ÉTAPE 73

Suntrip 2018, étape 73, Pas d’accueil paysan

Mardi 11 septembre, Shangnan, temps nuageux jusqu’à 11h, puis soleil et à nouveau nuageux à partir de 15h

Bilan vélo : 137 km, km restant à faire 1530 km en 15 jours soit 102 km/jour

Ce matin, j’ai eu le droit à un petit déjeuner car les hôteliers se levaient tôt. Pendant qu’ils préparaient le petit déjeuner, j’en ai profité pour laver un peu Petit Prince car depuis ma chute, je ne l’avais pas lavé et ce n’était qu’un tas de boue. Mais je ne disposais que d’une petite brosse et d’une cuvette. Au stade de crasse où il était, il aurait fallu le jet d’eau. Mais enfin, c’est mieux que rien. 
Et je pars. La route est belle comme hier. Elle serpente dans la vallée très vallonnée.

IMG_1639IMG_1635
La conséquence en est une succession de montées et de descentes. Si la forme physique est là et que je monte sans problème, la consommation de la puissance des batteries est forte. Donc il faut gérer cela sous peine de faire peu de km. Au cours de la première belle descente, je trouve que mon frein arrière freine mal et cela m’inquiéte. Aussi arrivée en bas, il y a un gros village avec un marchand de tricycles à moteur et je m’arrête. Je n’ai jamais vu depuis que je suis en Chine, un marchand ou un réparateur de vélo. Je lui demande de regarder mon frein. Il change les plaquettes de frein, retend la manette de frein. Pendant ce temps là, je regarde, les tricycles à moteur.

IMG_1636IMG_1637IMG_1638

Et je repars. Quelque km plus loin, je verrais un tricycle à moteur neuf dans le fossé en béton

IMG_1640

Les montagnes ne sont pas travaillés en terrasse comme vu précédemment. Elles sont couvertes de forêts. Les seules cultures sont au fond de la vallée et essentiellement du maïs.

IMG_1634

Sur une vallée, pour la première fois, je vois des maisons de couleur et jaunes, toutes les maisons sont de cette couleur, c’est très gai.

IMG_1641IMG_1642

Je vois que je n’arriverais pas à faire 150 km comme souhaité à cause des batteries. Je me suis arrêtée 1h30 au soleil pour les recharger mais les montées sont telles que la charge fond comme neige au soleil. Et je sais que sur la distance qu’il me reste à faire, cela va être mon principal problème, car d’après les autres concurrents, cela monte beaucoup pour arriver à Canton.

Vers 17h30, faute de batterie suffisante, je cherche un endroit pour dormir. Je m’adresserais successivement à 3 fermiers. Ils sont fermés et hostiles. Ils me font signe de dégager. C’est la première fois depuis que je voyage à vélo que je rencontre cela (Pour Françoise, certains lui ont jeté des briques !…). Cet absence d’accueil change la donne pour moi. Car comme je dois brancher Petit Prince pour la nuit, cela veut dire qu’il faut obligatoirement trouver un hôtel. Or il n’y en a pas partout et ce n’est pas toujours facile de le savoir à l’avance (et puis, il faut qu’il accepte les étrangers), donc par sécurité cela va me faire raccourcir les étapes pour pouvoir être sûre de repartir le lendemain. Cela fait beaucoup de chose à gérer en même temps.

Aussi, pour ce soir, je me dirige, à mon grand regret, vers une ville pour trouver un hôtel. Une femme à scooter avec 2 petits enfants (le tout sans casque évidemment) me conduit très gentiment vers un hôtel, mais c’est un bel hôtel et je n’ai plus trop de liquide. Nous sommes à l’entrée d’un grand parking situé devant l’hôtel et je lui demande via l’application de traduction s’il n’y a pas un hôtel moins cher. A ce moment là, un homme qui écoute la conversation (le traducteur parle…) me fait signe d’entrer. Je suis surprise et je ne sais pas quoi faire mais il insiste en me disant de rentrer. Alors, comme très souvent, je suis. Il m’emmène jusqu’à l’entrée (grande avec du marbre partout) et il me dit de rentrer mon vélo. Petit Prince finira branché dans une salle de conférence (il n’avait encore jamais fait cela).

IMG_1644

Puis je demande le prix de la chambre et il se sort un tout petit prix. Et vient la fameuse séance du passeport. Je vois immédiatement que la réceptionniste ennuyée fait un signe à son directeur (car de façon invraisemblable, je suis tombée à l’entrée sur le directeur) qui lui répond en lui faisant signe de me rendre mon passeport. Je n’en reviens pas. Puis il m’emmène dans le restaurant (salle immense où je serais seule à dîner) où je mangerais très bien pour moins cher que dans une gargote. Visiblement, aucun des tarifs officiels ne m’a été appliqué.

IMG_1646.JPG.jpeg

Arrivée dans ma chambre, pour la première fois depuis le départ, je peux prendre un bon bain et au lit car demain, il me faut partir tôt.

2 réflexions sur « ÉTAPE 73 »

  1. Tu fais des rencontres incroyables! Bravo de savoir les susciter! les conditions d’accueil sont vraiment contrastées, rejet total ou générosité sans limite… C’est la magie du voyage.

  2. On dirait que c’était une journee tranquille, et tu as quand mêmee bien avancé, tant mieux.Souhaitons que tu puisses continuer ainsi, je t embrasse très fort.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.