ÉTAPE 45

SUNTRIP 2018, ÉTAPE 45, Camion caché … non caché

Mardi 7 août 2018, Bukhara

Bilan vélo: 0 km

Si je vous ai montré des photos de notre visite à Bukhara, je ne vous ai pas dit comment j’étais arrivé à Bukhara, il vous manque donc une étape.

Lorsque je vous ai quitté à l’étape 44, je venais de m’arrêter dans un lieu ressemblant à Bagdad Café tenu par 2 hommes. L’accueil avait été excellent et j’avais pu me laver près d’une cuve coupé en 2, cuve avec de l’eau propre. Je suis entrain de me rhabiller, quand à ma grande stupéfaction, je m’entends appeler « Corinne ». Je lève la tête et Cathy est à la fenêtre de la maison. Cela fait 2 jours que nous n’avons pas de nouvelles d’eux car ils n’ont pas encore réussi à avoir une carte SIM (véritable parcours du combattant pour avoir une carte SIM en Ouzbékistan). Ils avaient expliqué au chauffeur que nous étions un groupe et ils lui avaient montré des photos  de tous les vélos. Et le chauffeur a vu mon vélo devant la maison et il leur a signalé. Ils se sont immédiatement arrêtés. Je suis très heureuse de les voir et ils m’expliquent que les routes sont tellement mauvaises que leurs trikes non suspendus souffrent trop et qu’ils ont décidé de rejoindre Bukhara en mettant les trikes dans un camion. Et moi, je leur raconte ce qui m’arrive, je leur montre le message du Dr du Suntrip m’annonçant que je suis disqualifiée et je leur explique que cela m’a complètement déstabilisée après une journée de vélo dans une grande chaleur. Et la décision est vite prise. Il reste dans le camion une place pour Petit Prince, il y a 71 km à faire et ils trouvent que j’ai un très mauvais moral. Je pars donc avec eux. Je suis vraiment contente de passer la soirée avec eux. Nous discuterons pendant tout le trajet de ce qu’ils leur arrivent ainsi qu’à moi. Ils sont très constructifs et positifs, relativisent bien tout cela. Quelle chance de les avoir retrouvés ce soir. Cela me fait un bien fou et remet à sa vraie place la violence psychologique subie.

Cette rencontre est exactement ce dont j’avais besoin à ce moment là et je ne crois pas au hasard qui les met sur ma route.

Arrivés à Bukhara, nous aurons un peu de mal à trouver un hôtel car les hôtels sont tous complets, après 6 tentatives, la 7è est la bonne et pour le lendemain, il y a aussi une chambre à 3 pour les 3 autres compères donc tout va bien.

La destabilisation provoquée aura été de courte durée mais je ne l’oublierai pas. Je sais maintenant que ce genre de situation est possible alors que je ne l’imaginais pas. Je suis encore une fois surprise par ma naïveté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.