Étape n°2

104 km, moyenne 18 Km/h

Consommation 1936 W soit 17,7 W/km, régénération : 5,4%

Recharge panneaux solaires : 1080 W

Comme vous le voyez, les panneaux n’ont rechargé que la moitié de ce que j’ai consommé sachant que ma consommation est beaucoup trop élevée actuellement.

Après avoir passé une excellente nuit chez Nicolas et un petit déjeuner copieux, je me suis installée sur la terrasse pour écrire mon premier article.

WordPress a changé depuis 2016 et je ne m’y retrouve plus. J’ai publié le premier article et personne ne l’a reçue, je ne sais pas comment faire. Cela m’ennuie car si j’écris et que personne ne lit, je perds mon temps

Cet article sera sans photo car mes 2 piles étaient déchargées. Il va me falloir une semaine pour roder tout cela

Cette journée a été mauvaise à cause de Google Maps. Je lui avait demandé de relier Bern à vélo. Et le trajet proposé a été invraisemblable et m’a fait perdre au moins 2h.

Le matin il m’a guidé jusqu’à un raccourci qui était une façon de relier un col. En fait, il s’agissait d’une côte à 17%. Évidemment, je suis totalement incapable de monter une pente à 17% avec un vélo aussi lourd et même avec assistance électrique. N’ayant pas d’autres routes, je me suis résolue à pousser cet attelage sur 2km. Pour cela j’active par petits coups l’accélérateur qui me donne un peu d’énergie pour faire avancer le vélo. Mais c’est épuisant car le poids du vélo a tendance à le faire reculer, même freins bloqués tellement il est lourd. Et puis, il faut le stabiliser, lui qui bascule tellement vite quand la remorque n’est pas droite. Tout cela sous une belle chaleur (30°C), vous comprenez vite pourquoi c’est éprouvant physiquement et puis on a tellement l’impression de faire un truc totalement idiot. Et cerises sur le gâteau, je suis dans une zone d’élevage donc les taons attaquent et quand vous êtes cramponnée au guidon pour que le vélo ne tombe pas ou ne recule pas, les taons se régalent (15 piqûres se soir). Arrivée en haut, la charge de ma batterie en avait pris un sacré coup, aussi je me suis arrêtée entre midi et 2h pour recharger les batteries (j’en ai 2). J’ai vraiment beaucoup de mal avec ces coupures importantes. Ce n’est pas mon rythme.

Pendant que le vélo rechargeait ses batteries, je me suis allongée sous un arbre à 10m de la route situé dans un jardin ouvert lié à une maison. Je faisais souvent cela au Canada. Une voiture est sortie et le conducteur m’a dit que j’étais dans une propriété privée et que je n’avais pas à être là. Autre pays, autres mœurs. Au Canada, les propriétaires venaient me voir et me proposaient, de l’eau, des fruits, me demandaient si j’avais besoin de quelque chose.

Je me suis levée et quand il est parti, je suis revenue avec ma gourde d’eau vide pour la faire remplir et là, je suis tombée sur son frère Vincent qui, lui, a eu un comportement à l’opposé. Très ouvert et très accueillant, cordial, il m’a dit que son frère manquait totalement d’ouverture d’esprit, ce qui m’a fait rire. J’ai eu droit à un sandwich, des abricots et un café. Il est venu voir mon vélo et quand il a vu que je pédalais pour une association, il m’a donné 20 francs suisses, les premiers sur la route. Merci Vincent.

Puis je suis repartie et même problème par Google Maps, une montée à 17% mais la …seulement d’1 km, c’est vraiment totalement idiot de s’épuiser de cette matière. Tout cela a bien plombé mon avancement.

Je suis très embêtée avec ces problèmes de guidage. J’ai préparé tout mon voyage avec des tracés sur l’application OSMAND mais contrairement à ce qui est indiqué, le guidage vocal ne marche pas. Et moi, je suis totalement incapable de rouler et de regarder le smartphone en même temps, d’où le fait que je me suis rabattue sur Google maps avec le succès que l’on voit. Je ne sais pas comment je vais résoudre ce problème qui est pour moi un gros problème.

Je voulais atteindre Bern le soir, mais j’étais tellement épuisée que je n’ai pas réussie. Je me suis arrêtée 14 km avant.

Je cherchais à acheter un adaptateur pour brancher le chargeur de ma batterie car l’adaptateur que j’ai n’accepte que les petites prises et non les grosses prises. Comme il était tard, 20h30, je me suis arrêtée dans une station service qui avait un petit commerce et évidemment, il n’y en avait pas. J’ai demandé à un chauffeur de voiture où je pourrais trouver cela et je me suis trouvée embarquée chez lui où il avait tout le matériel !…

Marcus m’a donc offert le gîte et le couvert, puis m’a permis de recharger mes batteries, ce qui me permettra de repartir les batteries pleines. Et en prime, il m’a donné 20 francs suisses pour mon association. Merci pour eux

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.