ÉTAPE 53

SUNTRIP 2018, ÉTAPE 53, record de distance battu!!

Dimanche 19 aôut 2018, sur le trajet Taraz-Almaty

Bilan vélo: 236 km soit 35 km de plus que mon précédent record personnel

Capture d’écran 2018-08-20 à 11.01.26

Ce matin, je suis partie tôt car je sais que la journée sera longue, l’objectif que ce sont fixés les autres est élevé : 250 km. Je sais donc que je vais perdre le groupe car mon record de km est 205  km et que le problème de base va être la capacité des batteries.

Je pars donc devant et rapidement je suis rattrapée par tout le monde, toujours pour la même raison: ayant le double de panneaux solaires que moi, en moyenne ils envoient le double de puissance. C’est comme cela depuis que j’ai rejoint le groupe.

Je les rattraperais au 28 km, puis au 60 km avec toujours la même scène: quand j’arrive, ils ont fini leur pose et repartent. Là, je ne sais pas si je les reverrais d’ici la fin du voyage car s’ils font 2 fois 250 km, ils vont arriver à Almaty en 2 jours, alors que moi, si tout va bien je mettrais 3 jours (550 km à faire). En tout cas, je suis très contente d’avoir pu visiter l’Ouzbékistan avec eux.

La route est bonne, c’est une 4 voies qui est en bonne état. Cela change de d’habitude. J’ai espoir de ne pas casser quelque chose sur cette partie de route, perspective agréable quand on voit tous les emmerdes de casse de vélo qu’on a eu précédemment. J’en ai plus qu’assez des mauvaises routes, je n’en ai jamais vu autant. Le vélo étant très bien suspendu, je ne suis pas trop secouée, mais la remorque avec les panneaux, elle, elle l’est.

J’enfile les km dans la steppe. On s’est donné RV au km 130 car il y a un restaurant. Il y’a en un effectivement mais il est situé de l’autre côté et la barrière de sécurité empêche tout passage. Il me faudra continuer. Au km 160, je trouve un restaurant du bon côté mais ils viennent tous de repartir je ne les croiserais même pas cette fois. Ils ont pu manger et recharger leurs batteries. Moi, je n’ai pas faim, la chaleur me coup l’appétit, alors je décide de ne pas m’arrêter. je n’ai presque plus de batterie alors je décide de ne mettre comme puissance que ce qui rentre avec les panneaux solaires. Quand le soleil est au zénith ou pas loin, je rentre 130W à 140W et puis cela va en diminuant au cours de la journée. Cela fait peu de puissance alors je roule tranquillement. Dans les côtes, c’est difficile alors je réduis la vitesse au maximum. Le problème de fond, c’est que plus la journée passe, plus la fatigue s’accumule avec la chaleur et moins j’ai de batterie alors que c’est là où la puissance devrait m’aider le plus.

La région traversée est vraiment désertique. En plus, ils utilisent la technique du brûlis alors la terre est noire et c’est triste. Mais curieusement, les brûlis ne sont que du côté gauche de la route. À droite, la terre n’est pas brûlée et il y des miradors en bon état à intervalle régulier, je ne sais pas à quoi tout cela correspond. En tout cas, l’ensemble n’est pas très gai. Au loin, à droite on voit les montagnes mais on ne les distingue jamais vraiment bien à cause des brumes de chaleur.

Et les km passent, toujours semblables. L’heure avance et il va falloir me poser. La perspective ne peut être que le bivouac car il n’y a rien d’autre sur cette route. Même les stations d’essence sont très espacées. Je suis partie avec 9L d’eau pour être sûr de ne pas en manquer car évidemment l’eau est crucial. Au niveau du poids, cela se sent bien car le vélo est lourd mais s’allège au fur et à mesure (je bois en moyenne 5L par jour sur le vélo par grande chaleur).

C’est très difficile de trouver un bivouac car tout est à découvert. Si à gauche, il n’y a plus rien à cause des brûlis, à droite, il reste plein d’épineux rendant impossible le fait de quitter la route sous peine de crevaison. Donc je suis obligée de continuer. Je ne charge plus que 35W avec les panneaux solaires car le soleil est bas, alors je n’utilise que 35W pour pédaler ce qui équivaut quasiment à « motorless » alors que j’ai déjà fait plus de de 210 km. La fatigue s’accumule et je ne sais pas comment sortir du merdier où je suis. Je vois un parking pour camion et je m’y arrête. Il n’y a aucun camion et c’est une vrai poubelle en plein air. Affreux, je repars vite mais je ne sais toujours pas où dormir. Alors que je continue à rouler doucement, je vois soudain une ferme en bordure de route mais elle est de l’autre côté et il y a une barrière de sécurité infranchissable. Je me dis que ce n’est pas possible de rater cela, je ralentis et je scrute la barrière de sécurité. Et à m grande joie, je vois à 150 m de la ferme un petit passage. Il faudra que Petit Prince passe et il passera. Je reviens sur la ferme et là je suis sûre d’être accueillie. Et c’est effectivement ce qui se passe. La ferme est vraiment petite et ils sont 5 à vivre là dessus: un couple et leurs fils et fille qui sont grands et un ouvrier agricole. Je ne sais pas comment ils arrivent à vivre. Dehors, il y a un beau troupeau de chèvres et un peu de matériel agricole.

