Étape n°3

Résumé vélo: À l’arrivée, il reste 45,7 volts (à 42,9V le moteur est stoppé pour ne pas tirer trop sur les batteries) sur 53,9V (le maxi) au départ.

135 km, 30,5Ah, moyenne 20,3km/h, durée sur le vélo: 6h39 mn, régénération; 4,6%, Watts-heure consommée 1529 soit 10,8Wh/km, T°= 27,4°C

Soleil voilé une bonne partie de la journée, les panneaux solaires ont chargé 684Wh

Départ ce matin tôt car Marcus travaille tôt. Ne pas à avoir plier la tente fait gagner du temps.

J’ai eu le temps d’écrire la newsletter d’hier et je l’ai postée ce soir.

Mon objectif était de m’approcher le plus possible de Zurich mais sans l’atteindre pour avoir une chance de trouver un hébergement (j’en suis à 14 km). J’utilise encore Google maps malgré  mes mésaventures d’hier mais c’est la seule application qui me parle, ce qui est fondamentale pour ma sécurité. Et aujourd’hui tout s’est bien passé jusqu’à Berne. Là, la piste cyclable est indiquée à gauche. Je vois un tunnel et je suis un peu inquiète. J’arrête un cycliste pour demander si c’est bien le tunnel pour la piste cyclable, il me répond : « oui » donc, je m’y engage, je descend 20m et je tombe sur une porte. C’est une entrée de garage. La descente est étroite et il y a un petit trottoir. Compte tenu de la longueur de mon vélo, j’ai un mal fou à tourner et évidemment il tombe et se coince contre le mur. A ce moment une grosse Audi blanche arrive, stoppe en me voyant (de toute façon, je barre totalement l’entrée). Le conducteur descend de voiture, croise les bras et me regarde très agacé. Et moi, j’essaie désespérément de relever mon vélo et je n’y arrive pas. Lui ne bouge pas et ne vient pas du tout aider. Je finis par arriver à relever la remorque (qui fera un bruit sinistre, j’ai vu ce soir qu’une des vis du support des panneaux est pratiquement partie). Il n’enlevera pas sa voiture pour que je puisse remonter tranquillement . Je passerais à côté de la voiture en tenant le vélo complétement penché, ce qui est une bêtise totale compte tenu de son poids. Et Monsieur, pendant ce temps là, vérifie que je ne raye pas sa voiture. Quel formidable mufle !…

Puis je reprendrais ma route tranquillement (une fois la colère passée). J’emprunte plein de pistes cyclables qui sont très belles. Ce n’est sûrement pas le chemin le plus court mais je me régale. Les autres doivent cavaler devant. Moi, je suis la tortue du groupe, je suppose, mais je profite vraiment des paysages. Je m’arrête 1h1/2 pour charger la batterie avec les panneaux solaires mais le soleil jouera à cache cache avec les nuages et je ne rechargerai quasiment rien. Je décide donc de repartir.

La route sera belle pratiquement toute la journée, en grande majorité des pistes cyclables qui finissent toujours par passer au milieux de maisons, souvent sympa.

A partir de 18h, je me dis qu’il faut que je trouve un endroit où dormir. Malheureusement on est proche de Zurich et il y a beaucoup d’immeubles. Puis par chance, la piste cyclable reprend. Je me dis qu’il faut absolument trouver quelque chose et soudain, je vois une ferme bio avec plein de cerisiers sous voiles. Ils sont entrain de récolter les cerises. Je vois un fermier qui arrive, il est jeune et comme prévu dans ces endroits là, l’accueil est chaleureux. Ils m’offriront le dîner, un coin de soupente pour mettre mon matelas et le petit déjeuner (et bien sûr la douche !). Ce sont 3 jeunes qui se sont associés. Le repas est gai et sympathique. C’est une belle récompense après une journée d’effort, seule sur un vélo. Que j’aime ces rencontres imprévues.

Merci Sébastien, Tina et Finn pour votre accueil

 

Les cerisiers sous voiles

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.