ÉTAPE 4

Dimanche 26 mai 2019, arrivée à La Thierrière après 115 km, temps nuageux

Tout d’abord, un bon petit déjeuner avec Magali et Lila sa petite fille, un amour de bout chou de 3 ans, très mignonne et bien élevée. Elle m’a fait rire, elle m’appelait « mamie Corinne ».

Je dois partir. Mais comme à chaque fois que je fais une belle rencontre, je suis triste de partir . De plus le temps est totalement morose, des nuages prévus toute la journée et j’espère na pas avoir de pluie.

Avant de partir, Magali me montre 3 chevreuils entrain de brouter dans le champ devant sa maison. C’est un spectacle qu’elle voit pratiquement tous les matins. J’ai essayé de les photographier, mais ce n’est pas facile car ils sont loin.

3 chevreuils entrain de brouter

Sur cette belle image, je prends la route. Je me dirige en direction de Senonches pour éviter Paris car si je trace une ligne droite vers Kiel, port d’où part le ferry qui devrait m’emmener à Göteborg en Suéde, cela me fait passer par Paris. Alors je vais contourner par le haut, mais sur cette partie du trajet, rien n’est encore vraiment fixé.

Je traverse le Loir et Cher. Comme d’habitude, l’application GPS OsmAnd à un moment décide de me faire prendre des raccourcis. Avec un vélo normal, cela pourrait passer, mais avec mon attelage ce n’est pas facile. La remorque fait beaucoup de bruit et j’ai toujours peur qu’elle casse.

Raccourci à travers bois

Le paysage est une alternance de champs, de fermes et de bois de taille plus ou moins importante, bref en un mot la campagne verdoyante typique de la France. La route n’est pas plate mais les montées sont moins sévères que le deuxième jour. Le temps n’étant vraiment pas beau, les panneaux solaires ne chargent rien. Et dans ces cas là, cela m’énerve toujours de trimbaler une remorque lourde pour rien. Avoir des panneaux solaires sans soleil, je trouve toujours cela un peu ridicule. Mais je ne suis pas maître du temps. En tout cas, la batterie se décharge beaucoup, aucune charge, ce qui réduit le nombre de km possible et oblige à trouver une prise électrique le soir pour recharger.

Sur ma droite, en roulant, je vois une belle entrée de bâtiment. C’est la commanderie d’Arville, datant de l’époque des templiers.

Un couple en sort et me pose plein de question sur le vélo, la route suivie, etc. C’est la première fois depuis que je suis partie que l’on m’interroge. Dans d’autres pays, les questions sont beaucoup plus fréquentes. Peut-être la France a t-elle beaucoup de cyclotouristes ? Les kilomètres passent, il est l’heure (18h) de chercher à se poser. Je traverse des villages mais rien ne m’inspire. Je me demande si ce temps maussade n’a pas déteint sur moi.

Sur la gauche, une petite route avec quelques maisons, je la prends et je vais pratiquement au bout et je m’arrête devant une petite maison au portail en bois fermé. Je stationne l’attelage devant et 2 chiens viennent vers moi, des lévriers whippets (je crois mais je n’en suis pas sûre). Le temps de descendre, une jeune femme est au portail et m’explique que mes chiennes sont contentes de me voir et me disent bonjour. Je me dis que cela commence bien. Je suis tombée dans une famille canadienne, un couple, sa fille et son « chum » (terme canadien pour désigner un petit ami, un copain). Et l’accueil est canadien donc charmant, généreux. Ce sont 2 diplomates de l’OCDE qui habite Boulogne Billancourt. Ils ont une organisation qui leur permet de partir tous les jeudis soirs pour leur maison de campagne dans laquelle j’ai atterri. Comme c’est dimanche, ils repartent après le dîner que nous partagerons. Mais avant de partir, ils passent une heure dans leur jacuzzi avec une bonne bouteille de vin. Après une journée de vélo, c’est génial.

Roger, Felicity et Corinne, température du jacuzzi 31°C, l’eau est chauffée par un poêle à bois et on est très bien assis. Les canadiens savent vraiment vivre.

.

Ils s’en servent été comme hiver,

Au bout d’une heure de bain chaud avec un bon vin, je suis prête à dormir et toute la famille repart sur Paris.

Roger adore travailler le bois et il a un atelier dédié à cela. Cela va être le lieu où je vais dormir ce soir car ils ont la gentillesse de m’en laisser la clé.

Atelier bois de Roger

Un coup de balais par terre, des coussins, matelas, sac de couchage: le lit est prêt

En partant, ils m’ont laissé un sac avec un petit déjeuner pour le lendemain matin. Je peux dormir tranquille et Petit prince est relié à une prise électrique donc tout va bien

Merci à vous pour votre gentillesse, votre accueil.

2 réflexions sur « ÉTAPE 4 »

  1. Coucou ma Corinne, c’est bien que l’on puisse suivre tes périples sur ce blog.
    Je vais montrer ça à ma Lila 😊, c’est sur qu’elle me dira c’est mamie Corinne. J’espère que la météo ne va pas trop t’embêter, la pluie est de retour.
    Je te fais un gros bisou. Fais bien attention à toi. 😘😘😘

    1. Ce matin, je suis partie sous la pluie mais ce dont j’ai le plus souffert, c’est le vent car avec la vitesse, tu finis par vraiment te refroidir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.