Le père va chercher un savon neuf et me propose une douche. Le système est simple et marche bien. La douche est vraiment agréable et je peux enfiler des vêtements propres.

Capture d’écran 2018-08-20 à 11.01.51

Ils n’ont pas d’électricité dans la maison, seulement un compresseur et un panneau solaire latérale très mal placé pour capter le soleil. En plus, ils garent leur voiture devant!

Capture d’écran 2018-08-20 à 11.02.26

Donc je ne pourrais pas recharger mes batteries mais je réglé un problème après l’autre.

Ils me proposent de dîner et c’est sûr qu’après une telle distance effectuée avec seulement un petit déjeuner dans le ventre, j’ai faim. malheureusement pour moi, ce qu’ils me proposent est une soupe à l’oignon. Je me dis que mes intestins convalescents ne vont pas aimer et effectivement ils n’aimeront pas puisque le matin, je me vide à nouveau et je reprends donc encore une fois de l’imodium car j’ai une grosse journée qui m’attends et il faut que je tienne la distance.

J’ai demandé à Aude où était les autres et elle m’a envoyée une capture d’écran:

19786424-9611-49ff-9d8e-6bb90559f3e2.png

JC est derrière moi, mais comme c’est le plus rapide de nous tous, cela doit être volontaire sauf problème de vélo. Le reste de la bande est devant moi. Si cela ne m’étonne pas pour Didier et Cathy qui ont des trikes très rapides, cela m’impressionne pour F & G qui n’ont plus qu’une batterie (la 2ème est morte), un veau pour monter les côtes et alors que François est malade (diarrhée comme moi).

Je me coucherais à 22h et me léverais à 6h soit 8h de sommeil. Je suis contente car j’ai bien récupérée. Je vais vite exposer les panneaux au soleil levant pour partir avec un peu de batterie

IMG_8315

Pendant que les batteries rechargent, j’écris ma newsletter. Soudain je vois passer des animaux. Ils ont aussi des chevaux et des vaches donc finalement pas mal de bétail. Donc la maison très simple est peut-être typique des fermes d’ici, je ne sais pas c’est la première où je dors.

IMG_8321

Il y a deux juments avec des poulains. Ils leur ont entravés serrées les 2 pattes de devant alors elles avancent par saut et difficilement, c’est dur à voir. La fille est elle montée sur un cheval et pousse le bétail. Je me demande où ils vont paître sachant que tout ce qui est autour est brûlée et que la barrière de sécurité de la 4 voies les empêche de passer de l’autre côté. Il y a quelque chose qui m’échappe et je ne peux pas avoir d’explication pour cause d’obstacle de langue.

cf8272f1-5901-46a3-a423-9304f797d463_std.original

A 8h30, je repars. J’ai un peu rechargé les batteries mais elles sont loin d’être pleine. J’espère que je ne vais pas devoir m’arrêter en pleine steppe sans ombre pour recharger car dans ces conditions, la chaleur est difficilement supportable.

4 réflexions sur « ÉTAPE 53 »

  1. Bonjour Corinne, Bravo et courage… C’est très dur mais tu fais le plein de souvenirs. De tout cœur avec toi. Clod

  2. Vive Corinne!!!!Tu es la plus forte! Bravo, vraiment pour cette performance: 236km, sachant que tu n’es pas au mieux de ta forme physique.
    Tu as dû apprécier de tester à nouveau l’accueil chez l’habitant. Et comme d’habitude, même au fin fond de la steppe il n’y a que toi pour te faire ouvrir les portes d’une famille.
    Bonne continuation Corinne, je t’embrasse très fort

  3. Bel exploit , tu es devenue une vraie championne! Je ne commente pas toujours mais je te lis fidèlement. Merci pour tes récits détaillés et super interessants. Bon courage pour la suite. Forza! PS. Par contre c’est bizarre que tes panneaux ne chargent pas les 200 w attendus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.