ÉTAPE 84

Suntrip 2018, étape 84, on avance doucement

Samedi 22 septembre, Youshi,  temps nuageux, pas de soleil

Bilan vélo 90 km, reste théoriquement 412 km

Départ ce matin avec quelques petites gaufrettes dans le ventre, le moral est excellent, la forme physique aussi. Je me suis jurée à moi-même de tout faire pour arriver à finir et comme d’habitude, je vais essayer de tenir mes engagements. 
Le bricolage de mon accélérateur que m’a conseillé Guillaume marche très bien (mettre une vis pour bloquer l’accélérateur en position ouverture maximum et régler la puissance seulement avec le potentiomètre). C’est juste plus difficile à l’arrêt de manipuler Petit Prince car appuyer sur une languette de façon brève est plus facile que de tourner brièvement un potentiomètre mais vu où j’en suis, je ne vais pas me mettre à faire la difficile !…

IMG_1818

Comme je m’en doutais, faire un voyage pareil avec une seule batterie est très compliqué à cause de la faible autonomie. Et puis, l’absence de soleil n’aide pas car cela me faciliterait la recharge et ne me lierait pas à une prise électrique mais voilà, c’est comme cela. Et pour finir, un terrain très vallonné qui n’est jamais plat, et bien, ce terrain nécessite de la puissance que je n’ai plus. Alors, je dois m’adapter.

Je pars et tout de suite, je commence par des belles pentes. Et c’est un peu traumatisant de voir qu’à 15 km, vous avez déjà consommé environ 40% de votre batterie. A 38 km, je n’ai pratiquement plus rien (le plus faible kilométrage fait depuis le début), sachant maintenant que si je reste en rade dans la campagne, on peut me refuser une prise électrique, je joue la prudence et m’arrête en ville, dans un garage de nettoyage de voitures. Le plus simple pour moi est de rechercher un garage ayant un lien avec les voitures ou les motos car ils acceptent toujours la recharge de Petit Prince, très gentiment. Il est 9h45 et le vélo sera rechargé jusqu’à midi. A côté, il y a un petit restaurant traditionnel. Je les regarde cuisiner et c’est assez fascinant. Finalement l’heure à laquelle plein de monde vient manger est 10h et à cette heure là, ils font un vrai repas, alors à 11h je déjeune et je suis toute seule alors qu’1h avant le restaurant était plein.

Pendant ce temps, Petit Prince se recharge. J’ai constaté aussi que je ne peux plus recharger aussi à fond qu’auparavant. Peut-être que c’est du au fait que je n’ai plus qu’une batterie sur les 2, je ne sais pas. À midi, je repars. Et les montées continuent à s’enchaîner. Cela fait 3 jours que c’est comme cela du matin au soir. Il n’y a vraiment plus de terrain plat où je pourrais économiser ma batterie en faisant du « motorless ». Et donc à nouveau, je vois le niveau de ma batterie descende rapidement. À 14h, j’ai fait 75km et je n’ai plus qu’une très faible puissance alors je fais un nouvel arrêt recharge, cette fois dans une station service. À 15h30, je repars, la batterie n’est pas pleine mais je suis raisonnable et je sais que 100 km dans ces conditions là est un optimum.

Mais ce manque d’autonomie m’oblige à gérer le problème de l’hôtel différemment. En effet, avant de repartir, j’ai consulté les 2 applications qui m’indiquent des hôtels (plus ou moins fiables), « OsmAnd plus » et « Maps.me ». L’un me dit aucun hôtel avant 42 km et l’autre un hôtel à 6,5 km et rien avant 42 km. Or je sais que je n’ai pas 42 km d’autonomie puisqu’aujourd’hui, j’ai fais 2 fois 38 km donc je dois regarder l’hôtel à 6,5km, ce que je fais et …il a disparu, il n’existe plus. Comme je sais que je ne peux pas faire 42 km, c’est à dire aller jusqu’à la prochaine ville Chenzou et qu’il y a 4 villages ou bourgs sur les 42 km, je vais devoir m’arrêter à chacun d’entre eux pour voir s’ils ont un hôtel. Connaissant l’accueil des chinois quand j’essaie de poser une question, je ne peux qu’espérer que cela ne soit pas trop .

Le village d’après est au kilométrage pour moi de 90km. Je vois plusieurs femmes assises et un jeune homme à côté. Je tente, je m’adresse à elles et c’est le jeune homme qui accepte de venir jusqu’au vélo. Ouf, peut-être une chance d’avoir une réponse. Je demande donc s’il y a un hôtel dans le village et oui il y en a un, mais comme d’habitude, je ne comprends rien à leurs explications pour le trouver. Ils sont incapables toujours de m’expliquer simplement. J’essaie désespérément de comprendre mais je n’y arrive pas. Alors il prend sa moto et m’accompagne en me montrant le chemin. Et comme à chaque fois, je me dis que seule, je ne risquais pas de trouver car l’hôtel est dans une impasse derrière un immeuble. L’accueil est très chaleureux et pour une fois, il y a une nuée d’enfants du même âge. Et je suis l’attraction. Visiblement une femme étrangère blanche (ou pseudo blanche !…) seule avec un vélo étrange, c’est un spectacle pour eux, alors selfies, photos en tout genre, cela dure une demi-heure et c’est drôlement gai et sympa. Puis c’est moi qui les prend en photos

IMG_1825

IMG_1826
Pour me remercier, l’hôtelière m’offre une bière.

L’hôtel a aussi un restaurant et pour une fois, ils écoutent ce que je demande et on me sert ce que j’ai commandé. C’est exceptionnel. A 19h, je suis dans ma chambre, une bonne douche et au lit pour lire un peu sauf que je m’endors immédiatement et je ne me réveille qu’à 4h30, alors je commence à vous écrire à cet heure là. Du coup, je vais essayer de partir une demi-heure plus tôt s’il fait jour pour essayer de mieux gérer mes arrêts obligatoires

Une réflexion sur « ÉTAPE 84 »

  1. Hallo Corinne, deine Berichte sind so gut und anschaulich, ich freue mich jeden Tag darauf. Ich wünsche dir alles Gute und viel Mut und Kraft, um unter diesen Bedingungen rechtzeitig ans Ziel zu kommen. Liebe Grüße Heidi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.