Gisors au hameau de Mauréaumont, 118 km.

Je ne vous ai pas encore parlé de mon association Petits Princes mais il ne faut pas oublier que si je passe une heure et demi par jour à essayer de vous raconter ma journée, c’est dans l’espoir de récolter des fonds pour que des enfants très malades puissent accomplir un rêve en famille. Nous tous qui avons la chance d’avoir des enfants en bonne santé, avoir une pensée pour ces enfants qui souffrent et faire un don a vraiment un sens. Aussi j’espère que je peux compter sur votre générosité. L’association est très visible sur mon vélo, puisque trois drapeaux à son effigie sont présents.

3 drapeaux à l’effigie de l’association Petits Princes, en français et en anglais.

Tous les jours, j’indiquerais le montant de la cagnotte, ses progrès ou … sa stagnation. Merci pour eux.

Ce matin, j’ai pris un petit-déjeuner avec Odile et je suis vraiment contente de ce bon moment passé ensemble. Elle doit partir tôt aussi je me retrouve seule et j’en profite pour mettre à jour mon site que je n’arrivais pas à alimenter. Mon fils Edouard, informaticien a débloqué la situation mais c’est pénible de voir que c’est les mises à jour qui dérègle tout ce que vous avez bien consciencieusement préparé avant votre départ. Je partirais tard, vers 10h30. Il pleut régulièrement et ce n’est pas agréable de partir dans ces condition là. La première difficulté consiste à sortir de la cour. Le sol est couvert de graviers gros et épais, de plus il y a une montée pour aller jusqu’à la route. Petit Prince n’arrive pas à monter. La roue motrice patine et s’enfonce. Je dois donc le pousser mais seule, j’ai beaucoup de mal. Je mettrais 10 mn, la remorque a tendance à me faire reculer et les freins ne servent pas à grand chose quand les roues s’enfoncent dans du gravier. La scène est insolite et idiote. Je n’ai pas anticipé la situation car avec Odile, nous aurions pu le faire sans problème.

Une fois sur la route, la pluie commence à tomber et ce sera le cas pratiquement toute la journée. Mais ce qui est plus dure, c’est la pluie avec le vent car on a beau, bien se couvrir, on finit par avoir froid. Et là je peux vraiment tester le Veltop sur une journée. Les premières pluies étaient relativement droites, aussi je ne recevais pratiquement rien. Puis la pluie est devenue inclinée alors seul le côté gauche était mouillé. Puis curieusement la pluie poussée par le vent est arrivée avec un angle supérieur à 45°C donc l’ensemble de mes vêtements de pluie était mouillé mais moi, je suis restée au sec. La pluie ne pénétrait pas, ni par le cou, ni par les fermetures éclairs. Cela, c’est formidable et c’est la première fois que cela m’arrive à vélo. Car quelque soit la qualité des vêtements de pluie que vous avez, quand la pluie est importante et dure longtemps, vous finissez toujours par être trempée. Du coup, vous pouvez pratiquement rouler normalement, il faut juste faire attention à la route mouillée, car avec un vélo lourd comme cela, vous pouvez déraper facilement.

Je roule paisiblement et je ferais 80 km d’une traite car mes 2 tentatives d’arrêts ont tourné court , les 2 fois, la pluie a repris dans les 5 mn. Pour faire des photos, c’est difficile dans ces conditions là

Petite route sympa mais sous la pluie.

Je surprendrais un animal en sortant de chez Odile, un beau renard, mais comme d’habitude, on n’a pas le temps de sortir l’appareil photo qu’il a déjà disparu. Il était arrêté au bord de la route très attentif, regardait-Il une proie éventuelle ?

