ÉTAPE 49

Suntrip 2018, Étape 49, Casse matériel, grosse chute et…casse matériel

Mercredi 15 août 2018, Yangiyul

Bilan vélo : 140 km

Après cette mauvaise nuit sans avoir pu me laver et un petit déjeuner succinct pour cause de diarrhée, je m’apprête à partir. A ce moment, F & G et JC arrive venant de chez leur paysan. La maison n’était pas à 6 km mais à 12 km, étape quelconque pour eux, je suis drôlement contente de ne pas les avoir suivi. Je ne fais jamais cela, m’écarter de façon importante de la route pour aller chez l’habitant, je cherche toujours très près de ma route. 12 km dans le noir sur une mauvaise route, pour moi, ce n’était pas raisonnable. Les Pozzobon ont couché à 30 km de nous, dans un café aussi car ils ont vu qu’ils ne nous rattraperaient pas la veille. Ils vont nous rejoindre aujourd’hui.

Nous partons donc tous les 4. J’ai décidé de les suivre, je « boufferais » mes batteries et devraient sûrement m’arrêter plus longtemps qu’eux. Mais rien ne se passe comme prévu. Je suis serre fil et tout d’un coup je suis arrêtée nette par la perte de la roue de la remorque que je vois descendre sur le bas côté où il n’y a que de l’herbe. Je vais la ramasser. Mon système d’attache roue sur la remorque commence à s’user sérieusement à cause de frotter sur le goudron (c’est en fibre de verre alors le frottement est totalement déconseillé), j’espère que cela ne va pas être au point de ne plus pouvoir fixer la roue.

En regardant la remorque, je vois que la tige arrière gauche des panneaux (celle déjà réparée) a cassé à nouveau et au même endroit. Je suis arrêtée sur le bas côté et une voiture s’arrête avec 4 jeunes. Ils prennent les choses en main et tellement en main qu’ils ne veulent pas me laisser repartir. Ils veulent que je fasse d’abord réparer la remorque. Je suis d’accord avec eux mais pour cela, il me faut aller à la prochaine ville. Une voiture de police s’arrête de l’autre côté et le policier vient de notre côté. Il s’en mêle et décrète qu’il faut tout mettre dans un camion pour m’emmener à la prochaine ville … et il se met à arrêter les camion. Le premier camion est plein mais le second, une camionnette est vide. Il explique ce qu’il veut et clairement, le camionneur n’a pas son mot à dire. Et ils se mettent à monter tout mon matériel dans la camionnette, le policier s’y met aussi.

IMG_8282IMG_8279IMG_8283

Et me voilà partie pour la ville prochaine qui s’avère être une ville en arrière, je recule donc. Il s’arrête devant un tout petit garage qui vend de l’huile et ils descendent tout mon matériel. Je me demande ce que je fais là car visiblement, le garagiste n’a aucun matériel. La camionnette repart et c’est la première fois qu’un Ouzbek ne me demande pas d’argent, on voit bien que c’était un ordre du policier.

Je démonte les 2 parties de la tige cassée et je vois que la soudure faite a tenu mais la casse est intervenue juste après. Le garagiste prend les 2 parties, enfourche son vélo et part. Depuis le début de ma casse, je n’ai pas mon mot à dire, cela fait un drôle d’effet. Lee garagiste revient un quart d’heure après avec la tige soudée mais ce n’est pas un travail propre comme la dernière fois. Il y a un gros tas de plomb dans lequel on a même mis 2 tête de vis. Combien de temps cela va tenir ? Il faudrait que je refasse faire la tige mais là c’est une autre paire de manches.

Je reprends la route. Je n’ai aucune idée de l’endroit où sont les autres. C’est ma fille Aude qui fait des screen shoots de la carte satellite qui me guide. Je vais rouler 40 km puis m’arrêter car il fait très chaud (41°C). Je sais maintenant que tout le monde est derrière moi. Ils débarqueront tous dans le restaurant, envahiront toutes les couchettes de 2 tables estrades et feront la sieste. C’est drôle, on est tous fatigué.

La sieste finit, on repart tous ensemble. La route est praticable mais bourrée de trous. Je suis Cathy qui occupe toute la route en essayant d’éviter les trous mais nous roulons quand même à bonne allure et sûrement trop vite vu l’état de la route. Soudain ma roue avant se prend dans une profonde rainure, je n’arrive pas à l’en sortir et c’est une chute brutale. Cathy qui a vu la chute se précipite car elle pense que je me suis cassée quelque chose. Je suis sonnée mais sans rien de cassée. J’ai le coude droit qui me fait mal et une balafre de 10 cm sur la cuisse droite (je n’avais pas encore de cicatrice à cet endroit là, donc j’ai comblé ce manque !…). Par contre la remorque a trinqué et cela est bien ennuyeux. J’ai aussi bousillée la sacoche droite qui est pleine de trous.

IMG_8290

Sur la remorque les problèmes sont au niveau des supports de panneaux: l’attache avant qui me permettait de fermer et tenir le panneau est cassée (je ne sais pas comment je vais le faire tenir) et le support principal des 2 panneaux arrière s’est tordu. Je repartirais mais il faut que je trouve rapidement à réparer.

IMG_8291IMG_8292

Nous rattrapons les autres dans un café où ils se sont arrêtés pour nous attendre et personne n’a envie de continuer à rouler. Aussi, nous cherchons un hôtel et pour une fois l’application OsmAnd ne donne que des fausses informations. Les hôtels indiqués n’existent pas. On finit par se rabattre dans un gros restaurant et nous coucherons tous les 6 dans la salle de prière. Nos vélos seront stockés chez un boulanger situé en face du restaurant.

Dans leur cour, il y a une grande bassine d’eau sous un robinet. Et tout le monde se retrouve en slip pour se laver car cela fait 2 jours que nous n’avons pu le faire. Les locaux sont sidérés, ils nous regardent nous laver et ils sont au spectacle. Les 2 femmes en slip et soutien gorge au milieu des 4 garçons, ils n’ont jamais du voir cela. Une mama sort et elle rigole de la scène avec les autres. Nous on s’en moque, on est enfin propre.

Nous dînerons (moi je n’arrive toujours pas à trouver du riz) puis nous irons nous coucher dans notre salle de prière. Moi je pense à ce que je dois réparer et j’aurais du mal à dormir

IMG_8271

3 réflexions sur « ÉTAPE 49 »

  1. Cela n’aura pas été simple pour toi ! Je pense fort à toi mais je sais que tu es une battante !!
    Bisous

  2. Salut Corinne,

    Vraiment pas de chance, alors que c’était bien reparti! quelle galère, toute cette casse, mais l’efficacité et la rapidité des locaux est quand même impressionnante.J ‘espère que tu as profité de ta nuit dans la salle de prière pour demander que Petitprince soit vite et bien réparé. C’est tellement important que vous puissiez continuer tous ensemble. Avec les soucis que vous rencontrez à tour de rôle, je pense que c’est mieux d’être à plusieurs pour supporter ça.
    Je te souhaite bon courage pour toutes ces réparations, et que ta santé s’améliore également;
    Je suis de tout coeur avec toi, je t’embrasse très fort
    Odile

  3. Merci Corinne de nous raconter tes journées par le détail alors que visiblement chaque jour te réserve son lot de surprises.
    Heureusement que vous êtes en groupe, ça n’enlève rien aux difficultés, mais ça soigne quand même le moral
    Courage Corinne, prends soin de toi quand même au milieu de tout ces ennuis
    Bise

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.