ETAPE 36

SUNTRIP 2018, Étape 36, Première journée de très grosse chaleur

Dimanche 29 juillet 2018, Opornaya

Bilan vélo : 99 km

Ce matin, départ à 7h pour essayer de rouler au maximum avant la grosse chaleur. La seule petit protection que j’ai est un buff (tour de cou en mérinos très fin. Je le mettrais sur la tête, sur le cou et autour du visage pour me protéger un peu mais je n’ai rien pour le corps et les jambes.

30d43089-2209-425a-8452-ec0cb97be69c

François et Gilles sont partis devant, ce qu’ils font souvent. Et avec Cathy et Didier, ils communiquent dans la journée par Whatapps et surtout, ils expliquent bien où ils s’arrêtent le soir. Comme cela, chacun va à son rythme. Tous ont des blouses pour le haut et des pantalons longs pour se protéger de la chaleur. Et moi, je suis vraiment la touriste qui n’a pensé à rien de tout cela. J’ai essayé de trouver cela à Atyrau mais je n’ai rien trouvé.

Eux sont protégés du soleil par leurs panneaux solaires au dessus de leur tête et ils ont 3, 4 ou 5 panneaux d’exposés au soleil pour recharger. Je suis donc le petit canard boiteux au milieu d’eux avec mes 2 panneaux exposés.

Je pars avec eux mais très vite je suis larguée car je dois économiser mes batteries alors que eux peuvent mettre beaucoup plus de puissance que moi. Comme je m’y attendais, cela ne m’étonne pas. Il faut juste que je n’ai aucun problème car à ce moment là, je serais totalement seule n’ayant personne derrière moi. Il me faut donc croiser les doigts.

Les 40 premiers km se font tranquillement car la grosse chaleur n’est pas encore là. Et je vois Cathy et Didier arrêtés dans un café. Didier s’est arrêté car il a constaté qu’un seul de ses panneaux se chargeait au soleil. Il doit donc comprendre pourquoi. Cette halte nous permet de ce désaltérer et de se mettre à l’ombre et Didier trouvera l’origine de sa panne. Nous pouvons donc repartir.

Mais 15 km plus loin, je retrouve Cathy et Didier à nouveau arrêté devant un café. La chaleur est vraiment devenu forte (>40 °C) et c’est physiquement difficile. J’ai beau m’arrêter tous les 10 km pour me mouiller la tête et le corps, l’eau s’évapore en 5 km alors cela devient dur. Et je n’ai pas assez d’eau pour pouvoir le mouiller tout le temps. Et là, on boira 2L de Coca Cola à 3. Ils sont comme moi, ils ne boivent jamais ce genre de boisson en temps normal. Mais il faut bien repartir et normalement plus d’arrêt avant l’arrivée.

François et Gilles sont déjà arrivés dans un hôtel et ils nous attendent.

Le paysage est complètement désertique, la steppe sans ombre car pas un seul arbre, les seuls animaux rencontrés maintenant sont des chameaux

IMG_7829IMG_7828IMG_7824

Je m’arrête régulièrement pour m’hydrater et me mouiller, les haltes sont de plus en plus fréquente car le soleil est au zénith. A ce moment là, Didier et Cathy sont totalement à l’ombre sous leur trike et les panneaux solaires chargent à plein. On n’est vraiment pas à égalité dans ce domaine.

Je continue mais j’en bave car c’est la première fois que les chaleurs sont aussi fortes. A 13h, nous arriverons à l’hôtel et ensemble car à un moment Didier et Cathy se sont arrêté pour communiquer avec les 2 autres compères pour avoir les coordonnées exactes de l’hôtel et moi j’en ai profité pour continuer à avancer.

L’hôtel est correct ce qui est bien agréable.

Par contre, pour la première fois, mes 3 panneaux déployés ne chargent pas bien. J’ai tout inspecté et rebranché, je n’ai rien trouver qui puisse expliquer cela. J’espère que cela ne va pas durer car je n’ai déjà pas beaucoup de panneaux exposés et s’ils chargent mal, cela va être compliqué pour moi. Le matériel est vraiment très présent dans ce voyage et moralement ce n’est pas facile quand on n’est pas obligatoirement compétent.

Au cours du dîner, on parlera de ce qui nous attend demain/

  • 120 km sans aucun café pour s’arrêter et récupérer, pas d’ombre à priori et même chaleur très forte, j’avoue que j’appréhende beaucoup, car les 2 haltes d’aujourd’hui ont été très importantes donc imaginer faire 20 km de plus sans arrêt à l’ombre, cela ne va pas être une partie de plaisir

2 réflexions sur « ETAPE 36 »

  1. J’imagine que c’est quand même plus facile de garder le moral qu’à d on n’est pas seule. Ta béquille est réparée? Et tout le reste ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.