ÉTAPE 64

Suntrip 2018, étape 64, des montées, encore des montées, toujours des montées et la pluie

Samedi 1er septembre, Lanzhou, temps nuageux et pluvieux (mousson)

Bilan vélo: 70 km

Étant dans un bon hôtel, j’espère prendre un bon petit déjeuner mais à chaque fois, je suis déçue car il n’y a rien que je puisse manger avec mes problèmes d’intestin. On ne sert jamais du riz blanc mais du riz avec plein d’oignons et piments, des légumes, des fruits et des soupes.

Je prends toujours de la soupe mais je n’ai aucune idée de ce qu’il y a dedans, un œuf dur et un tout petit bout de gâteau, mais cela ne me tient pas vraiment au corps. Puis je descends dans le hall attendre le policier en me disant que j’espère ne pas m’être trompée en ayant fait confiance. J’attends un quart d’heure et personne (je me suis fixée la limite d’attente de 1h). Aussi je décide d’aller ranger et préparer mon vélo pour le départ. Quand soudain, on me tape sur l’épaule et c’est lui qui est là, avec sa femme …et le mouche du coche, le restaurateur d’hier soir qui continue de suivre cette histoire. Cela doit lui faire un petit feuilleton!

IMG_1296

Le policier a à la main une barre de métal, je ne sais pas en quoi, mais c’est très léger. Quelle bonne idée, il était en retard car il était allé chercher cela. Mais je me demande si le diamètre est de la bonne taille pour rentrer sur le tune support et … c’est parfait. Cela m’étonnerait qu’elle casse, je pense que le support cassera avant. Sur la photo, vous voyez les 2 supports bois et métal (je garde le bois comme souvenir car il est signé par les ouzbeks).

IMG_1300

Puis je pars et je prends la G312 comme prévue. La route est globalement correcte mais la pluie est au rendez-vous. Cette route monte tout le temps, doucement mais régulièrement. Cela veut dire que je consomme de la batterie et comme le temps est pluvieux, je ne vais jamais pouvoir recharger, cela veut dire peu de km en perspective. Sur la route, je ne trouve pas de restaurant pour manger et je ne peux pas consommer mes fruits secs, donc je suis encore à jeun. J’en ai plus qu’assez de cette situation qui perdure et qui m’affaiblit. Vers 3h de l’après-midi, je suis trempée. En vélo couché, aucun vêtement de pluie ne protège si la pluie dure trop longtemps. J’ai surtout le ventre trempé et maintenant mal au ventre. Là je trouve que je commence à prendre des risques avec mon corps et je ne veux pas. Aussi je me décide à m’arrêter et à rejoindre Lanzhou en camion.. Je dételle la remorque, je mets des vétêments secs et je fais du stop. Le problème sur cette route, c’est qu’il ne passe que des camions très chargés et pratiquement aucune camionnette ou alors très chargée. Comme d’habitude des automobile s’arrête pour m’aider. Ils tournent autour du vélo mais ne me sont d’aucune aide. Au bout d’une heure, une camionnette s’arrête, une négociation s’engage sur le prix et on finit par ce mettre d’accord. Petit prince est chargé sur la camionnette et moi je regarde car les automobilistes arrêtés se chargent de tout. Puis on part. Le chauffeur est accompagné de sa femme et sa fille, on fera un détour pour déposer la fille. Ils habitent un village dans la montagne et je comprends que j’ai affaire à un fermier. Puis nous continuons la G312 qui est maintenant défoncée à intervalles réguliers. Nous faisons 100 km sur cette route qui bousille visiblement son camion alors que la G30 qui est à côté est impeccable. Je suppose que c’est pour éviter de payer le péage mais je pense que c’est une fausse économie vu les coups de butoir que se prend son camion. Il finit par capituler et se retrouver sur la G30 où là nous pouvons avancer. Mais arrivés à Lanzhou, il est dépassé par la taille de la ville. Je lui ai donné l’adresse de l’hôtel que Thomas avait indiqué à Françoise mais il est incapable de la trouver. Il est 21h30 et nous avons mis 5h pour faire 200 km.

Et là, la valse des hôtels commence. 5 hôtels nous refuserons car je suis étrangère et qu’ils n’ont pas l’autorisation de recevoir des étrangers. Au 5é, il est 23h et pour la première fois je me mets en colère. Je suis fatiguée, je suis à jeun depuis le matin et vu l’heure, je ne vais pas manger ce soir. Trop c’est trop. Je m’assois dans le hall de l’hôtel et je dis avec le traducteur que j’en ai plus qu’assez de leur comédie avec les étrangers, que j’ai mon passeport et que je vais dormir ici. On appelle le gardien de sécurité et je lui explique que la manière de nous recevoir est totalement honteuse et que je veux coucher là. Il appelle alors la police, la sécurité intérieure pour demander l’autorisation de me recevoir. La sécurité intérieure rappelle 10 mn après pour donner son autorisation. Que tout cela est odieux.

Petit Prince est descendu, mis en charge dans un parking fermé. Avant j’avais demandé si on pouvait commander du riz blanc et une viande grillé, ce qu’ils avaient fait. J’ai attendu jusqu’à minuit trente puis je me suis couchée.Je n’aurais rien mangé de la journée. A 1h30 du matin, je suis réveillée par des coups à la porte. C’est le gardien avec un plat de riz chaud. Je suis sidérée, il n’aura fallu que 2h pour livrer !… Mais j’ai tellement faim que je mange, malheureusement il y a des oignons coupés en très petits que je n’arrive pas à séparer du riz mais je mange quand même. Puis je me recouche. Par chance je me rendormirais très vite car je suis tellement fatiguée.

Mon idée pour demain, c’est de commencer à prendre des antibiotiques qui vont me mettre à plat. Aussi je vais essayer de prendre un train pour Xi’an distant de 630 km où je voudrais visiter « les soldats de l’armée de terre cuite enterrée » puis repartir, cela me prendrait 2 jours et il ne resterait plus qu’un journée d’antibiotiques (le traitement dure 3 jours) et je reprendrais la route, mais tout cela est conditionné par l’acceptation du vélo dans le train, ce qui n’est pas gagné.

Une réflexion sur « ÉTAPE 64 »

  1. Encore une aventure dont tu te sors avec brio, vraiment je me demande comment tu trouves l’énergie de te battre ainsi pour obtenir ce que tu veux, quitte à faire le siège des hôtels réfractaires aux étrangers.Pour la béquille, là aussi, bravo, tu as su dénicher un Mc Gyver, jusque dans la Police!, ça va être du solide , tant mieux.
    Ton idée de faire 3 jours de pause antibiotique/tourisme est peut-être une bonne chose. Tu nous tiens au courant de ce programme.
    Je t’embrasse très fort

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.