ÉTAPE 83

Suntrip 2018, étape 83, nouvelle casse matérielle

Vendredi 21 septembre, Hengyang, temps nuageux sans soleil

Bilan vélo 97 km, reste théoriquement 502 km

Ce matin je suis partie, comme d’habitude, sans petit déjeuner et juste un grignotage de petite gaufrettes mai cela fait 24h sans vrai repas. Le moral reste bon malgré la grosse déconvenue d’hier. Avec les chinois, ils sont soit adorables et super accueillants, soit odieux mais vraiment odieux et curieusement, il n’y a rien entre les 2. Et j’alterne le pire et le meilleur.

Je commence le trajet par de la ville et c’est toujours pénible avec la circulation et un grand nombre de feux rouges. Et cela roule toujours dans tous les sens sans aucun respect d’aucune règle, donc toujours aussi dangereux. Puis je sors enfin de la ville. Et malheureusement toujours autant de montées qui me grignote l’énergie de ma batterie, car je vois bien qu’une seule batterie marche. Je vais essayer, pendant ma pause de midi de faire la dernière tentative de sauvetage batterie indiqué par Guillaume. Pourvu que cela marche.
J’ai un nouveau problème de matériel, l’accélérateur qui est une languette en plastique, est entrain de casser.

IMG_1818

Et c’est très ennuyeux pour moi, car c’est ce qui me permet de lancer le moteur électrique. Sans cela, pas d’assistance électrique car je n’ai pas de capteur de pédalage. Encore un nouveau problème à résoudre car je n’avais pas assez d’emmerdes comme cela. Je ne sais pas trop ce que je vais pouvoir faire. Après coup, il est évident que c’est une pièce de rechange que je devrais avoir mais c’est trop tard.

J’avale les km mais l’œil droit rivé sur le compteur de consommation de batterie et avec une seule batterie, la descente est vraiment rapide. L’ordre de grandeur du nombre de km que je peux faire sans soleil est 50 km. Vers 45 km, je commence à essayer de réparer un lieu pour pouvoir recharger. Malheureusement pour moi, il y a de moins en moins de vendeurs de scooters et tricycles, le long de la route, il va falloir me trouver autre chose. Finalement, de peur de me trouver  sans moteur, je m’arrête dans une petite scierie et là refus de m’écouter et on me fait signe de dégager (cela me rend folle), je remonte sur mon vélo, fait 500m et je m’arrête chez un paysan et là, même refus. C’est angoissant pour moi, car c’est la première fois que l’on me refuse de mettre en charge le vélo, enfin c’est inexact, je ne peux même pas demander mais le résultat est le même, pas de prise d’électricité. Là encore pour moi, c’est une nouvelle donne à gérer car avec une seule batterie, si on me refuse de recharger, cela va être encore plus dur pour moi (cela ne l’est déjà pas assez…). Je repars et je me demande si je ne vais pas tomber en panne et me retrouver « motorless ». Un km, plus loin, par chance, je tombe sur un garage de camions. Là je suis sûre de pouvoir recharger et c’est effectivement ce qui se passe. Je ne me sens pas très bien car je suis trop à jeun, il faut que je mange un peu quelque chose. Ils sont nombreux et cela va être l’heure du repas. J’explique que maintenant je n’ai pas fait de repas depuis 36h et que j’ai besoin de manger. Et je me retrouve à déjeuner avec eux. Comme d’habitude, c’est copieux, il y a plusieurs plats. Et enfin je peux me rassasier. Cela va tout de suite mieux.

IMG_1819

Pendant que je charge ma batterie, je défais l’autre pour l’opération sauvetage et mauvaise surprise, elle est totalement bouillante ce qui crée un risque d’explosion possible. Donc il est hors de question de toucher à cette batterie. Je la laisse refroidir à l’extérieur, je la remettrais dans le sac sans la brancher (j’aimerais du coup m’en débarrasser mais je ne sais pas où la mettre). Je finirais donc définitivement ce voyage avec un seule batterie. Il me faut encore tenir 500 km. Sans soleil, je peux viser, hors montagne 100 km par jour sans soleil et avec soleil, 120/130 km. Par contre, je sais que je vais finir par de la montagne et cela m’inquiéter. Si la montée est forte, je peux vider ma batterie en 20/25 km et en cas d’absence de soleil, la recherche d’une prise électrique est fondamentale. Et vu l’accueil des chinois, ce n’est pas gagné pour moi. Enfin à chaque jour suffit sa peine, je verrais cela quand j’y serais mais je ne peux pas m’empêcher d’appréhender à l’avance.

Le fils de la famille, très gentiment me recolle à l’araldite mon accélérateur mais je ne me fais aucune illusion sur le fait qu’il va casser.
Puis je repars après avoir chaleureusement remercié pour l’accueil. En partant, ils m’ont demandé si j’avais besoin de quelque chose pour finir et, chose incroyable, ils m’ont demandé si j’avais besoin d’argent car ils pouvaient m’aider. Vraiment les chinois sont pour moi incompréhensibles. Grande gentillesse et grande muflerie. Heureusement que j’alterne !….

L’après midi se passe calmement, je continue mes montées et descentes, à voir la puissance de ma batterie fondre comme neige au soleil. A partir de 95 km je cherche un hôtel. Je m’arrête dans une station service et je demande où se trouve un hôtel. Il y en a un 2 km plus loin. Et très gentiment, un motard qui faisait le plein m’y dépose. Donc ce soir, me sera épargné l’angoisse de trouver un hôtel (ou plutôt une prise électrique …). Cet hôtel ne fait pas restaurant mais très gentiment ils iront me chercher à manger, si bien que je peux faire un vrai repas.

Avant de me coucher, je fais ce que m’a recommandé Guillaume pour mon accélérateur: je le bloque avec une vis en position ouverture à fond et je vais régler la puissance avec le potentiomètre. J’espère que cela va aller et je verrais demain si j’arrive à fonctionner comme cela. Et si je pouvais avoir un peu de soleil pour m’aider… mais cela ne serait plus le parcours du combattant que je dois apparemment mener !…

3 réflexions sur « ÉTAPE 83 »

  1. Suis désolée de toutes les mésaventures qui t arrivent. Mais tu es une  » super Corinne  » qui ne lâche rien et s’accroche pour terminer ce satané Suntrip . Bravo à toi, courage

  2. Bon, il faut que tout cela tienne pour ces derniers jours, et que la batterie ne te lâche pas.Je vais essayer de te commander un peu de soleil pour terminer cette aventure.
    Allez, courage Corinne.
    Bises

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.