ÉTAPE 43

SUNTRIP 2018, Étape 43, Alerte à la canicule 50°C annoncé

Lundi 6 février à Nubuk (village de quelques maisons)

Bilan vélo: 179 km

Comme je n’avais plus d’argent, j’ai demandé hier au propriétaire l’heure d’ouverture des banques. Il m’a été répondu 10h. Avec la chaleur annoncée, ce n’est pas compatible. Alors je décide de partir à 7h et je n’aurais pas de petit déjeuner car rien avant 8h. Je vais essayer d’être à l’ouverture des banques à Urgench, petit ville située à 32 km de Khiva. Je pars et je roule bien, Petit Prince réparé est de bonne humeur et moi aussi. La route n’est pas très bonne, mais on peut rouler. Il faut juste être hyper vigilant pour les trous, c’est-à-dire ne pas rouler trop vite.

J’utilise une nouvelle application qui parle « Maps me », les cartes sont téléchargea les donc utilisables sans internet et elle parle donc donne les indications à l’avance de changement de direction. Elle indique aussi où sont les banques et la distance par rapport à la route que vous avez prévue. Je prends la plus proche indiquée et j’arrive juste à l’ouverture. Il y a foule devant l’entrée. Je m’adresse en anglais au garde et c’est miraculeux car il ouvre immédiatement la porte et appelle quelqu’un qui parle anglais. En 10 mn, tout sera réglé, je suis contente d’avoir pris la bonne décision.

Et je repars mais la faim commence à ce faire sentir. Le long de la route, il y’a plein de vendeurs de pastèques et melons. Quand je passe, un groupe de vendeurs m’en propose. Je m’arrête immédiatement car je sais que cela va être mon petit déjeuner. Ils m’offriront de l’eau, du melon comme d’habitude absolument délicieux et un morceaux de tranche de pain avec viande et oignons. Cette petite halte est très sympathique mais je suis toujours autant frustrée de ne pas arriver à communiquer avec eux

IMG_8021Capture d’écran 2018-08-08 à 16.43.10

Je repars en direction de Turtkul (75 km du départ), la chaleur n’est encore pas au maximum alors, il faut que j’avance. je ne sais pas où sont les autres et je ferais le point à Turtkul. Mais arrivée là, impossible d’aller sur internet bien que j’ai la 3G. Je m’arrête près d’une boutique d’alimentation où il y a un groupe de personne et je demande si on peut me prêter un téléphone. Ce que quelqu’un fait très gentiment. Et la je regarde la carte et à ma grande stupéfaction, tout le groupe est derrière moi. Je suis surprise et j’apprendrais parèrent qu’ils ont mis 2h à Khiva pour trouver de l’argent. J’avais donc eu raison de ne pas essayer  d’en avoir dans cette ville. Mais maintenant il me faut résoudre cette absence d’internet. Visiblement la carte SIM que j’ai acheté avec beaucoup d’effort ne marche plus. Et il semble impossible de la recharger. Un homme me propose d’aller au bazar (véritable souk où on trouve de tout). Je pars avec lui dans sa voiture. Il m’emmène dans une boutique anonyme au milieu des boutiques officielles et là nouvelle puce (pas de passeport demandé !…, visiblement les hachées du coin) et internet. par contre je ne sais pas combien de temps cela va durer. Quand je suis dans la boutique, le jeune homme me passe un appel, je suis étonnée. C’est Jean Claude qui a vu mon vélo au bord de la route, vélo seul et qui s’inquiéte pour moi. Je le rassure et je reviens à mon vélo. François et Gilles sont là aussi. On repart et peu de temps après, le moteur de François et Gilles s’arrête. Grosse inquiétude mais eux, ils ont pu apprendre à ouvrir le moteur, ce qu’ils font. 2 pièces sont cassées mais ils ont les pièces de rechanges et 1h après, tout est réglé.

Nouveau départ, mais là, la chaleur est là. Et c’est dur. Je recommence à me mouiller la tête et le corps très fréquemment et à boire, seule façon physiquement de tenir le coup. mais au bout de 50 km, j’ai vraiment très chaud, Il faut que je m’arrête, je suis très vigilante à essayer de ne pas trop en faire. Sur la droite, je vois des voitures devant un bâtiment, je me dis que cela doit être un restaurent. Je m’arrête et immédiatement , je suis accueillie. Je suis surprise et visiblement je suis tombée dans une réception, une fête musulmane mais je n’ai pas compris laquelle. Ils me faut rentrer dans la salle de réception. Je suis un peu honteux, j’ai des vêtements sales, plein de poussière et eux sont bien habillés. Ils m’installeront à une table, m’offriront le repas, à boire, seront aux petits soins pour moi. Je suis très surprise de l’accueil et de la gentillesse. Je repartirais avec 3 L de boisson et des fruits. Sacrée belle surprise le long de la route.

IMG_8030IMG_8026IMG_8040-1.jpgIMG_8037

Je repars, ayant fait une belle halte, et 10 km plus loin je vois les vélos de Jean Claude et Gilles et François. Eux ont fait une petit halte et piqué un petit roupillon. Par contre , pas de nouvelles de Cathy et Didier.

On repart tous ensemble mais là, le vent s’est levé et il souffle dans notre dos. Et c’est miraculeux, on avance très vite, j’arriverais à pédaler sur le plat jusqu’à 39 km/h, ce qui est totalement exceptionnel.

Comme toujours, je suis derrière et à partir de  170 km, je regarde si je vois des vélos arrêtés devant un café restaurant car je sais que c’est autour de ce kilométrage que les autres vont s’arrêter. Et au 179 km, je vois les vélos arrêtés devant un café, je sais que c’est là que nous passerons la nuit. On dîne tranquillement (moi je m’inquiète pour Didier et Catherine mais je suis apparemment la seule…). La difficulté à se procurer des cartes SIM est vraiment problématique pour pouvoir se rejoindre.

Moi, je  pourrais coucher à l’intérieur sur leurs estrades carrés avec une table au milieu et les garçons coucheront dehorsCapture d’écran 2018-08-08 à 16.44.55IMG_8048Capture d’écran 2018-08-08 à 16.44.41

Le lendemain matin, départ à 7h, la chaleur annoncé est autour de 50°C. Le petit déjeuner nous sera offert très gentiment.

Je démarre en même temps qu’eux mais je me retrouve seule comme d’habitude. J’avoue que j’appréhende la chaleur à venir

Une réflexion sur « ÉTAPE 43 »

  1. Quel courage de te mettre en route le ventre vide, mais tu n avais pas trop le choix.Tu as été récompensée ensuite avec cette invitation à la fête, ça ressemble à un mariage?
    Tu as fait un e sacrée étape, continue bien Corinne.
    Je t embrasse très fort
    Odile

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.