ÉTAPE 65

Suntrip 2018, étape 65, interdite de train !…

Dimanche 2 septembre, Lanzhou

Bilan vélo: 0km

Lorsque j’ai rattaché la remorque au vélo ce matin après le voyage en camion, à ma grande horreur, j’ai vu que l’installation électrique ne marchait plus. L’écran de suivi de la charge par les panneaux voltaïques ne s’allumaient pas. Je suis immédiatement aller voir les 2 boîtiers Genasum, les 2 étaient éteints. Je vérifie tous les branchements et je ne trouve rien. Bon je me dis que j’essayerai de voir cela lorsque je serais arrivée à Xi’ian.


Je pars de l’hôtel de façon à être à 9h à la gare car, bien sûr, je n’ai aucune idée des horaires, n’ayant pas accès à internet. C’est une grande gare et il y a un monde fou devant la gare. C’est toujours compliqué pour moi dans ces cas là car il faut que je laisse Petit Prince dans un coin, pour voir si je peux charger le vélo et prendre un billet.
Et là le cirque commence comme la dernière fois. Sauf que la gare est plus grande qu’à Korgos et je n’arrive pas à voir quelqu’un de responsable. Je finis par trouver un employé de la « SNCF » chinoise. Oui ils peuvent prendre mon vélo mais ils me demandent de séparer la remorque ce que je fais immédiatement. Mais là, ils veulent le faire passer par les portiques de sécurité. Je les préviens qu’il ne passera pas et après avoir perdu du temps à essayer de faire quelque chose d’impossible, ils finiront par faire passer le tout par une porte normale. Et je suis surprise car les 2 personnes qui m’aident m’emmène avec vélo + remorque dans la salle d’attente. Ce n’est pas du tout comme à Kining, pas du tout le même professionnalisme. On dirait qu’ils traitent tout cela comme des bagages accompagnés. Comme ce n’est pas possible, je me dis qu’ils ont une autre organisation que je ne connais pas. Le train est à 12h32. Peu avant, 2 employés viennent m’aider à emmener vélo + remorque sur le quai et on attend le train. Et quand celui-ci arrive, je m’aperçois qu’ils considèrent mon vélo comme un bagage accompagné. Ils m’emmènent devant mon wagon et là, je me dis qu’ils sont tarés. Un employé leur dit que ce n’est pas possible et inutile de vous dire que je n’ai même pas essayé de le monter dedans. Vous imaginez un wagon normal avec un vélo et une remorque au niveau de l’entrée. De toute façon, si le vélo était rentré, la remorque ne serait pas rentrée. Tout cela est absurde et stupide.

Un employé alors me dit qu’il va résoudre le problème autrement et d’attendre sur le quai. Je lui explique qu’il y a sur tous les trains, un wagon marchandise et que c’est là que l’on doit le mettre. J’attends une heure sur le quai, puis l’employé revient et me dit qu’on sort tout le matériel et nous voilà repartis pour sortir le matériel de la gare. Je me retrouve au point de départ. L’employé repart avec mon passeport puis le billet de train pour le changer dans la gare. J’attends 1h devant la gare, le vélo étant évidemment l’objet de toutes les attentions. L’employé revient en me disant de choisir entre 2 horaires. Je choisis le plus proche pour être vite sorti de ce cauchemar. Il repart et comme je suis à jeun depuis le matin, je me précipite dans KFC qui jouxte la gare pour acheter des cuisses de poulet et du pepsi cola pour mon ventre. Puis l’employé revient au bout d’une demi heure avec un billet pour 16h15. Et nous voilà repartis avec moi poussant le vélo et lui poussant la remorque à retraverser le parvis de la gare pour aller de l’autre côté, là où s’effectue le dépôt des marchandises, donc là où on aurait du m’emmener dès le départ.
Une fois le matériel déposé, un chef arrive et examine le matériel. Il me demande si dans mon sac sous le vélo, il y a des batteries, je réponds oui, bien sûr et finalement il bloque sur les panneaux solaires en me disant qu’il faut les enlever pour les protéger. Je lui explique qu’ils ont fait 2100 km dans le train comme cela et que cela n’a posé aucun problème mais l’attitude en face et « c’est moi le chef qui décide et je dis que les panneaux solaires doivent être enlevés et protégés ». Je me vois donc contrainte de démanteler la remorque, ce qui m’énerve beaucoup car c’est long et inutile mais je m’exécute. L’heure du départ approche et je les trouve bien lent à la détente. Enfin tout est prêt et à ce moment là, le « chef » se tourne vers moi et via l’application de traduction me dit que l’on va embarquer le tout mais qu’on laisse , bien sûr, les batteries car c’est interdit dans les trains. Je le regarde ahurie et je lui redis que ce vélo a déjà voyagé 2100 km dans le train et que cela n’a pas posé de problème. Mais lui ne cède pas. Je lui demande alors pourquoi j’ai dû démonter la remorque si, dès le départ, à cause des batteries, je ne pouvais pas prendre le train. Il hausse les épaules et tourne les talons en me plantant là. Je suis sidérée. Je n’ai plus qu’à remonter ma remorque et repartir. Avec tout cela je n’ai pas eu le temps de manger, je me sens faible et je veux manger avant de repartir. Je vais reprendre le sac KFC que j’ai laissé sur la table et un employé m’a piqué la bouteille de Pepsi, décidément classe jusqu’au bout. Je sors de la gare, il est 17h, j’ai perdu ma journée et je suis abattue. Je sors en poussant mon vélo, il me faut trouver un hôtel juste en face de la gare.

