ÉTAPE 75

Suntrip 2018, étape 75, toujours pas de soleil pour un Suntrip

Jeudi 13 septembre, Xiangyang, temps laiteux, presque cotonneux

Bilan vélo : 153 km

Ce matin, je suis descendue pour 7h afin de préparer mon vélo, en particulier charger les sacoches et les organiser. Puis je suis revenue au comptoir pour payer. Et là, on m’a dit que tout m’était offert. Je n’en revenais pas. Je ne sais pas pourquoi tant de gentillesse. En tout cas, j’ai beaucoup aimé dormir dans des draps de soie, le contact avec la peau est très agréable. J’allais partir quand on m’a dit que mon petit déjeuner étaient prêt (et offert …). J’ai donc pris un petit-déjeuner copieux, puis séance de photos obligatoire avec tout le personnel, si bien que je ne suis partie qu’à 8h. Or maintenant les jours raccourcissent beaucoup. À partir de 18h, le jour s’obscurcit et à 18h30, je ne veux plus rouler car je n’y vois plus assez. Donc le départ tôt le matin devient très important.
Et me voilà enfin partie. Je retrouve la même route qu’hier mais en plus étroite. Les paysans s’activent avec la récolte du maïs, on en voit partout.

IMG_1666.JPGIMG_1665.JPGIMG_1667.JPG

Et on continue à voir sécher les grains de maïs au bord de la route, ce qui me navre complètement. C’est du maïs égrené, donc destiné à la consommation humaine qui séché dans des conditions inacceptables. Quelle tristesse. Surtout que je le vois très souvent. Il y en a beaucoup.
Je croise régulièrement des villages/gros bourg qui sont constitué d’une rue centrale qui est la route avec tous les commerces donnant dessus et puis rien d’autres. Une autre variante, le bourg modernisé avec un côté anciennes maisons et de l’autre, nouveaux immeubles

IMG_1668.JPGIMG_1669.JPG

A un moment, j’entends très près de moi, un bruit terrible qui me fait sursauter. Ce sont des pétards ou plutôt une chaîne de pétards que l’ont fait péter sur la route pour créer une attraction, c’est invraisemblable et apparemment très banal. Quand les pétards ont fini d’éclater, je crois naïvement que c’est fini et bien non, on amène 2 caisses qu’on allume et c’est un mini feu d’artifice. Et les camions, voitures passent à un mètre. Au niveau de la sécurité, tout cela me dépasse. Et je continue

IMG_1670.JPGIMG_1671.JPG

Puis soudain, de l’autre côté de la route, je vois quelque chose que je n’ai pas encore observé. J’arrête le vélo et je vais voir de près. Ce sont des plaques très fines de bois que l’on met à sécher et à détordre car le tronc est débité en enlevant des morceaux d’écorce d’1m de hauteur à peu près et cela jusqu’au cœur du tronc. Je ne sais pas ce qu’ils en font et à quoi cela sert. Et je verrais cela sur 1 km et puis plus rien.

A 13h, j’ai fait 90 km et le niveau de mes batteries est bas. Si je veux avancer un peu, il faut que je recharge sur le courant, donc je fais une pose de 2h chez un marchand, à nouveau, de tricycle à moteur qui accepte immédiatement la mise en charge. J’en profite pour me trouver un peu à manger car mes paquets de biscottes sont finis.

Et je repars, j’aimerais m’arrêter à Xiangyang car cela me ferait 150 km mais c’est une grande ville et j’appréhende de trouver un hôtel. Je n’ai pas vu d’hôtel dans le bourg précédent. Et j’avais bien raison d’avoir peur. J’essuie 2 refus d’hôtels car je suis étrangère (je n’arrive pas à m’y faire qu’au XXI siècle, cela soit possible à cette échelle là) et je finis par atterrir devant un hôtel de luxe et là cela devient surréaliste. D’abord, la tête de 2 cerbères gardant le parking, 2 molosses avec un visage de marbre qui ont failli m’empêcher de rentrer mais qui finalement n’ont pas osé. Puis la sortie du personnel de l’hôtel pour me dire qu’ici c’était un hôtel de luxe (en tout cas au niveau du prix de la chambre c’était vrai…). Quand ils ont compris que si je voulais, je pouvais payer, ils se sont rabattu sur mon vélo, qu’ils ne pouvaient pas assurer la sécurité de mon vélo (avec un parking fermé et 2 cerbères !). Tout cela était complètement grotesque et peu flatteur pour l’hôtel mais mon problème n’était toujours pas réglé. Et la solution est venu de clients de l’hôtel qui étaient intéressés par mon voyage. Des anglais me posaient plein de questions sur ce que j’avais fait et comme toujours, je réponds très gentiment à toutes les questions. Ils étaient accompagnés d’un jeune chinois qui parlait très bien anglais. Et c’est de lui qu’est venu la solution. Il a compris au quart de tour ce qui s’est passé, m’a trouvé un petit hôtel très sympathique à 500m de cet hôtel (à 1/7 du prix de l’hôtel de luxe), a téléphoné pour savoir s’il pouvait accueillir Petit Prince. Puis tous ensemble, nous sommes allées à cet hôtel. Petit Prince a été installé dans le hall, à moi, on ne m’a pas demandé mon passeport.

IMG_1676.JPG
IMG_1675.JPG

Merci à eux pour leur gentillesse et de m’avoir permis de trouver un lieu pour dormir.

2 réflexions sur « ÉTAPE 75 »

  1. Merci Corinne de nous faire voyager de la sorte. C’est toi qui fournit les efforts et gère au quotidien tous les soucis qui se présentent, et nous, nous avons le plaisir de te lire et découvrons comment tu arrives toujours à transformer les problèmes en opportunités de belles rencontres.
    Tu mérites une mention spéciale pour ton courage, ta détermination et ta capacité à faire naître toutes ces belles expériences.
    Je ne suis pas très bavard en commentaires mais je te suis avec assiduité.
    Ne lâche rien, Canton est désormais à portée de roue
    Bises

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.