Une éclaircie, j’en profite pour accélérer un peu. Un automobiliste me double puis s’arrête un peu plus loin, sort de sa voiture pour me voir. Comme d’habitude, je m’arrête et discute avec lui, réponds à ces questions. Il me donne une bouteille d’eau, puis un cadeau qui me surprend un peu, une boîte de 12 œufs Bio. Il s’occupe de cette activité, c’est pourquoi, il en a dans sa voiture. Je remercie Jean (il m’a dit son prénom) qui me dit que je l’ai fait rêver, j’en suis contente pour lui. Je range la boîte d’oeufs dans le sac de la remorque mais je ne suis pas très rassurée sur son état à l’arrivée.

Jean admire Petit Prince (et il y a de quoi !…)

La pluie cessera vers 17h, je roulerais encore une heure sans la pluie. Par chance je finis les 17 derniers km par une piste cyclable.

Piste cyclable de 17 km de long.

Mais le gros problème pour moi c’est de rentrer sur ces pistes cyclables. Elles sont fermées par des barrières pour empêcher les quads de les emprunter. Or mon attelage doit avoir à peu près la même largeur qu’un quad. Deux fois je resterais coincée par la remorque, obligée de descendre pour arriver à trouver comment passer. C’est très désagréable. Les drapeaux accrocheront des branches mais je ne l’ai pas senti. Cela me vaudra le perte de mon drapeau jaune très visible et je n’en aies pas de rechange. Cela m’ennuie car comme le vélo est bas, cela aidait à me rendre visible en hauteur.

Sur cette route, on observe des décorations curieuses

Curieux !…
Amusant et original

A la sortie de la piste cyclable, il me faut impérativement trouver un accueil parce que j’arrive à Gisors, une ville, il est 18h et j’ai déjà fait 115 km donc l’arrêt est le bien venu. Je tourne un peu en rond dans 2 hameaux mais rien ne se présente. Je décide d’aller au bout de la route du hameau qui est un cul de sac, je fais demi-jour. Je vois un homme qui jouait dans son jardin avec son chien, je l’aborde et lui demande l’hospitalité. Il appelle sa femme et tous 2 décident de m’accueillir.

Marie Blanche et Jean François sont 2 retraités boulangers (leur boutique était à Gisors à 6 km de là) et ils ont choisi de se retirer à la campagne. Petit Prince dormira ce soir dans un garage relié à une prise électrique car la batterie est vraiment vide à cause de la pluie. La première chose que je sors du sac, c’est la boîte d’oeufs, elle est entière: la preuve

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lorsque leurs enfants sont partis, ils ont pris un chien qui est d’une gaité folle, il ne pense qu’à jouer alors qu’il a déjà 3 ans. Ce chien les aide à rester en forme car ils font une marche de 5 km avec lui tous les jours

Merci Marie France, Jean Claude et Nikki pour votre accueil

2 réflexions sur « ÉTAPE 6: DE L A PLUIE, ENCORE DE LA PLUIE, TOUJOURS DE LA PLUIE »

  1. Bonjour madame , c’est jean le marchant d’oeuf je viens de voir votre site il est très bien fait. Cela ma fait très plaisir de vous rencontrer , dorénavant je vais vous suivre régulièrement cela va me permettre de rêvé un peu . Je pense vous faire un dons pour votre association. Si un jours vous repasser en Normandie n’hésiter pas dans un rayon de 100 kilometres environ je pourrais venir vous voir ou vous aidez. Je vous souhaite bon courage pour votre aventure.

    1. Bonjour Jean
      Merci d’avoir eu la gentillesse de m’arrêter sur la route pour que nous puissions discuter un petit moment. J’ai beaucoup apprécié votre cadeau, la boîte à œufs bio. Le soir nous avons fait une omelette avec, dans la famille qui avait eu la gentillesse de m’accueillir.
      Je suis très contente de savoir que mon voyage vous fait rêver (vous prendrez sûrement un jour la route comme moi.) Si vous faites un don à l’association, j’en serais très contente car cette association me tient très à cœur et l’idée de pouvoir encore aider à réaliser un rêve d’enfant très malade me fait très plaisir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.