IMG_1301IMG_1302

Il y en a plusieurs. Je me dirige en poussant mon attelage vers l’un d’eux quand je suis interpellée par une jeune femme d’abord en anglais puis en français, je suis surprise. Elle m’explique qu’elle est dans une auberge de jeunesse tout près et qu’à côté il y a un hôtel alors je la suis. Et on discute toutes les 2 c’est une américaine, vivant en Allemagne et qui parle chinois. Elle est passionnée par les langues et fait une école de cinéma. Elle est venue ici passer un mois pour suivre un cours de … fabrication de pâtes. Lanzhou est le royaume de la pâte ce que j’ignorais. C’est amusant comme objectif. Puis Shanon, c’est son nom, me dit qu’elle vient de se faire faire un massage chinois. Je lui demande où et c’est à 100m de l’hôtel qui m’a accepté (l’exploit !). Et immédiatement j’y vais, cela va me détendre après cette journée minable. Je prends la grande séance 70 mn et c’est comme en Thaïlande, c’est tout sauf doux. Par moment cela fait mal quand il tire sur la colonne ou masse avec le bras les muscles des épaules mais cela me fait du bien. Shanon, pendant ce temps, me filme. Elle m’a demandé la permission de faire un film sur moi, ce que j’ai bien sûr accepté. Si cela peut l’aider dans ces études, c’est parfait.
Pour le dîner, j’ai envie d’essayer de me faire un peu plaisir, alors je lui demande si elle savait où on pouvait manger un canard laqué et elle m’a emmené dans un bon restaurant (que je lui ai offert) où j’ai mangé un sublime canard laqué avec riz blanc.

IMG_1317IMG_1315

Puis nous revenons à l’hôtel et là Shanon va me filmer en m’interviewant pendant une heure.
Un voisin de l’hôtel me permet de ranger le vélo dans son garage et à ma grande stupéfaction, les 2 genasum se sont allumés ce qui voudrait dire que tout remarche. Est-ce le démontage des panneaux à la gare a solutionné un problème? Cela serait le seul côté positif de cette histoire.
Puis je me couche et heureusement je dors bien. Je pense que la belle rencontre avec Shanon a sauvé cette journée

Le lendemain matin, nous allons prendre le petit déjeuner ensemble, mais comme d’habitude, j’ai de grandes difficultés à trouver quelque chose de compatible avec mes intestins. J’en ai vraiment plus qu’assez de cette contrainte car le Suntrip est assez dur comme cela sans en rajouter.
La date limite pour le rapatriement des vélos est le 27 septembre, pourvu que j’arrive dans les délais et si c’est limite que j’arrive à prendre un train sans le cirque d’hier.
Maintenant il me faut reprendre le vélo pour aller à Xi’an donc 640 km que je voulais faire en train, soit 4, 5 ou 6 jours en fonction essentiellement du temps qui depuis le début est systématiquement défavorable.

Bonne journée à tous.

Une réflexion sur « ÉTAPE 65 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.